LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) : Monologues poétiques et comiques - 2 : La demande en Mariage ; Un cas de conscience ; Les Sept Péchés Capitaux ; L'aveugle et le Paralytique ; Dégustation ; La Sourcette ; Les commodités.
Saisie du texte : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (15.III.2005)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque des Huit monologues comiques en patois normand publiés à  Paris par les éditions Jean Picot dans la collection des recueils comiques.
icône sons[14.12.2012] Remerciements à Monsieur Michel Le Bas qui a bien voulu nous confier, avec l'autorisation du lecteur-diseur, la mise en ligne des textes de Lemaitre lus par Claude Chaumont.

[N.B. : le lecteur Mp3 utilisé est disponible gratuitement sur Website-modern].

 
 
La demande en Mariage

Quand maîtr' Françouais Gasté, du hameau d' la Feuillie,
    Tout comm' Malbrough, fut enterré,
Sa veuv' bi désolée, la maîtresse Adélie,
    Restit tout' seule à fair' valer,
S'n homme l'y avait laissi pas mal de vergies d' terre,
    Olle avait bi D'siré, san gas,
    Mais dame il était si bêtias,
Qu'o n' pouvait pas compter qu'i remplachît san père ;
    Aussin comme i s' trouvait,
    Quasi bon à marier,
Sa mèr' l'i dit comm' cha : « Je m' sens bi fatiguie,
« J' n'irai p'têt' pas bi loin, j' voudrais bi qu' tu t' marie
    « Y'a lés deux fill's à maîtr' Biaussu,
    « Du hameau dés Etables,
    « Que no dit bi capables ;
    « D'mand's en dont eun' que j'aie eun' bru,
    « Car eun' maison sans femme,
    « C'est comme un corps sans âme ».

    V'la dont D'siré l' finot,
    Qui s'habillit tout bieau,
Por aller fair' sa d'mande à san futur bieau-père,
Qui le r'çut poliment et l'i dit d'prendre eun' tcherre.

C'est pas tout cha qu'i dit : « J'ai envie de m' marier,
« Pus qu' cha plaît à maman, j' veux pas la  contrarier ;
« Vos avez deux jeun's filles, voul'ons  m'en  bailli eune ?
« D'un côté comm' de l'autr', j'avon un brin d' forteune,
    « Si cha vo convient maitr' Biaussu,
    « Tapez là d'dans et c'est conv'nu ».

Tout douc'ment qu' dit l' bouenhomme ! « Tu vas un p'tit brin vite,
« C'est bi vrai qu' j'ai deux filles, Marie et Marguerite,
« Mais faut d'abord m' dir' laquell' dés deux qu' tu veux,
« Et si cha l'i convient, je n'demand'rai pas mieux.
    « Tout's deux sont bi gentilles
    « Et surtout sont bouenn's filles ».

« A votr' chouaix maîtr' Biaussu, por mei cha n' me fait rin,
« Fallait que j' trouve eun' fill', no m'a causé des vôtres,
« Fait's dont comm' vo voudrez, c' que vo f'rez cha s'ra bien,
« Mei, porvu qu' je m' marie, je m' fous d' l'eun' comm' de l'autre ! ».

leaf.gif

Un cas de conscience

Y'a dés gens qui prétend'nt que c'est bi'n agréable,
Por lés ecclésiastiqu's, d'entendr' lés confessions,
Car, lés gentil's dévots, por s'écapper du diable,
Leus en cont'nt quiqu's fais d' drôl's, su leus péchés mignons.
Si vo voulei m'n avis, là d'ssus faut pas qu' no s' leurre,
    Et qu' no craye qu'au confessionna
    Y'ait tant d' plaisir à    prendr' que cha,
Si n' y'a d' gentils moments, y'a d' bi vilains quarts d'heure.
    Cair'y'ous qu' cha seit bi régalant,
    Por un malheureux prêtre quand
I confesse eun' bouenn' femme, avec dés dents branlantes.
Et bi souvent gâtées, qu'ont d's odeurs répugnantes.
Véy'ous qu'à c'te vieull' là succède un malotru,
Qu'ait mangi eun' beurrée, avec un oignon cru.
    Non, dans l' métier, tout n'est pas rose,
    Un malheureux pasteur s'expose,
        Avec sés pénitents,
        A bi dés d'sagréments.

