MAGUE, Joseph (1875-1940) :  24 Chansons du Bessin (1912).
Saisie du texte, relecture et notes : Alain Marie (09.IX.12).
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@cclisieuxpaysdauge.fr, [Olivier Bogros] obogros@cclisieuxpaysdauge.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire d'une collection particulière. Remerciements à  Monsieur Alain Marie. On trouvera sur le site Magène la série complète des cartes postales illustrées, supports des textes de Joseph Mague, éditées par Fertard à Balleroy vers 1912.

icône sons [Mise à jour du 06.12.2012] On écoutera avec plaisir les Chansons de Joseph Mague, lues et enregistrées par Monsieur Claude Chaumont dans les années 70-80. Ces enregistrements mis en ligne avec l'aimable autorisation de leur auteur ne sont pas du domaine public et ne peuvent être redistribués sans son accord préalable. Monsieur Michel Le Bas par sa connaissance des réseaux locuteurs normands et ses compétences informatiques a rendu possible la mise à disposition de ces trésors sonores.
[N.B. : le lecteur Mp3 utilisé est disponible gratuitement sur Website-modern].

[Mise à jour du 06.12.2012] Merci à Michel Le Bas pour l'envoi des reproductions des cartes postales issues des collections Michel Gandon et Alain Marie


24 Chansons du Bessin
par
Joseph Mague

~*~

La p'tite servante
Les trachous d'bouais
La Saint Foutin
Les sous d'café
La cache
L'bon Guieu d'cheu nous
L'marchand d' peisson
La partie d' mé
Les chabotyis
La dentellière
Les potyis
Vive l'bouon baire
La canchon du bouilloux
Le départ du conscrit
La cathédrale de Bayeux
La vieille moaison
L'quiocher d'Caumont
La fête à Caumont
La feire ès ognons
Un biau coup d'fusil
Preus du quiocher
Ma grousse Angélina
A vot' santé Moussieu La Feuille
A Vaubadon

~*~

LA PETITE SERVANTE

LA PETITE SERVANTE


V’là pus de vingt coups qu’ma mère a m’crie :
« A Bayeux, d’mouain, ch’est la louerie ;
Ma paur’ éfant, l’pouain est si chi,
Faut t’dégoter pour êt’ piéchie. »
A la mouaison, j’sieus bin heureuse,
A part des feis qu’ j’ons la fall’ creuse,
Cha s’ra du d’em’n’ aller raid’ loin
D’aveuc des mouaît’s qu’ej connais point.
En pièch’ faut travailli d’attaque
Souégni les couchons, trair’ les vaques,
Pou les fair’ beir’ app’ler les viax :
« Vi-t’a, tieu, vi-t’a, tieu, vi-t’a ! »
Ch’est terjous la servant’ qu’enhanne
Pou rétchurer les gatt ’s, les cann’s,
Donner l’grain ès poul’s, ès picots,
Et fair’ la minchie ès bourots.
A la tabl’ faut verchi à beire,
Guèr’ s’assir’, se l’ver la première
Et s’n’aller do sa crout’ de pouain
Trachi d’la mougeaille ès lapins.
V’là pus d’vingt coups qu’ma mère a m’ crie :
« A Bayeux, d’mouain, ch’est la louerie ! »
Mais no z-a biau s’faire eun’ raison,
Cha m’f’ra deu d’quitter la mouaison.
__________

LES TRACHOUS D'BOUAIS.


 Adolpheine ! baill’ mai ma corde,
V’là la forêt qui s’raquierchit,
Si l’temps voulait s’armett’ en orde
Les paur’ gens n’en seraient brin fachis.

Là ! no v’là d’bonne heure arrivées
You qu’no peut croqui du bon bouais,
J’avons d’vant nout l’arlevée,
J’avons l’temps d’en faire un bon fouaix.

Ma fil’ j’crais qu’cha c’menche à bi faire,
Il est long, et pis y’a du gros ;
Cull’ mai don des feuill’ de fungère,
Pou’ qu’cha sait mins du su man dos.

No va r’descend’ tout à la douce
En nous arposant d’temps en temps ;
Cha va tote, y m’faut pas d’secousse
D’pis qu’j’ai-z-eu man cinthième éfant.

Au pont no v’là tout d’minme rendues !
Tai, va-t-en d’vant pa les mouaisons
Dir’ : « V’là mouman qu’a mont’ la rue
D’aveuc un bon fouaix d’bouais, garçons  !».

Faut-y du bouais à gnieut, Madame ?
Verdâs ! le v’là timbé tcheu vous ;
Cha qu’est si lou pour eun’ paur’ femme,
Hélos qu’no-z-a d’ma pou’ quinz’ chous !
__________

LA SAINT FOUTIN


J’ons veu tout’ les fêt’ du poyis,
La Saint gorgon; la Saint Supli,
Saint Norbert qu’on fête à Mondaye,
Saint Gatien, Saint Jean, Saint Martin,
Hé bi, y en a pièche, à m’n idaye,
D’pus geatil’ que la Saint Foutin.

