[Exercices scolaires du Collège de Lisieux] Classe de Rhétorique : programme.- Lisieux : F. B. Mistral, [1814].- 4 p. ; 25 cm.
Saisie du texte et relecture : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (12.II.2005)
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)

Orthographe et graphie conservées.

Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : nc)

vers l'image agrandie (217 ko)

COLLÊGE DE LISIEUX.

M. FOUBERT DÉPALLIÈRES, DIRECTEUR.
CLASSE DE RHÉTORIQUE.
PROGRAMME.
M. SURIREY, RÉGENT.

Les Exercices de cette Classe auront lieu Mercredi 10 Août 1814, onze heures du matin, dans la grande Salle du Collège.

~*~

LES Élèves répondront aux questions qui leur seront proposées sur ce programme ; ils feront l’application des préceptes aux morceaux qui leur seront demandés ; ils traduiront ;

I°. Dans le récueil des Harangues choisies ;

TITE-LIVE.  Discours des Députés de Capoue au Sénat Romain ; Populus, nos, Campanus, etc.
-    De Pacuvius à son fils : Per ego te, fili, etc.
-    De Posthumius au Sénat : Haud sum ignarus, etc.
-    De Ponthius, qui accuse les Romains d’infidélité ; Nec ego istam, etc.
TACITE    Discours de Germanicus mourant : Si fato, etc.
         -     De Sénèque à Néron : Quartus decimus, etc.
                Reponse de Néron à sénèque ; Quod meditoe, etc.
                Disc. de Mucien à Vespasien : Omnes qui, etc.
-    D'Agricola à ses soldats ; Octavus annus est, etc.

2°. HORACE.  Art poétique, satyres : Janus dudùm, etc.
Ut Nasidieni, etc.

ANALYSE DE LA RHÉTORIQUE.

LA Rhétorique est l'art de bien dire, ou de parler de manière à persuader ceux qui nous écoutent.

Dans tous les sujets oratoires, il s'agit de louer ou de blâmer, de conseiller ou de dissuader, d'accuser ou de défendre. De là les trois genres d'Eloquence : le démonstratif, le délibératif, et le judiciaire.

L'Orateur, qui veut persuader, a trois devoirs essentiels à remplir : instruire, toucher et plaire. Pour réussir, il doit chercher la matière de son sujet, la disposer et l'orner, Quid dicat, et quo loco, et quo modo (Cicéron).

DE L'INVENTION.

La considération des personnes ou des choses et les lieux communs, sont des moyens généraux où l'orateur puise ses preuves.

Ces lieux sont intrinsèques ou extrinsèques.

Les lieux intrinsèques se tirent du fond même du sujet, et appartiennent plus particulièrement à la Rhétorique. De ce nombre sont, la définition, l'enumération des parties, le genre et l'espèce, les semblables et les dissemblables, les circonstances.

L'Orateur ne se borne pas à la connoissance de ses preuves, il sait employer le raisonnement pour leur donner toute la force dont elles ont besoin. Ses différentes espèces sont ; le syllogisme, l'enthymême, le sorite, l'induction et le dilemne.

L'argument oratoire et l'argument philosophique sont fondés sur les mêmes principes ; mais le premier n'admet pas un arrangement si méthodique et si compassé. la marche de l'orateur est plus libre et plus variée : tantôt il met la mineure devant la majeure ; tantôt il supprime l'une ou l'autre ; quelquefois il commence par la conséquence, et la prouve ensuite.

DE LA DISPOSITION.

La disposition a pour règle, l'ordre des parties principales du discours, et l'ordre qui doit régner dans chacune de ces parties. Dans une cause, on distingue quatre sortes de pensée : les unes qui ne sont que préparatoires, les autres qui mettent au fait de ce que nous voulons prouver, les autres qui servent à l'établir, et les autres qui servent à conclure. De-là ces parties essentielles du discours : l'exorde, la proposition, la confirmation et la péroraison.

DE L'ÉLOCUTION.

C'est ici que brillent les talents de l'orateur : pensées délicates et sublimes, style énergique et élégant, descriptions naturelles et brillantes, fleurs toujours nouvelles et toujours variées ; tout est mis en usage pour fixer l'attention par la douceur et les charmes de l'éloquence. Dans cette partie, l'amplification développe les preuves, et leur donne de la force et de la grace.

L'Elocution dépend tout à la fois du sentiment, de la pensée et de l'expression, objets qui peuvent avoir des degrés infinis de beauté ou d'imperfection.

L'Elocution doit être pure, claire, élégante, riche, harmonieuse, variée et naturelle. Ces qualités exigent une idée juste, des figures de mots et des figures de pensées qui contribuent à la beauté du discours.

Les figures de mots les plus ordinaires sont ; la métaphore, l'allégorie, la périphrase, la répétition, la synecdoque, la métonymie, ect.

Les principales figures de pensées sont ; l'interrogation, l'exclamation, l'apostrophe, la prosopopée, l'hypotypose, l'antithèse, l'hyperbole, l'ironie, l'allusion, la comparaison, la prétermission, la réticence, la correction, la suspension, la concession, l'imprécation, la gradation, la dubitation, la communication, le dialogue et la transition.

Ces figures doivent se présenter naturellement, et être dictées par les mouvements de l'ame. Elles sont dans le discours ce que sont dans un parterre les fleurs qui l'embellissent par leur éclat et leur variété.

La Période rend le discours nombreux et cadencé, lorsqu'elle flatte agréablement une oreille délicate et exercée. Son harmonie, dépend de l'enchaînement des parties qui la composent, et de la liaison qu'elle a avec les périodes qui suivent ou qui précédent.

Le Style a ses qualités accidentelles, suivant la nature des sujets qu'on traite, ou des objets qu'on doit peindre : une discusion, un sujet, suivant qu'il est agréable, grand ou pathétique, demande un style différent.

RÉPONDRONT ; MM.

DELAPORTE, Théodore, de Lisieux ;
FORMEVILLE, Louis, idem ;
DURAND, Louis, idem ;
DENISE, Toussaint-Augustin, d'Honfleur ;
PASQUIER, Jean-Charles, d'Ouillie le Basset ;
LESSARD, Jean-Vincent, de Canappeville ;
MOISY, Charles-Pierre, de Fervaques ;
FEREY, Auguste, du Breuil.

La distribution des Prix aurat lieu Vendredi 12 Août, à quatre heures après-midi, dans la grande Salle du Tribunal Civil.

Le programme ci-dessus vu et approuvé par le Conseil Académique, à Caen le 29 Juillet 1814 Signé ALEXANDRE, LELAIDIER, Secrétaire.
______________________________

LISIEUX de l'Imprimerie de F. B. MISTRAL.

retour
table des auteurs et des anonymes