Là d'ssus, v'la bi d's années, dans eune églis' bocaine,
    L' tchuré, c' jour là bi matina,
    Vit v'nir à son confessionna,
Un vieux gâs bi connu por êtr' de mauvais' graine ;
    C'était l' chapardeux Mathurin,
    Qui çu jou-là, d' bi grand matin,
    Au tribuna d' la Pénitence,
    V'nait por soulagi sa conscience.

    Mais sur el' mot d' conscient' que v'la,
    All' ous pouvei m'expliqui cha ?
    No peut dire, entre parenthês's,
    Que c'est bi drôl', la langu' française,
    Conscientc' très large, ou qu' no n' n'ait pas,
    C'est tout l' contraire et c'est l' mêm' cas ;
    J' crais bi qu' por en trouver eun' pure,
    Faudrait la fair' fair' sur mesure.
       
    Là d'ssus, r'venons à Mathurin,
    Qu'est en train d' faire, l' vieux gredin,
    Eun' confession bi malaisie,
    Au sujet d' sa dernièr' vol'rie.
J'ai fait, qu'i dit, man père, un vilain coup c'te nieut,
J'ai volé quart' poulett's bouenn's à mettre à la broche,
Et depieus qu' j'ai fait cha, ma conscience m' le r'proche.
J' viens dont vo lés offrir, man saint homm' du bon Dieu
Surtout, n' lés r'fusez pas, en quittant d' là, man père,
J' m'en vas vo lés porter, tout's quatre au presbytère.
- Comment donc, malheureux, es-tu dev'nu dément ?
Sans nul égard pour moi, tu viens effrontément,
Dans le temple de Dieu, m'offrir de la volaille,
Que tu as dérobée, ah ! c'est par trop canaille.
Et tu vas de ce pas, en sortant de l'église,
Reporter ces volaill's, à qui tu les as prises.
- Oui, mais, moussieu l' tchuré, si l' volé n'en veut pas,
J'ai t'i l' drait d' lés garder ? Tirez mei d'embarras.
- Eh ! parbleu, Mathurin, la chose est bien facile,
S'il se peut qu'un bonhomm' soit assez imbécile
       Pour refuser son bien,
       Garde-le, c'est le tien.
- Merci, moussieu l' tchuré, j' vo dais d' la r'connaissance,
       Car c'est à vous q u' j'avais volé,
       Lés volaill's que vo me r'fusei ;
Pus qu' vo n' lés voulez pas, j' lés garde en tout' confiance.
               
       - Ah ! misérable sacripant,
       Tu m'as volé mes quatr' poulettes.
       Et par un tour outrecuidant,
       Tu crois t'en tirer les bragu's nettes,
N'y compt' pas, Mathurin, je vais sans rémission,
Prévenir les gendarm's et t' fair' mettre en prison.
- Véyons, moussieu l' tchuré, j' crais qu' vo dit's eun' bêtise,
       Vo n'allei bi sûr pas,
       Violer, mêm' por man cas,
L' secret d' la confession, imposé par l'église.

    Hélas, qu' dit l' paur' tchuré,
    C'est qu' le coquin dit vrai.
Et bien qu'il soit pénible pour moi de me taire,
Je dois sacrifier tout à mon saint ministère.
Le mieux c'est d' composer avec ce chapardeux ;
Allons, vieux Mathurin, ne sois pas insensible,
La perte de mes poul's, m'est d'autant plus pénible,
C'est que je les él'vais pour me donner des oeufs.
    Malgré ta conduite illicite,
    Rapport' m'en deux et j' te tiens quitte.