Saint Foutin s’tient l’jou d’la Pann’côte,
Dans nout’ forêt, en hâs d’la côte,
Dreit au carr’four ed l’Embranch’ment
Y a des ch’vax d’bouais, y a des lot’ries,
L’sai, quéqu’fais, y a mêm’ des batt’ries ;
Y a toute eun’ fiée d’divertissements.

Les bons amis s’embrach’ à muche :
Les goulus mougeû d’le crevuche,
Mai, j’ainm’ mux l’grous bair’ des touniax
Et l’bon café qu’y a sous les tentes.
Saint Foutin, ch’est eun’ fêt’ charmante ;
Y en a, tous l’s’ans, qui chont raid’ sâs !
________

LES SOUS D'CAFÉ.


Ch'est pas les aôberges qui manquent
Quand no va dans c'maôdit Ball'ray
L'mardi porte l' beurre au marché.
Au lu d'mett' l'argent à la banque
En hivé, vaut mux s' récaôffer :
No bait deux, trouais coups du café.

Au mais d'At, ch'est eune autre affaire,
D'moissonner, nos est fatiguis,
No sue à porter les pagnis
Faut pourtant bi qu'no s'désaltère'
Pour se rafraîchir en été
No bait deux, trouais coups du café.

Sait qu'no ramonte ou bi qu'no d'scende,
No trouv' terjous queuqu'un qu'a sai ;
« Boujou, qu'y dit, no bait-y d'quai ?
- « Cha va-t-y bi fair' » qu'j' li d'mande ?
- « Oui qu'y dit, you qu'no va ? » Ma fai,
No bait deux, trouais coups du café.

Qui qu' vous voulez, j'm'en fais pas d'peine,
Faut bi qu'el normand baive un coup,
Et pis ch'est la minm' chose partout,
À Caen, à Bayeux, à la Meine,
No n'peut jamais sorti d'cheu sai
Sans bair' deux, trouais coups du café.
_______

LA CACHE.


Moussieu l’Marquis m’dit comm’ cha
« Tai, garçon, tu va t’ni man ch’va
Tandis qu’no va fair’ la tchurée. »
Quand no peut gangni quarante chous
Faut pas rester comme un baillous
A guetti si la leune est l’vée.

Y fait vent, no n’entend pas l’cor ;
L’cher est y bas, ou couort-y cor ?
Faut pourtont pas quej’ perd’ la cache,
Au Passeux si j’vas galoper
Pendant qu’y sont dans l’bouais l’abbé,
Ch’est eun aut’ qui prendrait ma piache.

Nom dé Gouus’ ! Les v’là v’ni pa là,
Tayaut ! Guett’bi, vais-tu là-bas !
Ch’est eune raid’ bell’ quatrièm’ tête ;
Les tchiens sant d’ssus, y vont l’rhapper,
V’là qu’no sonn’ l’hallali su peid,
Tout l’monde accouort pou vai la bête.

Moussieu La Feull’, penchez à mai
Pour em’ bailli un p’tit brin d’chai...
Moussieu La Feull’ j’vo ar’mercie
A ch’teu, d’vant d’ramonter t’cheu nous,
Comm’ j’ons les gamb’s raid fatiguées,
Faut qu’nos en baiv’ pour un p’tit sou.
__________

L’ BON GUIEU D’TCHEU NOUS.

L’ BON GUIEU D’TCHEU NOUS.


L’Bon Guieu d’t’cheu nous n’est pa sraid’ biau,
Y a si longtemps qu’su sa crouaix d’pierre
Y reste au mitan du chem’tière
Quand y neige ou qu’y timb’ de l’iau.

Faudra qu’y vienne un missionnaire,
- Qu’dit Moussieu l’Tchuré no dit terjous, -
« Dans les pi’d d’cauche y a co dé sous,
« Pour fair’ bâti eun aut’ calvaire. »

Mai, j’veux conserver l’sien qu’j’avons
Ded’pis tant d’dinmanch’ qu’y no guette
V’ni ès offic’s en habit d’fête,
Y nous connaît tous pa nos noms.

Cha qu’est comme un vux camaraude,
Il a veu nos vieul’ gens s’n’aller,
Ch’est à li qu’jons dit un chap’let
Quand nout’ petiote était malade.

D’vant li j’veux raid’bi mett’ à g’noux,
J’y ai pus confianc’ que dans les jeunes ;
Y en a des biax dans l’s aut’ commeunes
Mais j’aim’ mux l’vux Bon Guieu d’tcheu nous.
__________

L’MARCHAND D’PEISSON.


Peisson Frâs ! Peisson Frâs !
N’en v’la-t-y d’la bell’ marchandise.
De Port o vient directement ;
No n’peut pas dir’ que cha sent pouant
N’marchandez brin ! Y en a qui disent
Qu’ej’ sieus rhalo, qu’ej’ vends trop chi,
Ej’ sieus co meins tchien qu’el’ bouchi.

