LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) :  Le Bénitier gelé (1917).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (17.V.2006)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : Norm 299) des Joyeux Bocains : contes drolatiques en patois bas-normand par Ch. Lemaître, le Chansonnier du Bocage avec préface d'Arthur Marye et illustrations de Levavasseur et R. Thurin. publié à Caen chez Bonnaventure et Jouan en 1917.

Le Bénitier gelé
par
Charles Lemaître



~ * ~

A Monsieur Joseph Duval.

V’là v’ni la p’tit’ Naunon, la fille à Jean Pitou,
    Du fond du villag’ de Courcelle,
    Et, bi camarad’ d’avec elle,
L’autr’, c’est la grand’ Julie, du même village itou.

Où donc qu’o vont comm’ cha, lé deux jolies Bôquines,
    Que v’là qui font dé si grands pas,
    Bi muchies sous leux afflubas ;
J’ cré qu’ c’est d’ couéri comm’ cha qui leux baill’ si bouenn’ mine
J’ somm’s à la veill’ de Noël, et dame, y fait bi fraid,
    Malgré qu’ sû la route, o chabot’nt,
    Cha n’empêch’ pas lé deux pétiotes
D’ causer de c’te grand’ fête avec bi d’ la piété.
O s’en vont dont comm’ cha, tout’s lé deux à confesse,
    Por a r’cevé l’absolution,
    Qu’y leux faut por la commeunion,
Qu’o f’ront l’ lendemain, à la grand’messe.

« - Mé, qu’ dit la p’tit’ Naunon, j’ai d’ qué qui m’ dérang’ bi ;
    J’cré qu’ j’ai fauté su la décence,
    Et j’ai bi poue d’ la pénitence,
Que va m’ donner por cha not’ vieux t’churé Jean-Louis. »
« - Mais dam’, que dit Julie, j’ sieus ptêt’ pas innocente
    Enn’ tout su c’te gueuse d’affaire là ;
    Si tu savais de c’ que j’ai d’ ma
D’avec el gros Maclou qu’est terjous qui m’ touermente ;
Enfin, no va bi vaie c’ que va dir’ not’ t’churé,
    Tu vas passer la permière,
    Por l’i raconter t’n affaire,
Et s’il est trop méchant, mé j’ m’en vas m’en r’touerner. »

Tout en d’visant co nm’ cha, o s’arriv’nt à l’église ;
    Oui mais, dans l’ bénitier
    L’iau bénite avait g’lé ;
Fallut casser la glac’ por en prendre à leux guise !

Comme i’s avaient conv’nu, cha fut d’abord Naunon
    Qui s’en fut comparaître,
    Bi dévot’ment, d’vant l’ prêtre,
Tremblant qu’ por san péché, y n’ l’i r’fuse el’ pardon.
Oui mais, pendant c’ temps-là, qui qu’ faisait not’ Julie ?
    Por écouter lé compliments
    Qu’allait r’cever la paure éfant,
Preux du confessionna o s’était aperchie ;
Et v’là qu’olle entendit l’ t’churé qui s’ébairiait :
    « - Misérable indécente,
    Vous avez, impudente,
Osé mettre la main sur un pareil objet ;
« Allez, pour implorer du Seigneur l’indulgence,
    Allez plonger, sortant d’ici,
    La main qui s’est souillée ainsi,
Deux heur’s dans l’bénitier, en faisant pénitence. »

« - Eh ! qu’ dit la grand’ Julie, j’ vé bi c’ qu’il m’arriv’rait
    Si j’allais à confesse,
    Raconter ma faiblesse ;
Ma fé, y’aill’ qui voudra, j’ m’en r’vas t’chu nous tout drait. »
Et v’l’aller not’ Julie, d’avec sé p’tits chabots,
    Qui s’écappait bi vite ;
    Oui mais, v’là qu’à sa suite,
L’ t’churé, qu’était sorti, la rappelle aussitôt,
« - Eh ! qu’i l’i dit, Julie, c’est à vot’ tour, ma fille. »

    « - Ah ! mais, qu’o dit, Moussieu l’ t’churé,
    J’airais bi voulu m’ confesser,
Mais vos êt’s trop sévèr’ por lé p’tit’s peccadilles ;
J’ vé là, por bi peu d’ chos’, Naunon qu’a sa paur’ main
    Trempée dans l’iau glachie ;
    D’ qué faire eun’ maladie ;
Mé qu’ai péchi de d’ même j’ tremp’rais dans l’ même bain.

Mais cha n’est pas la main, cheux mé, qu’a fait l’offense,
    Et si, por man péché,
    Dans l’ bénitier qu’est g’lé,
Vo vouliez, comm’ Naunon, m’env’yer fair’ pénitence,
    Cha s’rait bi pis, man doux Jésus,
    Car faudrait que j’ m’affouerque d’ssus !... »


TABLE DES MATIÈRES


retour
table des auteurs et des anonymes