Hélas, moussieu l' tchuré, mais vo n'y pensei pas,
Po l' ma qu' je m' sieus donné, i n' me rest'rait pas gras ;
Portant, pus qu' vos y t'nei, je n' veux pas vo déplaire,
J' vas vos en r'porter eun', mais c'est tout c' que j'peux faire !

leaf.gif

Les Sept Péchés Capitaux
A Mademeille Suzanne LEMOISSON, pour son album.
   
Vous avez l'esprit fort joyeux ;
Riant d'un chat privé de queue,
De rire, vous seriez bleue,
Si ce minet en avait deux.
   
Or donc, Suzanne, ma mignonne,
Je vais essayer cette fois,
De vous faire rire en patois ;
Cela ne peut froisser personne.

Et si quelque grincheux esprit,
A mes propos trouve à redire,
Qu'il change une corde à ma lyre,
Ou finisse mon manuscrit.

Si no causait un brin d' mariage,
C'est un sujet assez plaisant,
Quand eun' fillette attrap' vingt ans,
Il est temps d' la mettre en ménage.

Et je n' crais pas dire d' quei d' faux,
Si j'affirm' qu'à sa femm' por plaire,
Faut qu'un homme ait dans sa gib'cière,
Tous lés sept péchés capitaux.

Là, j' m'en doutais v'la qu'no m' critique,
No m' trait' de mauvais conseilleux,
Mai, au lieu d' brair' comm' dés voleux,
Attendez un brin que j' m'explique.

Sûr'ment qu' dés péchés en question,
Je n' vas pas fair' l'apologie,
Mais, j' veux prouver, sans être impie,
Qu' dans chacun d'eux, no trouv' du bon.

D'abord, l'orgueil, c'est eun' bouenn' chose,
Un homme ambitieux d' sa moitié,
N' permet pas qu' no li march' su l' pied,
N'en faut por cha qu'eun' petit' dose.

L' sien qui, sans êtr' plein d'avarice,
S' trouve être un brin intéressé,
Por sa femme, a soin d'amasser,
Vo veyei bi qu' c'est pas un vice.

Vos allei m' dir' qu'un homme envieux,
C'est bi vilain, mei, j' dis l' contraire,
Du moment qu' c'est d' l'envie d' l'i plaire,
Sa femme n' s'en trouv'ra que d' mieux.

En l'i faisant quiqu's fériandises,
Eun' femm' qu'a un époux gouermand,
Sait bi se l' rendre anticipant,
Viv' dont, l' péché d' la gouermandise.

Lés homm's facil's à s'emporter,
Prouv'nt  qu'i's  ont  du  sang  dans  lés veines,
Leux femmes n' s'en mett'nt pas en peine,
O's ont c' qui faut por lés calmer.

Quand c'est qu'eun' femm' veut êtr' maîtresse,
Et commander dans sa maison,
Olle en a tout' la direction,
Quand s'n homme incline à la paresse.

Mais un sourir', ma belle éfant,
Vient d' vos égayer la figure,
Pa c' que je n' caus' pas d' la luxure,
Attendez donc un p'tit instant.

Çu péché-là, voul'ous m' permettre,
C'est l' plus indispensabl' de tous,
Et s'il indign' quiqu's vieux grigous,
Cha n'est qu' quand i n'peuv'nt plus l' commettre.

Quand l' bon Dieu, su l' mont Sinaï,
A Moïs', donnit l' Décalogue,
Il omit d' quei dans s'n apologue,
Mais j' m'en vas réparer s'n oubli.

En l'i disant : « Por sauver t'n âme,
« Luxurieux point ne seras »,
Il ombel'yit d' dire aux vieux gâs :
« A moins qu' cha n' seit d'avec ta femme ».