Peisson Frâs ! Peisson Frâs !
Quand ej’ fais dir’ ma p’tit’ trompett’
Tout’s les femm’s vienn’ do leus assiett’s
Rapitouéser dans man camion
Yeun’ veut d’la raie, yeune aut’ demande
Yeun’ plie et c’te là des limandes,
Et c’t paur’ vieulle  un p’tit raiton.

Peisson Frâs ! Peisson Frâs !
Y atout’ sort’ de bêt’ dans mes bouètes
Des crab’s, des cayamans, des rans,
Des rougets, du congr’, des rhérangs,
Du maqu’rai, des câts, des roussett’s,
Dans n’un p’tit coin, pour les châtiaux,
Ej’ much’, des rhomards, des turbots.

Peisson Frâs ! Peisson Frâs !
L’sien qui n’peut pas fair’ la feine goule
Y s’régal’ d’aveuc deux sous d’moules
Comm’ mai quand j’sieus désargenté.
V’nez don tous m’trouver sur la plèche
Et mett’ vos sous d’aveuc vos pièches
Dans la pouquette ed’ man d’ventei.
____________

LA PARTIE D’MÉ


Nout’ femm’ piaillait d’pis pus d’siéx mais
Pour que no fache eun’ partie d’mé.
La vill’ de la mi-At j’em’ décide :
« Hé bi ! qu’ej’ dis, nos ira d’mouain. »
« Oh ! qu’t’es geatil, man p’tit Alcide ! »
Qu’a m’répond en tapant des mouains.

A chinq heur’ oll’ tait révillie :
Caochie, couéfie, débarboillie :
« Man p’tit Alcid’ faut s’dêpéchi,
« Faut qu’no rempliss la grand’ boutelle,
« Faut qu’nos emporte ed’ quai mougi.
« Tout est prêt ? Faut qu’nos attelle. »

V’là don qu’ej’ joins nout’ vieul’ jument,
Pis j’partons tous, ma bell’ mouman,
Nos trouais p’tiots, l’commis, la servante ;
L’orag’ no prend à mitan qu’min,
A diéx heur’ par eun’ plie battante,
J’arriviome à Port en Bessin.

La carriole a biau rêt’ bachie,
Nout’ femm’ était raid’ débaochie
D’vai l’iau li v’ni tout d’meinm’ sus l’corps
Yé qu’avait mins sa bell’ bounette.
Comm’ no n’pouvait pès deiner d’rhors
Fallut mougi dans nout’ quérette.

L’empreus-midi, l’temps s’raquierchit.
Bell’ mouman dit : »no va pêqui. »
O galopait comme eun’ jeunesse...
Verdas ! la v’là par terr’ dans l’iau.
« Hélas ! qu’o dit , qu’j’ai ma ès fesses,
« J’sieus timbée à piat ventr’ sus l’dos ! »

La grouss’ servante, yé, fut pinchie
En rhappant yeun’ crab’ aragie
Léonpold, el’ pus jeann’ des pétiots
Il écalit l’fond d’sa culotte,
Et mai, en engambant les pots
J’ramassis d’liau tout pien mes bottes.

I faisait nair comm’ dans un fou’
Quand nos arprit l’quemin d’tcheu nous.
J’aviome oublyi la candelle,
Les gendarm’s nous fir’ un procès ;
Tout cha d’la faote à ma fumelle
Qui voulait fair’ eune partie d’mé.
___________

LES CHABOTYIS


Nos a biau voulei suiv’ la mode
Omont les camps pour aller, v’ni,
Les gros chabots de bouais sont pus c’modes
Que les p’tits escarpins vernis
Pour nous caôchi, boun’gens d’campagne,
Tant qu’j’airons, respect d’vous des pids,
En Normandie comm’ en Bertagne
Faudra terjous des chabotyis.

A deux faudra terjous par rouelles
Scier les biax hêtres d’la forêt,
Faudra terjous l’ver les aisselles
Pour mettre les rouelles en quartiers.
Sur el’ billot, à grands coups d’rhache
Faudra co bûchi dans chent ans,
Et s’mer des plainur’s dans la piache
Du matin au sei en planant.

D’meinm’ que ch’est les outils d’nos pères
Qui nous serv’ co pour travailler,
L’z’éfants f’ront comme y nous vaient faire
D’aveuc la veille et la quillé,
Plain’ront leus chabots sus la bique
Pis sus la coche y les vieudront ;
No n’boutour’ pas en République
Autrement qu’sous Napoléon.

Dans nos couépiax et nos coquilles
No vait courir eune fiée d’marmots ;
Y a des p’tits gars, y a des p’tit’s files,
Tout cha, pus tard, f’ra des chabots
Cheu nous les fil’s sont raides habiles
Pou les fleuri, pou les nerchi,
Mais, par sus tout, o s’ront utiles
Pour fair’ d’autr’s p’tits chabotyis.
___________

LA DENTELLIERE.


