VEUCLIN, Victor-Ernest (1846-1914) :  Le Mariage d’une rosière à Bernay en 1807.- Bernay : impr. E. Veuclin, 1890.- 5 p. ; 22 cm.
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (26.I.2006)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la Médiathèque (Bm Lx : norm brc 29).
 
Le Mariage d’une rosière à Bernay en 1807
par
V.-E. VEUCLIN,

Correspondant du Comité des Sociétés Beaux-Arts des Départements, etc.

~*~

Institués à Evreux dès 1792, aux Andelys en 1805, les mariages de rosières furent établis à Bernay, en 1807.

Une délibération municipale, du 20 novembre de la dite année, contient ce passage instructif sur ce premier mariage de rosière à Bernay :

« L’objet le plus pressant qui va être soumis à votre délibération est celui relatif à la célébration de l’anniversaire du couronnement de S. M. l’Empereur et Roi… - Il reste disponible pour cette dépense 457 fr. 13. Je pense qu’elle devra suffire au payement de la dot à accorder et aux frais de la cérémonie, lorsque vous aurez fixé le montant de la dot, il vous restera à désigner le sujet que vous jugerez digne de la recevoir.

« L’assemblée, après avoir délibéré séparément, s’est d’abord empressée de se conformer aux vues bienfaisantes du gouvernement, en faisant choix d’une des filles de cette ville qui, par leur bonne conduite et leur sagesse, ont le droit de prétendre à la dot cy-après déterminée ; tous, renseignements préalablement pris, le conseil municipal a arrêté à l’unanimité : que Marie-Catherine Rose Helix sera dotée le 6 du mois prochain, époque de l’anniversaire du couronnement de S. M. l’Empereur & Roy : que ce dit jour, elle sera mariée à un Brave de cette ville, Guillaume Pannier, qui a party volontairement pour la deffense de la patrie et a fait la guerre pendant 15 ans consécutifs avec honneur et distinction. - Laquelle dot est fixée, eu égard à la situation actuelle de la caisse municipale, dans laquelle elle sera prise, à la somme de quatre cents francs et les frais de la fête à soixante francs ; pourquoy M. le Maire est invité à bien vouloir prendre à cette cérémonie toute la solennité et la décence que les circonstances permettent. »

Procès verbal de la Fête du 6 Décembre 1807, célébrée dans la ville de Bernay…

Le Maire, d’après l’invitation qui lui en avoit été faite par M. le Sous-Préfet, a donné l’ordre au capitaine de canonniers de faire annoncer, le 5, la fête de l’anniversaire du couronnement de Sa Majesté l’Empereur et Roi, par une salve d’artillerie ; de continuer le lendemain, le matin, à midi et le soir.

A dix heures, les autorités constituées, les fonctionnaires publics, les militaires tant en activité de service que retirés, se sont rassemblés à la Sous-Préfecture, ainsi que Mlle Marie-Catherine Rose Helix, fille qui a mérité le choix du conseil municipal par sa sagesse et sa piété filiale, et le Brave Guillaume Pannier, qui a servi quinze ans volontairement avec courage et [s’est] retiré avec un congé honorable. - Le Maire, avant de partir avec le cortège, leur a adressé la parole, les a exhortés à continuer de marcher dans le sentier de la vertu, leur a délivré un mandat pour toucher la dot généreuse accordée par le conseil municipal.

Le cortège s’est mis en marche, précédé de la musique et des tambours, et escorté par la garde nationale, au milieu d’une foule de spectateurs, pour se rendre à l’église paroissiale.

Arrivés au temple, ils se sont arrêtés devant la chaire où M. le curé a fait un discours pathétique et digne du grand sujet qu’il avait à traiter. - Ensuite le cortège s’est porté dans le choeur où chaque corps a pris la place qui lui étoit destinée par le maître des cérémonies.

Aussitôt le Maire a donné la main à la vertueuse Helix et l’a conduite à l’autel, où le mariage a été célébré par M. le curé, après un discours plein d’onction.

Une grande messe solennelle a été chantée, et à différens intervalles les amateurs de musique ont exécuté plusieurs morceaux brillans avec beaucoup de précision.

Ensuite on a chanté le Te Deum et le Domine salvum fac Imperatorem.

La nouvelle mariée, au milieu du même cortège, a été reconduite à la Sous-Préfecture, par Mr De la Flèche, ancien capitaine de dragons, retiré, au son de la musique et des tambours… (1).

Ce mariage, sans précédent à Bernay, eut lieu un dimanche, ce qui contribua grandement à l’éclat de cet événement doublement intéressant. En effet, les époux étaient originaires de la ville : le mari y était né le 5 mai 1759, il avait donc 48 ans ; il exerçait la profession de cordonnier dans la rue de la Fraternité ; la mariée, fille d’un cabaretier de la rue Grand-Bourg, était née le 6 septembre 1771, c’était donc une rosière âgée de 36 ans ; elle n’avait pas de profession et habitait la même rue ; l’un et l’autre avaient perdu leur père et leur mère.

L’acte du mariage civil s’était fait le matin du même jour, 6 décembre 1807, en présence de MM. André-Bazile Le Danois, membre du corps législatif, Nicolas-Paulin Gattier, sous-préfet, Jacques-François Vattier, président du tribunal de première instance, Jacques-François Mutel, maire, Oursel, procureur impérial et autres fonctionnaires publics assemblés pour la fête de ce jour (2).


(1) A la suite de cette cérémonie matrimoniale se fit l’inauguration de la copie du portrait de Napoléon, faite par Descours. Au bas de ce portrait était ce vers composé par M. Mutel :
A sa tête, à son bras, à son âme, à son coeur,
Gloire, respect, amour, reconnaissance, honneur

Le soir - ajoute le procès-verbal - toute la ville a été illuminée, et la joie publique a éclaté pendant la durée de ce jour solennel. (N° 102 du Registre des décrets et arrêtés municipaux ; série B.)
(2) Dans sa charmante notice : Les Rosières de Bernay, publiée en 1885, M. Henry Turpin a omis de citer ce premier et remarquable mariage de rosière.


retour
table des auteurs et des anonymes