C' récit là prouv' terjous quiqu' chose,
C'est qu'en parlant au peuple ancien,
L' bon Dieu s'exprimait en Bocain,
Tout aussi bi qu' mei qui vo cause.

leaf.gif

L'aveugle et le Paralytique

Pierre Athanase et Jean Bérière,
Sont dés amis qui n' se quitt'nt guère ;
Faut dir' que c'est deux vieux garçons,
Qui s' saôl'nt ensembl' comm' deux cochons ;
Tous lés dinmanch's, cheux la Gustaine,
I vont mangi l' produit d' leux s'maine.
Eun' drôl' de chos', c'est qu' la baichon,
N' lés réduit pas d' la mêm' fachon ;
Quand la dernièr' chopaine est bue,
A Jean, cha l'i tumb' dans la vue,
L' malheureux n'y veit plus,
Dés sitôt qu'il a bu,
Tandis que l'autr', c'est lés guibolles,
Qui l'abandonn'nt et qui flageôlent.
I baiv'nt tous deux ensembl' sans pouvai s' n'empêchi,
Et quand Jean n'y veit plus, Pierre n' peut plus marchi ;
Y'en a un qu'est aveugle et l'autr' paralytique :
C'est là qu' no veit l's amis, car quand i sont raid' sâs,
La bonn' vue mont' su l' dos d' celui qui n' terbûqu' pas,
L' voyant dirig' la marche et l'autr' fait la bourrique.
Malheureus'ment depus quiqu' temps,
I s'est produit dés d'sagréments ;
Quand c'est du bair' nouvei, qui l's a mins en ribote,
Pierr' qu'a l' corps dérangi, lâch' tout dans sa culotte,
Et cha, su l' dos à Jean, s'n ami,
Qu'est pas content qu' no pond' su li ;
Et c'est por cha qu'à c't'heu, po r'gagni leux pénates,
Quand i sont sâs d' bair' doux, i s'en r'touern'nt à quatr' pattes !

leaf.gif

Dégustation

No s' moque dés paysans, surtout d' ceux du Bocage,
Mais qu'i's ont dès bons mots,
Qu'i trouv'nt bi'n à perpos,
Quand i veul'nt discuter dans leux patouais d' langage.

Y'avait maître Agenor Bourdin,
Qui faisait valer preus d' Coulvain,
Eun' petit' ferm' de vingt vergies,
Qu' avait comm' cha, d' bouenn's réparties.

Un jou cheux l' marquis d' Saint-Agnan,
Il fut porter à la Saint-Jean,
L'argent qu'i d'vait por san fermage,
Et por s'amuser d' san langage,
L' marquis qu'était pas mal farceur,
Lui dit : « Vous êt's un connaisseur,
« En bon cidre, je pense,
« J'en ai plus d'un tonneau,
« Dans la cav' du château,
« En votre âme et conscience,
« Vous me direz lequel vous semble le meilleur ».
Là d' suss, i fit mettr' su la table,
D' la paur' baichon bi misérable,
Du p'tit bair' que no fait dans lés années d' malheur.
       
Mais not' plaisant chât'Iain restif la goul' baîllie,
Quand i vit maîtr' Bourdin, la figure épanouie,
Apreus san verr' vidé, l'i dir' d'un air béat :
« Cha, c'est moussieu l' marquis, du bair' bi délicat,
« J' vas vo dir' bi franch'ment et en tout' bouenn' justice,
« Que, de c’te baichon là, mei j'en f'rais man délice ».

A présent, dit l' marquis, qu'était un brin déçu,
Vous allez, mon ami, goûter d'un autre cru ;
Là d'ssus i fit monter, d' sa cave inépuisable
Du bon bair' mitoyen qu'i fit mettr' su la table ;
Nos en mint d'vant maître Agenor
Un grand verre, empli jusqu'au bord.
L' marquis s'attendait que l' bouenhomme,
Por çu bair' là, quasi jus d' pommes,
L'i trouv'rait d' nouveaux compliments,
Bi plus forts que lés précédents ;
Mais il eut la forte surprise,
D' veie maît' Bouerdin fair' l'expertise,
Et dir' sans grande admiration :
« C'est pas d' la trop mauvais' baichon ».