Tout’ la forteun’ d’eun’ dentellière
Ch’est san métier, ch’est san vux rouet,
Ch’est l’art charmant de nos grand’mères,
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
Dès l’point du jour ej’ me sieus minse
Au travail sus man tabouret,
Ch’est pour garni l’hât des qu’minses,
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
Jusqu’au jour faillant faut qu’cha trotte,
Pour fini un feston coquet
Qu’no pos’ra dans la bas d’eun’ culotte,
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
Ch’est bintôt la neuche à Phrasie,
Faut qu’ej’ li fasse un biau bouquet,
Pour que sa bounett’ sait fieurie
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
L’deichin que v’là d’aveuc eun’ grecque
Ch’est pour faire un bin saint objet,
Eun’ aube à Monseigneur l’Évêque.
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
La dentelle à la mécanique,
Cha n’est brin chi, mais ch’est mal fait,
Cha nous a tiré des pratiques,
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
No travaille à journée entière
San co pouvai gangni gran quai,
En attendant que j’ sais rentière
Courez, courez, mes p’tits bloquets.
____________

LES POTYIS

LES POTYIS


Richards qui passaient en auto,
Ou bonn’ gens que l’tramway charrie,
V’là l’Tronquay, Noron la Pot’rie !
Descendez tous pour vai les pots.
Entrez, Messieurs, dames et d’mouéselles,
Si sont tous barbouillis d’lâqu’ron
Les potyis sont bons compagnons,
Teurjous galants d’aveuc les belles.

N’en v’là t-y des pots dans la coûe,
Des mahons, des bouett’s, des terreines.
Des bobins, des gattes et des teines
No vient d’tirer tout cha du foûo.
Guettez par chin, ch’est la séqu’rie,
La loge du foûo, l’atelier,
Eiou qu’nos pil’ preus du terrier
La terre avant d’fair’ la pot’rie.

Y-a-t-y des patiax sus l’tabier ?
No va d’vant vous, fair’ eun’ boutelle,
Nos daigts, not’ reue et nos âttelles,
Ch’est tout c’qui faut pour travailler
Allez tournez ! Not’ bell’ terr’ breune
Dans nos mains monte et s’élargit,
Pour el’ goulot cha s’rétréchit,
Un coup d’laton : n’en v’là co yeune !

Maint’nant faut pas parti comm’ cha
Sans vai la pot’rie artistique,
J’avons là des pots magnifiques
Piens d’fieurs, de fruits, de p’tits ouésiax.
A vot’ bourgeuaise, à vot’ bell’ mère
Rapportez don un p’tit souv’ni,
Un vase à fieu, eune tabatière
Eun’ cann’ normande entourée d’gui.
____________

VIVE EL’ BOUON BAIRE.


2.
Allez don vai dans la Gascogne
Si no trouv’ les tempéraments
Qu’el gros bair’ donne es gars normands :
No n’y a p’t-êtr’ jamais vu d’ivrogne.
Cheu nous si l’raisin n’murit brin,
No s’en fich’ pas mal. Nom d’la vie !
J’vos d’mand’ un peu qui qu’ch’est qu’el vin
Aupreus du cidre ed’ Normandie.

1.
Quand s’amonchell’ les ratourniax
No vait bi qu’la Toussaint s‘approche
Pisqu’ j’avons des pomm’ à troche
Il est temps d’rempli les touniax.
O sont à vingt sous la barette ;
J’veux pas vai d’iau rentrer cheu mai
Garçons, tournez les emoulettes,
Montez l’mar’ bi hâs sus l’emouai.

Refrain
Dans la bouonne odeur des pomm’ meures
Ded’ pis l’matin jusqu’à la nieut,
A ! que j’ainme à vai les pileux
Atour el’prinsoux qui dépeure
Dans la cuv’ v’là l’gros bair’ qui d’scend ;
Il est pus rouog’ que du sang.

4.
Jeun’ gens qui montez vot’ ménage
Voul’ ous avai des biaux éfants
A la mouaison com’ dans les camps
El’ bouon bair’ fait la bouonn’ ouvrage
Et ch’est pour cha, quand ej’ pilons
Qu’no dait souvent vieudi san verre
En répétant ma p’tit’ canchon,
A la santé du nouvei baire.

3.
Vous qu’êt’ aussi biancs qu’des naviax
Amis, suivez man ordonnance,
D’un tounai d’bair’ fait’ la dépense
Au lu d’bair’ de l’iau comm’ les viax
Au matin bévez vot’ chopeine,
L’médi deux pots, l’sei cor un pot.
Ch’est certain qu’la forch’ et la meine
Vous arviendront presque aussitôt.
__________

LA CANCHON DU BOUILLOUX


Si nos écoutait les méd’cins
Faudrait terjous bair’ l’iau d’la canne,
Nom dé gousss’ ! Pour el sien qu’enhanne,
J’crais qu’un p’tit larmot ch’est pus sain.
V’là pourqui qu’d’aveuc sa caudière,
San fouonai, san rafraîchissoux,
Tous l’s’ ans no vait l’bouilloux cheu nous
En train d’faire eun’ goutt’ d’iau d’vie d’ baire.

Refrain
Et j’dis à ma p’tit’ cardronnette :
Ma mignonn’, fais nous d’la galette
Teurgoul’, fallue, à n’étouffer ;
J’arros’rons tout cha d’bouon café :
Faut qu’el bouilloux sait bi traité.

