LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) :  L’ Divertisseux (1917).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (17.V.2006)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (Bm Lx : Norm 299) des Joyeux Bocains : contes drolatiques en patois bas-normand par Ch. Lemaître, le Chansonnier du Bocage avec préface d'Arthur Marye et illustrations de Levavasseur et R. Thurin. publié à Caen chez Bonnaventure et Jouan en 1917.

L’ Divertisseux
par
Charles Lemaître


~ * ~

A Monsieur René Perrotte.


    Y s’ trouv’ quiqu’fouais dé maladies
    Qui s’ jett’nt comm’ cha su l’ corps humain,
    Qu’eun’ paur’ femme est bi’n affligie,
    Quand faut qu’olle aill’ trouver l’ médecin ;
    C’est qu’ cé gas-là sû la nature
    Es femm’s pos’nt quiqu’fouais dé questions
    Qu’ cha gên’ bi lé paur’s cairiatures
    Su la pudeur….. quand o’s en ont.
    Portant, lé mâteins’s de bôquines
    N’ainm’nt pas rester la goul’ sous l’ nez,
    Et por répondr’ su la méd’cine,
    Trouv’nt dé bons mots dans leux patouais.

    Y’avait la femme à Jean Dardenne,
    Un coup qu’o s’en fut l’ consulter,
    Qu’en répondit comm’ cha eun’ bouenne
    Au paur’ défunt méd’cin d’Aunay.
    Olle avait d’s espèc’s de coliques.
    Et fut dont l’ vaie à caus’ de cha,
    Mais comme y voulait qu’o l’y’explique
    L’endrait bi juste où qu’était l’ ma’ :
    « - Dam’, qu’o l’i dit, j’ sieus bi gênée
    Por vo dir’ cha, man bon moussieu,
    C’est à la pointe d’ la couérée ;
    J’en souffre tant l’ jouer et la nieut,
    Que n’y’a dé coups qu’ j’en sieus tout’ pâle
    Et c’est comm’ si no m’ rabûquait
    Dans l’ ventre avec eun’ fouerque à mâle ;
    C’est-i’ cha qu’ vo vouliez saver ? »

    « - Mais non ! mais non ! ma bonne amie,
    Qu’ dit l’méd’cin qui s’impatientait,
    Faut m’dire où est votr’ maladie,
    Afin que j’ puiss’ vous soulager. »

     « - C’est là, qu’o dit, au coin du ventre ;
    J’ vos expliqu’ portant cha d’ man mieux ;
    Juste au mitan, comm’ cha là, entre
    El nombrin et l’ Divertisseux ! »



TABLE DES MATIÈRES


retour
table des auteurs et des anonymes