LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) :  Fanchon Cliquet (1917).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (23.V.2006)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : Norm 299) des Joyeux Bocains : contes drolatiques en patois bas-normand par Ch. Lemaître, le Chansonnier du Bocage avec préface d'Arthur Marye et illustrations de Levavasseur et R. Thurin. publié à Caen chez Bonnaventure et Jouan en 1917.

Fanchon Cliquet
par
Charles Lemaître


~ * ~

A Madame Henri Salles.


    Vo n’avé bi sûr pas connu
    La mèr’ Fanchon Cliquet d’ Biaussu ;
Par t’chu nous, no l’app’lait tout bouenn’ment « la Cliquette »,
Et dame, o n’avait pas la langue à sa pouquette ;
En l’i coupant l’ filet, comm’ c’est qu’ no dit t’chu nous,
La sag’-femm’ ne l’y’avait pas volé sé chins sous.

La Cliquette était veuv’ depus bi des années
        Et o vivait
        Comme o pouvait,
D’avec quiqu’s vergies d’ terr’ pas trop mal cultivées.
    Olle avait un vieux t’chien d’ bergi,
    Qu’était raid’ bon derrièr’ lé vaches ;
    Il ‘tait bi connu dans l’ pays
    Et répondait au nom d’ Moustache.

    La bête avait du command’ment
    Et, sur un sign’ de sa maîtresse,
    Vos airait bi sauté ès fesses,
    Comme en manièr’ d’avertiss’ment.

Paraît que n’y’a dé gas qu’ont d’ qué dans la figure
Qui déplaît bi’n és t’chiens, quand i’s en vaij’nt comm’ cha ;
Faut crair’ que l’ vieux Bernard, du hameau d’ la Couture,
Avait d’ qué dans la goul’ quasiment dans c’ genr’-là ;
    Y faisait d’ si vilain’s grimaches
    Un jou d’vant l’ t’chien, qu’ çu brav’ Moustache
    L’ happit pa l’ fond d’ san pantalon,
    En l’y’entamant un brin l’ croupion.
    Là d’ssus, Bernard, tout en colère,
    Por dé dommag’s et intérêts,
    S’en fut bi vite au jug’ de paix,
    Qui fit citer not’ ménagère.

        Fallait vaie la Fanchon
        A l’audienc’, comme un diable,
        Traiter l’accusation
        De d’ qué d’abominable.

« - Au surplus d’ tout, qu’o dit, c’est d’ la faute à Bernard,
Si Moustach’ l’a mordu un brin dans l’ gras du lard ;
    Quand nos a eun’ goul’ comm’ la sienne,
    No n’ s’en va pas derrièr’ lé t’chiens
    Et apreux cha, chanter d’s antiennes,
    En s’ tenant lé fess’s à deux mains.

Pus qu’i m’a fait v’ni là, moussieu, vos allé vaie ;
J’ vas vo conter comment qu’ la chose est arrivée,
        Et qu’ c’est bi li
        Qu’a commenchi.

Supposons, moussieu l’ jug’, qu’ vos êt’s not’ t’chien Moustache
Et qu’ vos avé resté tout’ la nieut à l’attache ;
No vo lâche l’ matin à vot’ grand content’ment,
Vo v’là parti, la queue en l’air et l’ nez au vent ;
Vo vo n’n’allé trouver la t’chienne à Barbulée
        Et la sienne à Debieu,
        Qui sont tout’s deux en feu ;
Brav’ment vos en passez à chacu’ eun’ touernée
Et vo r’vené mangi vot’ bouenn’ soupe au caudé,
Que j’ vos ai fait boueilli d’avec du lait truté ;
    Vos en mangé eun’ pleine écuelle,
Apreux, sû la mâlière, eun’ fais qu’ vos êt’s bi r’pu,
    Vo vo couché en rouelle,
La queue enter lé patt’s et l’ nez aupreux du t’chu.

Vo dormé tranquill’ment, comme un t’chien bi’n honnête,
Quand çu grand bab’las-là, metteux d’ poul’s à couver,
Qui passe amont l’ chemin, s’en vient vo faire arjuer
Et vo fait dé grimach’s avec sa goul’ de bête,

Là-d’ssus, naturell’ment, vo l’y sauté au t’chu,
C’est-y d’ ma faute à mé, si vo l’avé mordu ? »

« - Messieurs, qu’ dit l’ jug’ de paix, la cause est entendue,
La Cliquette a, ma foi, la langu’ fort bien pendue ;
Après son plaidoyer si rempli d’à-propos
Sur Moustache et Bernard, j’ renvoie tout dos à dos. »


TABLE DES MATIÈRES


retour
table des auteurs et des anonymes