El’ sien qui va omont les camps
Dans la breume et dans la rousée,
Il a souvent la fall’ glacée ;
Li faut d’quai d’câs en rarrivant.
Dans sa tisane eun’ demouéselle
D’iau d’vie qu’no fabrique du moment
Pasqué ch’est d’iau d’ vie naturelle
Vaut mus qu’un p’tit pot d’cheu l’marchand.

Quand j’naquis ch’est d’un p’tit larmot
Qu’man père y m’humectit les lèvres,
Ded’ pis c’temps là j’couors comme un yèvre,
Y a ri d’milleu pour un marmot ;
Et vrai Normand d’la Normandie
A qui qu’la goutte en fait pas pou,
J’veux bair’ jusqu’à la fin d’ma vie
L’bouon Calvados ed’ nos bouilloux.
___________

LE DÉPART DU CONSCRIT


Dans la grand’ casern’ quand tu s’ras là-bas,
Je sieus raid’ sur, man fi, qu’souvent t’arpens’ras
A ta vieul’ moman qu’a-z-eu tant d’minsère
A vous élever, tai, tes sœux et tes frères.
Écris mai deux mots, l’sei quand l’ennui prend,
Cha decherge el’ cœur d’écrire à ses gens.

Saint Mihié, ch’est bi loin, nos est pas bi riche,
Si faut débourser, tan pèr’ fait la griche ;
Quiens, v’là deux pistol’, much’ les man p’tit gars ;
Si t’es dans queuqu’ mais passé capora
D’mande eun’ permission à tan capitaine,
Pour v’ni fair’ vai tes biaux galons d’laine.

Sais terjous soumis, propre et couraigeux,
Fais leu vai c’que ch’est qu’les Normands d’ileu !
Prends garde d’avai fraid, n’fais pas d’z-imprudences,
Et n’fréquent’ pas trop l’café ni la danse.
Do ta bonn’ amie l’sei au coin du feu
Pour le p’tit soldat, no priera le Bouon Guieu.

La vie est comm’ cha, no s’artrouv’, no s’quitte,
Mais, vais-tu, trouais ans cha pass’ co bi vite
Quand tu r’viendras cha s’ra pour longtemps,
Ta p’tite Armandeine aura prins vingt ans,
Faudra vous marier, vous bailli nout’ ferme ;
A ta neuch’, garçon ! No s’amus’ra ferme.

Non, tu n’veux pès rire en quittant tan païs,
T’aurais putôt l’cœur à pieurer, est-ch’ pès ?
Les gens qui no guett’, faut pas qu’ej’ pleuriomes
Allons, man pétiot, fais vai qu’t’es un homme
Devant qu’d monter dans c’maodit tramway
Ah ! Dis mai boujou, boujou cor eun’ fais !
________

LA CATHÉDRALE DE BAYEUX


Dans not’ pays riche en merveilles,
En souv’nirs, en biaux monuments,
Parmi les bijoux d’l’art normand,
Not’ cathédrale est sans pareille.
Guettez-là, bin hâs dans les cieux
Drechi fièr’ment ses trouais tours grises
Non !  Y a pas d’aussi bell’ église
Comm’ not  Cathédrale de Bayeux.

Nos grand’mèr’ faisaient d’la dentelle,
Leu travail cha vaut des prix fous,
Nos grands-pèr’ en faisaient itou
Do leux burins et leux téruelles.
Y bâtissaient pour l’Bon Guieu
Tout en embellissant not’ ville,
En ont y mins des cents, des mille
Dans not’ Cathédrale de Bayeux

Au fond du dernier d’nos villages
Tout l’monde aim’ bin san p’tit quiocher ;
Sans li nos aurait biau tracher,
Y manqu’rait d’quai dans l’paysage.
Cha s’rait bin pir’ si par malheu,
Bayeux perdait sa cathédrale,
Ses biautés paraîtraient bin pâles
Sans not’ Cathédrale de Bayeux.

Aimons donc, soignons ces vieul’ pierres,
Conservons les comme un trésor,
Pour que des sièqu’ encor’
No vienn’ vai l’chef-d’œuvre ed’ nos pères
Les siens qu’ont fait d’quai  d’si précieux
Y a longtemps qu’y dorment sous terre,
Et n’y a pus d’ouvryis pour fair’
Eun’ aut’ Cathédrale de Bayeux.
________

LA VIEULE MOAISON

LA VIEULE MOAISON


Quant el’ gleu est pouorri, quant’ el’ gâble chancelle,
Quant’ la poutre du faîte en deux morciax s’abat,
L’malheureux prend san lièt, sa c’mode, sa vaisselle,
Laisse la porte ouverte et, résigné, s’en va.

Y s’en va, conduisant la quérette empruntée
Qui porte tout san bien dans queuqu’ nouvei taôdis,
Abandonne ès câts-huants la moaison désertée
La triste cage eiou qu’les p’tiots piaillaient jâdis.