Not, marquis mortifié, d' san bon cru d' la Bazoche,
Avait co dans sa cave, un bon tonnei d' pur jus,
Mais la clé n’tait pas mins', por éviter l's abus.
Et fallait, comm' no dit, tirer à l'épignoche.
Il en fit apporter plein un grand pot d'étain,
Qu' no mint bi précieus'ment d'vant l' nez du vieux Bocain.
   
Fallait veie maît' Bourdin por jugi çu bon baire,
Nos airait dit d'un prêtr' dans san saint ministère ;
Quand il eut bi senti, goûté et... vidé l' pot,
I r'mint verr' sû la tabl', sans prononcer un mot.
   
Voyons dit l' bon marquis, étonné d' son silence,
Je m'en suis rapporté à votre compétence,
Pour la dégustation
De mes tonneaux d' boisson ;
Eh quoi maître Bourdin, êt's vous muet, mon compère ?
Mon p'tit cidre vous a ravi,
Le mitoyen vous a souri,
Et vous n' me dites rien, d'un cru qui fend lés verres.

Patienc' moussieu l' marquis qu' répondit l' vieux malin,
D' vot' petit bair, par politesse,
J'ai vanté la délicatesse,
Il avait besoin d' cha, car sur'ment qui n' vaut rin ;
Vot' mitoyen, j' l'ai dit à m' n'aise,
C'est d' la baichon pas trop mauvaise.

Mais quant à c't'i là, véy'ous bi,
Mei, j' crais qu'i faut s'en taire,
N' y a pas d' louange à en faire.

I porte s'n estim' d'avec l'i !

