LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) :  L’ Voleux d’ Pain (1917).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (20.V.2006)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : Norm 299) des Joyeux Bocains : contes drolatiques en patois bas-normand par Ch. Lemaître, le Chansonnier du Bocage avec préface d'Arthur Marye et illustrations de Levavasseur et R. Thurin. publié à Caen chez Bonnaventure et Jouan en 1917.

L’ Voleux d’ Pain
par
Charles Lemaître


~ * ~

A Madame Henry Chéron.


Aut’fais, dans man jeun’ temps, la ferme d’ la Quesnée,
Qu’était p’t’êt’ la meilleur’ que n’y’ eût dans not’ contrée,
Rapport à ses herbag’s et à san crû itou,
Etait sûr’ment bi t’nue par maîtr’ Françouais Rétout ;
    Faut dir’ qu’y connaissait s’n affaire,
    Su la culture, il ’tait malin ;
    Aussin, sa  ferme était prospère
    Et t’chu li, no n’ manquait de rien.
No nourrit bi lé gens, par t’chu nous, dans l’ Bocage,
    Et n’y’a d’ bon bèr’ dans lé tonniâs,
    Surtout l’ sien qu’ no fait po l’ mès d’ât,
Car c’est d’ qué qui rend l’ mond’ bi t’cheuru à l’ouvrage.

    T’chu maîtr’ Rétout, no boulangeait
    Et no t’cheusait l’ pain qu’y fallait ;
        La boulang’rie
        Etait bâtie
Au coin d’un plant d’ pommiers, par derrièr’ la maison,
    Et d’ temps en temps, l’ valet d’ ménage,
    De qui, qu’ dans lé ferm’s, c’est l’ouvrage,
Boulangeait eun’ vingtain’ de bons gros pains d’ cuisson.
Or, v’là qu’un biau matin, allant qu’ri sa fouernée,
Gustin, l’ valet d’ ménag’, restit tout éjugi ;
Sû lé vingt touertes d’ pain, y’ en avait deux d’ volées,
Y fut l’ dire à san maître, aussi surprins comm’ li.
    Quand l’s autr’s valets connur’nt l’affaire,
    Y’s en fur’nt tous bi contrariés,
    Car, dans tout cha, nos a biau faire,
    No peut quiqu’fais rêt’ soupçonné.

    La chose était presqu’ ombéliée,
    Quand v’là qu’ dans lé six mouais apreux,
    Parmi lé pains d’eune autr’ fouernée,
    Nos en avait co volé deux ;
D’ çu coup-là, pensé bi qu’ cha mint tout l’ monde en rage,
Et l’ sien, parmi tout cha, qui faisait l’ plus d’ tapage,
C’était un dé valets, qu’ nos app’lait l’Enragi,
    A caus’ qu’il avait mauvais’ tête.
    « - Oui, qu’i leux dit, vos êt’s tout’s bêtes,
Si no veut m’ laissi faire, j’ veux bi vo gagi
Que j’ happ’rai not’ voleux ; l’affaire est bi’n aisie :
No m’enfermera l’sé, en d’dans d’ la boulang’rie
        Et quand l’ voleux viendra,
        J’ saut’rai d’ssus comme un cat. »

« - Eh ! bi, qu’ dit maîtr’ Rétout, quand no r’f’ra eun’ fouernée,
    Pus qu’ l’Enragi est si malin,
    Qu’ no happ’ dont l’ voleur de pain,
Mais dam’, tant pis por li s’il a la goul’ cassée. »

Quand tout fut bi conv’nu, fallait vaie l’Enragi
Fair’ dé grands embarras d’ vant les autr’s domestiques,
Nos airait cru, à l’ vaie, qu’il allait tout mangi,
Et y n’ causait qu’ du voleux, qu’i tuerait à coups de trique.
    Fûtés d’entendr’ çu bagout-là,
    Lé s’autr’s valets qui n’taient pas bêtes,
    Dans l’ mêm’ bounet s’ minr’nt tous la tête,
    Afin d’ l’i jouer l’ bon tour que v’là :
Quand l’ pain fut défouerné, dans l’ coin d’ la boulang’rie,
Y’s eur’nt soin d’apporter un p’tit lit d’écurie ;
    C’est d’ qué qu’est fait à bi peu d’ frais,
    Eun’ paillass’ dans eun’ caisse en bouais,
    A peu près d’ la longueur d’un homme ;
    Portant y’en a qu’y font d’ bons sommes,
        L’Enragi tout l’ permi,
        Quand il ’tait fatigui.

Avant que d’ l’enfermer, l’s aut’s valets, sé confrères,
    Po l’ sout’ni dans s’n expédition
    L’y’apportir’nt eun’ bouenn’ collation,
Et por bi l’arroser, eu’n douézain’ de pots d’ bère ;
    Y savaient bi qu’à l’occasion,
    Notre homme était gouermand d’ béchon :
Quand c’est qu’o l’ mint au mond’, sa mère, à défaut d’ rentes,
L’y’avait terjous bailli un gosi bi’n en pente.
« - Allons ! qu’ dit l’ grand valet, bais un coup, l’Enragi,
Cha va t’ bailli dé forc’s, faut t’acouter, m’n ami. »

C’était du vrai fout-bas, du bon baire à plein’ goule,
No mordait dans la pomm’ tant qu’il ’tait parfeumé,
D’avec cha, pétillant, un brin amerteumé ;
D’ qué qui fait, comm’ no dit, tant d’ bi par où qu’ cha coule.

        Por happer san voleux,
        L’Enragi but comm’ deux ;
    Aussi, la collation finie,
    Y s’en sentait déjà un brin
    Et véyait dans la boulang’rie
    Touerniqui tout’s lé touertes d’ pain ;
Par là d’ssus, quand il eut avalé deux grands verres
        D’un flip carabiné,
        Où qu’ nos avait cauffé,
Dans p’t’êt’ deux pots d’ pur jus, eun’ chopein’ d’iau-d’-vie d’ baire,
        Çu paur’ vieux gas
        S’ trouvit si sâs,
Qu’à deux y l’ minr’nt dans l’ lit, quasi sans connaissance,
Où qu’i s’ mint à ronfler, sans souci d’ l’assistance.

« - Cha y’est, qu’ dir’nt lé valets, le v’là bi’n endormi,
A c’t’heu’ no peut l’enl’ver, y n’ va pas s’ réveilli. »
Là d’ssus, l’s uns par devant et les autres par derrière,
Y s’emportirent l’ lit, comm’ no porte eun’ chivière.
Et sous lé gros pommiers, au mitant du p’tit camp,
Y posir’nt gentiment not’ gas terjous ronflant.

Pendant quatre heur’s au moins, y cuvit sa saôlée,
Mais la fraîche d’ la nieut finit pa l’ réveilli.
« Nos a-t-y volé l’ pain », fut sa premièr’ pensée,
Et not’ saôlard sautit bi vite en bas du lit.

    Quand y n’ vit plus la boulang’rie,
    Dans qui qu’i s’ cayriait enfermé,
    Il en restit la goul’ baîllie
    Et s’ mint à brair’ comme un toré :
        « - Ah ! sacré non d’ la vie,
        Qui qu’ va dir’ maîtr’ Rétout ?
        La fouernée est partie,
        La boulang’rie itou ! »


TABLE DES MATIÈRES


retour
table des auteurs et des anonymes