Et l’vent, li, paille à paille, emporte la touaiture
Y défonche la f’nêtre, entre yans et bris’tout,
La nieut, pierre par pierre, y mougeut la mâsure,
Y ronge l’esquelette en gueulant comme un loup.

Mais du lierru qui pousse étreint l’abandonnée,
Au pid des murs branlants batit des contreforts,
Et d’un bras vigoureux tient la vieul’ qu’minée
Tandis que la tempête ardouble ses efforts.

Quand l’amour, la junesse ont prins leu vol, ej’sommes
Des vux logis déserts, assaillis pa’ l’vent, murs
Pour être fichus bas, mais , avant not’ dernier somme
Ah ! qu’un pid d’lierru vienne acouter nos vus murs.
_________

L’QUIOCHER D’CAUMONT


Connaissous bi l’co d’un quiocher
Qui vait l’premyi l’solei se l’ver
Sussnos herbages et nos pommiers ?
Oui, ch’est inutil’ qu’ej vous l’dise,
Cha n’peut rêtr’ qu’el sien d’nout église
Car ch’est l’pus hât des environs
Nout biau quiocher d’Caumont.

Quand l’sei timb’ comme au point du jouor
Bi loin, bi hât no vait la touor
De tout’ les commeun’ d’alentouor,
Et l’dinmanch’ quand no sonn’ la messe
No n’entend brin les p’tit’s parouèsses ;
Ch’est qu’y sait pousser sa canchon
Nout biau quiocher d’Caumont.

L’sien quen est d’Caumont l’Éventé
Peut bi vous l’dire, en vérité,
Un biau jouor si fallait quitter
Nout’ joli p’tit coin d’Normandie
J’pieurerions bi nout’ vaqu’ caillie
Mais par sus tout j’regretterions
Nout biau quiocher d’Caumont.

Un jouor si jamais les Prussiens
S’démentaient d’veni par ichin,
En  avant, gars Normands ! Les siens
D’Caumont n’fuiraient pas la bataille,
No les verrait sous la mitraille
Brav’ment défendre à coups d’canon
Nout biau quiocher d’Caumont.
_________

LA FÊTE  À  CAUMONT


No l’appell’ terjous Caumont l’Éventé
Mais j’crais qu’ ch’est itou Caumont la Coquette,
Quand ses habitants li font la toilette
Y en a pas biau fair’ pour les dégoter.

Eun’ fête à Caumont ! Véyons les affiches,
Y a Moussieu l’Préfet, y a Moussieu Chéron,
Grand feu d’artifice, illumination,
Faut qu’no aill’ vai cha, les pauv’ comm’ les riches.

L’dinmanche au matin v’là don arrivant
Tout’ les gens d’cheu nous dans leux grand’ quérettes,
Les femm’s o sont fièr’ do leux bell’ bounettes
Et leux caracos en viours par devant.

Nos est pas d’scendus qu’no ouver’ la goule,
Hélas ! Ch’est-y biau, guett’ don par ichin
Et pis par illeu, tcheu chose ? Tcheu machin !
Ch’est si tell’ment biau qu’nos en perd la boule.

Les arch’ ed trioph’ sont montés bi hâs,
No vait dans l’ feuillag’ des bell’ lettr’ dorées,
Y a pas eun’ maison qui n’sait décorée
D’aveuc des guirland’ et pis des drapiax.

En faut du travail, en faut d’la patience
Pour que des bonn’ gens fass’ ed quai comm’ cha,
T tout’ les lantern’, les lampions qu’ v’là,
No va l’z’ allumerà c’sei pour la danse.

No n’peut pas trouver d’quai d’mux équiairi
Comme en piein médi no vait dans la rue,
L’électricité cha vous ébélue
Faut avai vu d’vant qu’d’ mouori.

V’la l’feu d’artifice ! Hélas, les fizées !
Guett’ les biax soleis qui sant tout en feu
Et les biax jeux d’iau comm ed’l’or qui pieut.
Hélas ! qu’nout pétiot’ en est amusée.

Dans eun’ grand’ auberge iou qu’el bair’ est bouon
Faut bi qu’j’entrions pour fini la fête
Caumont l’ýventé, Caumont la Coquette,
Pus tôt tu r’s’ras bell’ pus tôt j’arviendrons.
_________

LA FEIRE ÈS OUGNON



Ah’ oui, vous parlez d’la feire ès ougnons !
V’là s’ment vingt chinq ans, ch’était eun’ bell’ feire.
En vous respectant, y avait dé cochons,
Dé vaqu’ et dé viax et dé gens biaufaire.

L’ougnon n’tait pas chi comme au jour d’agnieut.
D’abord lé marchands étaient pus d’chinquante,
Il en arrivait durant tout’ la nieut ;
Y en avait dé sâs d’ougnon et d’la piante !

A ch’t’hur’ qui qu’y a ? Quinz’ vingt-z-amouillants,
Deus trouais bourricots et eun’ vieull’ tchièv’ bianche
Et quant ès ougnons, sept, huit, dix marchands,
Dé vux habitués qui vienn’ de Créianches.