leaf.gif

La Sourcette


Puisque nous somm's devant l' notaire,
C'est'i conv nu mon pèr' Criquet,
Je vous achèt' le pré Viquet,
Dont le cours d'eau m'est nécessaire ;
Je n' vous cach' pas qu' j'ai l'intention,
D'y faire installer un gabion,
Ce ruisseau « La Sourcette », c'est ainsi qu'on l'appelle,
Est couvert dans l'hiver de canards et sarcelles ;
Le Pré Viquet vaut quinz' cents francs,
J'en donn' deux mill', tapez là d'dans.
- J' vas p't'êt' dir' oui, mais moussieu L'riche,
Avant d' taper, faut pas qu'on triche ;
J'veux pas d'Souercett' dans l’act', je n'sieux pas marchand d'ieau,
Ecrivez dont moussieu l' notaire,
Ou sans cha, je n' fais pas d'affaire,
Que j' vends l' pré tel qu'il est, sans causer du russiau.
- Qu'il soit, mon pèr' Criquet, fait s'lon votr' fantaisie,
Dans l'acte nous mettrons qu'au prix de deux mille francs,
Je prends l' pré tel qu'il est, qu'il y'ait ou non d' l'eau d'dans.
- Entendu, moussieu L'rich', l'affaire est arrangie. -
- Maint'nant qu' l'acte est signé, et qu' vous avez l'argent,
Dit's moi donc le motif du stupide entêt'ment,
D' vous opposer qu' dans l'acte on mette
Que dans le pré, coul' la Sourcette ?
- J'vas vo l' dir' moussieu L'riche, à c't'heu qu' j'ai vos écus,
C'est qu' depus hier au sei, la Souercett' n'y coul, plus ;
No sait bi qu' dans un pré, un cours d'ieau c'est superbe,
Mais por saôler les viax, vaut mûx quiqu's perques d'herbe ;
L'herbag' qu'est en d'ssus m'appartient,
Et c'est de d'dans qu' la Souercett' vient,
J' n'avons eu qu'eun' tranchie d'à pein' trouais mètr's à faire,
Por l'env'ter dans m'n autr' pré, où qu'o coul' dans l' fossé,
Qui vient tout justement, por cha d'être r'creusé,
Sans perdre un brin d' terrain, mes viâx airont d' quei baire.
- Voleur de père Criquet, vieux bandit, vieux païen,
Le ruisseau détourné, je n' peux plus fair' de mare,
Il est bien d' l'autr' côté, mais l' fossé nous sépare.
Pour ravoir la Sourcette, il n'y a qu'un moyen ;
Voyons mon pèr' Criquet, au fond vous êt's bon diable,
Vous m'avez bien roulé, mais soyez raisonnable,
Voici deux autr's mill' francs pour ravoir mon ruisseau,
Vendez-moi donc le pré qu'il arrose à nouveau.
- Tout en restant un homme honnête,
Et cha, partout, j' peux le r'citer,
Y'a d's occasions qu' faut rêt' bi bête,
Si no n' sait pas en profiter.
Vos êt's dans not' pays, gros fabricant d' fromages,
Vos en écrémez l' lait et lés fait's tout pétiots.
N'empêch' que po l's ach'ter, i' s'trouv' terjous d's idiots
Vo n'êt's dont pas gêné, por m' pouayi m'n herbage ;
J' vas pas lanterner jusqu'à d'main,
C'est deux mill' francs, mais dans chaqu' main
- Quatre mill' francs, votr' morceau d'terre,
Moitié moins grand que l' Pré Viquet,
Vous voulez donc, nom d'un tonnerre,
Me dépouiller, mon pèr' Criquet.
- Allons dont, moussieu L'riche, au lieu d' dir' tant d' paroles,
J' crais qu'vo feriez bi mûx, d'allongi vo pistoles.
- Vous êt's un vieux coquin des plus intransigeants,
Avec vous, n'y'a pas d' grâce,
Allons, il faut qu' j'y passe,
Signez l'acte de vent', voilà vos quatr's mill' francs.
- Quatr' mill' francs, moussieu L'rich', por vous c'est eun' misère,
Avant qu'i seit quinz' jours de d' là,
Vos allei bi rattraper cha ;
Mei qui n' sieus pas malin, j' vas vo dir' comment faire.
Dans l' métier d' fromagi, vo n'êt's pas maladrait,
La louai n' s'occup' pas d' vous, dégraissez co l' fromage,
Qui qu'no sait, dans quiqu' temps, por pouayi votre herbage,
Vo trouv'rez p'têt' moyen d'en fabriqui sans lait !
           
leaf.gif

Les commodités


       
Fanchon Dutot n'avait qu'seize ans,
Et malgré san jeune âg', quand même,
Avait déjà, dès command'ments,
Egratigné un brin l' sixième.
Faut dir' que si la paure éfant,
Su c't' affair' là était fautive,
C'est qu' dés gas comme n' y' en a tant
Profitaient qu'alle était naïve.

Un jou, fut-a pas s'confesser
Et conter tout à san tchuré.

Ma fill' qu'i dit : « Vous et's légère,
« I n' faut plus jouer avec les gars
« Dit's douze « Ave », autant d' « Pater »
« Et surtout ne r'commencez pas ».

J' vo l' promets, qu' dit la jouvencelle,
Mais, où faut qu' j'aill' por dir' tout cha
Faut-i qu' cha seit dans eun' chapelle ?
Renseignez-mei su c't' affair' là.

L'endroit n'a aucune importance,
Dit's les seul'ment avec piété,
Qu' l'i dit l' tchuré, à votr' conv'nance
Et au mieux d' vos commodités.

Ah ! mais qu' dit la paure innocente,
N' y'a pas d' commodités cheux nous,
Et quand el' besoin no touermente,
Ma fei, no s'accouv' dans lés choux !



retour
table des auteurs et des anonymes