PHILIPPE BOUQUET ET LA LANGUE SUÉDOISE

[Enregistrement réalisé au Mans par Michel Le Bas le 3.III.2016]

Philippe Bouquet a traduit, principalement du suédois, plus de 150 livres publiés (sans compter ceux qui ne le sont pas, pas encore, ou ne le seront jamais) et fait connaître en France plusieurs dizaines d’écrivains des pays du Nord.

Dans cet entretien impromptu réalisé à son domicile, en Mars 2016, cet ancien professeur de langues scandinaves à l'université de Caen se confie librement sur son parcours d’enseignant et son activité de traducteur. Il nous précise le rôle de celui-ci et nous révèle les difficultés qu’il rencontre, mais aussi les nombreuses satisfactions qu’il éprouve et les fructueux contacts qu’il connaît, en insistant surtout sur une passion intacte depuis cinquante ans pour la littérature nordique.

Qui mieux que lui peut définir la passion et la noblesse de ce qui l'anime : « Le traducteur a aussi un sentiment très profond non seulement de la dignité de ce qu'il fait, mais également d’œuvrer pour la paix, car il s'efforce de créer la compréhension entre les peuples. »

***

Piste 1

Piste 2

Piste 3

Piste 4




Pour compléter cette écoute, la trilogie de Philippe Bouquet : La Bêche & la Plume reste disponible aux éditions Plein Chant (16120 BASSAC).

I- L'aventure du roman prolétarien suédois, [1986. 232 pages] : Ce premier volet d'une trilogie sur la littérature prolétarienne suédoise retrace l'histoire de celle-ci de l'époque des pionniers, au début du XXe siècle, jusqu'aux années 60 et un peu au-delà. On y constatera combien cette littérature a rencontré d'échos, suscité de changements et participé à la construction de la Suède moderne.

II- Un matin de novembre : Nouvelles choisies et traduites par Philippe Bouquet. [1988. 152 pages] : Pour illustrer l'historique, un choix de nouvelles de douze écrivains prolétariens suédois répartis chronologiquement sur l’essentiel du XXe siècle : Karl Östman, Gustav Hedenvind-Eriksson, Eyvind Johnson, Jan Fridegård, Ivar Lo-Johansson, Rudolf Värnlund, Josef Kjellgren, Folke Fridell, Sture Källberg, Jan Fogelbäck, Aino Trosell, Per Forsman, dont certains traduits pour la seule et unique fois en français.

III- L'écrivain et la société : Textes choisis et présentés par Philippe Bouquet. [1988, 272 pages] : Ce volume recueille des textes des écrivains évoqués dans les deux autres volumes sur le pourquoi, le pour qui et le comment écrire. Leur intérêt dépasse son cadre d’origine en posant des questions de fond sur la littérature de tous les temps, tous les pays et toutes les classes sociales.

***

Traductions récentes et en cours :

152) Jan Guillou : Les Dandys de Manningham (Dandy), Actes sud, 2014, 348 p.
153) Fredrik Ekelund : Casal Ventoso, Gaïa, 2015, 208 p.
154) Gunnar Ardelius : La liberté nous a conduits ici, col. C. Renaud, Actes Sud, 2015, 239 p.
155) Jan Guillou : Entre rouge et noir (Mellan rött och svart), Actes Sud, 2015, 375 p.

Livres en cours de traduction, de publication ou sous contrat :

-) Jan Guillou : Fermer les yeux pour ne pas voir (Att inte vilja se), Actes Sud, 2016 ?
-) Ivar Lo-Johansson : L’Autre Paris (Okänt Paris), L’Elan, 2016 ?
-) Kjell Eriksson : La main qui tremble (Den hand som skälver), Gaïa, 2016 ?

retour
table des auteurs et des anonymes