Cha qu’est dé bouonn’ gens, mais qui sant filous !
Comptez ben lé bott’ en t’nant vot’ vigette :
Trent’chinq, quarant’six, chinquant’ sept… méfious !
Faut lé guetti d’preux quand nos leus achète.

Y en a des bailloux, qu’attend’ jusqu’au sei
Qu’l’ougnon diminue. Hé ben, ch’est d’la briche !
En attendis cha, nos est prins d’la sei,
En rentrant tcheu sei, nos est pas pus riche.

L’pus débaôchant d’tout ch’est qu’presqu’ tous l’s ans 
A c’te feire ileu, l’Bouon Guieu nos asperge,
Mais cha fait tout d’même un p’tit brin d’mouv’ment
Cha fait sorti l’monde et gangni l’s aôberges.

L’lend’main ou matin, tcheu pus d’un bistrot
Si les piâts sant nets, guettiz sous la tâble.
Y a dés os d’canard, y a dés os d’gigot,
D’la paill’ des papis, ch’est abominâble !

Dé taqu’sus la nappe en veux-tu n’en v’là,
Du cid, du café ; que geatil ménâge !
Ah’ oui no peut core en veyant ç’carnage
Dir’ que lé Normands sant pachis pa’ là.
_________

UN BIAU COUP D’FUSIL

UN BIAU COUP D’FUSIL


Por el ‘ sien qui n’a ren à faire
La cache est un bel amus’ment.
Cha vaut mux que d’rester à beire
Et d’faire l’mauvais garnement.
Ch’est don porqui, la s’main’ dergnière,
Au d’ssus d’la qu’minée j’décrochis
La vieul’ pétouère à man grand père,
J’la dérouillis pis j’la tchergis
Ma mère en m’veyant s’mint à dire :
« Fais ben attention, man petiot,
« T’es gnope, aveuc cha faut pas rire,
« Tu n’érais qu’à nous tuer un viau. »
Bah ! Sans même emm’ner la vieul’ tchienne,
Me v’là parti, fûr’tant, guettant…
Tû ! qui qu’j’avise au pi d’un quène ?
Un yèv’ gité ben geatiment.
Pan ! Pan ! … cha y est, qu’j’dis. J’avanche
Au même instant v’là l’pèr’ Machu
Not malin Taôpi qu’est d’la Manche
Qu’accouort en riant comme un bochu.
- « Ah ! Moussieu, qu’y dit, queu biau yève !
« Tout l’monde en prêch’ra, ch’est certain.
« Vous m’avez tué, que l’diab’ m’enlève,
«  Not vieul’ cassiette en piau d’lapin,
« Y faisait câs, j’l’avions pôsée
« En r ‘happant les taôp’s dans vot camp.
« Heureus’ment qu’j’eûm’ la bonn’ pensée
« De n’point laissi not’ têt’ dedans ! »
_________

PREUS DU QUIOCHER


Au lu qué d’mougi du pain bis
Dans leu commeune
Y a des fill’ qui vont à Paris
Trachi la leune,
Et quand o z-arvienn’ au pays,
No crairait qu’o-z-on fait forteune
A lé vei braguies comm’ pas yeune
D’aveuc leus grands capiax fieuris.

O n’ont pas l’sou dans leu pouquette !
Ch’est qu’ça coût’ chi
Quand no veut s’poyi d’la touelette
Et dé chichis.
Vaut co mus garder la bounette
Et l’devantei tout rapiéchi
Et pouvei tous lés ans muchi
Sept, huit-z-écus dans l’pi d’caôchette.

Vaut co mus, preus d’san vux quiocher,
Rester tranquille
A trair’ lé vaques qu’d’aller s’louer
Dans la grand ville.
Tous lé matins nos arconnait
La vouaix des quioch’ qui vos révile
Nos entend, tandis qu’no s’habile
Lé vieul’ conelles jacasser.

Guettez comme o li sant fidèles,
Pous des ouésiax,
A leu quiocher cé paur’ conelles,
Et nous, hélas !
Mé p’tits éfants restons comme elles
Dans l’nique eiou qu’y fait si câs,
D’aveuc nos gens, sous nos poummiax,
Au preus d’l’éghyise maternelle.

Ch’est ileu qu’j’avons, veyez-vous,
Archu l’baptème,
Qu’pus tard, en bianc, j’archume à g’noux
L’Bouon Guieux li-même.
Ch’est cor ileu qu’j’arviendrons tous
Côt’ côte aveuc lé siens qu’nos aime
Pour dormi sous lé chrysanthèmes
Au pi du quiocher de tcheu nous.
_________

MA GROUSSE ANGÉLINA


Quand j’t’ veis juquie sur Martin,
Angélina, ma chèr’ pétiote,
J’dis qu’y en pas yeun’ qui t’dégote
Amont tout Pianqu’ry, ch’est certain.

T’es pas comm’ lé sienn’ de la ville
Qu’ont dé fauss’ dents, dé faux chignons,
Dé faux mollets, dé faux tétons.
Angélina, t’es t’eun bell’ fille !

T’as dé grands pis pour mux marchi,
Dé grand’ mouains pour mux fair’ l’ouvrâge,
T’as d’l’estoumac dans tan corsâge
Et d’quei t’assir sans terbuchi.

D’aveuc ta mère, la vieule houe,
Nos est cor forchi de s’muchi,
Y a pourtant pièche où t’embrachi,
Angélina sus tes grouss’ joues.

Si y a pas d’neuche avant deux meis
Qu’j’ seis mougi pa lé buhotes !
J’ai déjà commandé mé bottes,
Ma bragu’, ma biaude et man capet.

A Pianqu’ry, apreus Moussieur l’Maire
Ch’est l’tchuré qui no mariera,
Et j’érons ben dé p’tiots, j’espère….
Pas vrai, ma grouss’ Angélina ?
__________

A VOT’SANTÉ MOUSSIEU LA FEULLE


La cache n’est pas loin. V’la l’piqueux
Qui s’en vient tout dreit sus la ferme.
Va trachi la boutell’ de vieux
Qu’no li propose eun’ petit’ lerme.
………………………………………
Cha va vous ardonner du ner
Pour galoper apreus vot’cher.
Allons un p’tit coup, ch’est d’la vieule,
A vot’ santé, Moussieu La Feulle !

Un p’tit verre de Calvados,
Qu’y dit, ma fei, cha ravigote,
J’ai ma qu’minse collée au dos
Et les pis trempés dans mes bottes.

Un verr’ pour chacun des deux pis,
Un pou l’dos, cha fait trouais qu’j’ dis.
Faut pas rebouqui, ch’est d’la vieule,
A vot’ santé, Moussieu La Feulle !

Terjous souriant, l’cœur sus la main
Vous n’comptez qu’des amis sus terre,
Si lé chers ne vous aiment brin
Lé gens vous respectent biaufaire.

Et no caus’ra cor’ longtemps d’vous
Quand vous n’viendrez pus pa’ tcheu nous.
………………………………………
Acore un p’tit coup, ch’est d’la vieule,
A vot’ santé, Moussieu La Feulle.
__________

A VAUBADON


Ichin j’creis qu’tout est fait pour piaire !
La route est large et les moaisons,
D’l’école dé fill’ jusqu’au chemityère,
Sant pienn’ de gens honnèt’s et bons,
Y a jamais d’brit dans lé ménâges,
Lé jolies fill’ et lé garçons,
Ma fei, sant sag’ comm’ dés imâges
V’la comm’ nos est à Vaubadon.

A Vaubadon,
Dondaine dondon
Dondon ! dondaine dondon.

Du château qu’est au fond d’l’avenue
Tout l’monde a la vénération.
Quand la saison d’la cache est v’nue
L’village est pien d’animation.
Moussieu La Feulle arrive en tête
En sonnant gaiement du quiairon,
Ses tchiens l’suiv’ la quoue en trompette
V’là ç’que no veit à Vaubadon.

A Vaubadon,
Dondaine dondon
Dondon ! dondaine dondon.

Vaubadon ch’est en Normandie,
Nos est forchi d’dire, un p’tit mot
Sus les Bouons Diab’ qui vend l’iau d’vie
A la d’moueselle et au p’tit pot.
Arrêt’ ous donc pour beire eun’ tasse,
Seur’ment no vous vers’ra d’quei d’bouon
Bouon vin, bouon beire et bouonn’cicass
V’la qui qu’no beit à Vaubadon.

A Vaubadon,
Dondaine dondon
Dondon ! dondaine dondon.



NOTES :
- Parler du Bessin : On peut observer des phénomènes linguistiques des parlers du nord ouest de la Normandie et quelques traits et expressions spécifiques du Bessin. Labialisation de la diphtongue « ai » en « ouai »,  « mouaisons » vs « maisons »... Prononciation « eu » du « è » ouvert ; « apreus » vs « après », « aveuc » vs « avec », même prononciation « ieu » de la diphtongue  « ui » : « agnieut » vs « anuit ».
- Cha va tote :  Ça va couci couça.
- Verdâs ! : interjection signifiant une chute lourde.
- Fiée : Nom féminin, grand nombre, signalé avec ce sens par Maizeret, synonyme de tapée. Sans doute de même origine étymologique que « Fois » du latin « vicata » signifiant « Vices ». Wace au XIIème l’utilise ainsi.
- Muche : Expression adverbiale. De « muchier », ancien français « mussier » au sens de « cacher ». Peut-être « s’embrasser en cachette ».
- Crevuche :
- Touniax : Nom masculin, tonneaux. Le vieux français connaissait « tonnel » du latin « tunna », « tonna », le pluriel a donné en normand « tonniax » et en français « tonneaux », certainement en passant par une prononciation 15ème et 16ème « tonniaous ».
- Juquie : Perchée, forme dialectale de juchée du francique juk « percho
- Dégoter : avoir fière allure
- Muchi : Caché, de l’ancien français mussier au sens de cacher
- Buhote : Limace, du francique  buka  « cruche ». Allusion à la forme allongée.

retour
table des auteurs et des anonymes