LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) : Monologues poétiques et comiques - 1 : Défunt man Père ; Brigand d'Apoticaire ; Les deux ormes ; Le nid de Mauvis ; Fais-li-veie ! ; Méfious dé gas qu'ont dé serviettes.
Saisie du texte : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (05.II.2005)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque de la revue Le mois à Caen et en Basse-Normandie, n° spécial d'avril 1973.

icône sons[14.12.2012] Remerciements à Monsieur Michel Le Bas qui a bien voulu nous confier, avec l'autorisation du lecteur-diseur, la mise en ligne des textes de Lemaitre lus par Claude Chaumont.

[N.B. : le lecteur Mp3 utilisé est disponible gratuitement sur Website-modern].


 
Défunt man Père


I

Quand ej' cause ed' défunt man père,
Y m'en vient co dé larm's é z'yeux ;
Cha n’tait pas un homme ordinaire,
Et j'en s'rai terjous respectueux.
Il était bi guéri d'êt' bête,
D'avec six pétiots à él'ver ;
Il a terjous resté honnête,
Du moins no n'l'a jamais happé.
Hélas bon Dieu, qui triste sort,
Faut'y qu'un si bouenhomme sé mort ?

II

Cu les fermiers du voisinage,
Quand par hasard y travaillait ;
Por mettr’ l'aisance dans san ménage,
Y rapportait tout c'qu'y pouvait.
Il avait d'z'oeufs à plein's pouquettes,
Por pas que j'mangions not' pain sec ;
Et quand y n'craignit pas qu'no l'guette,
Y rapportait la poule avec.


III

Je n'manquions jamais d'pomm's de terre,
Tant qu'yen avait cu lé vésins ;
Et dé provisions d'tout's manières,
Qu'not' pèr' trouvait tous lé matins.
Car, c'est eun' justice à l'y rendre,
Qu'y fut terjous bi matina ;
Surtout quand il avait d'qué prendre
Avant que l'jou ne l'gên' por cha.

IV

Quand y trouvait eun' cave ouverte,
Malgré qu'cha n'fût pas un saôlard,
Y profitait d'sa découverte,
Et en prenait p't'êt' pu qu'sa part.
Craignant qu'sé bragu's n'séent pas nettes,
Lé gens qui l'trouvaient sous l'tonné ;
No l'rapportaient dans eun' bérouette :
Fallait t'y qu'y fût estimé ?

V

Y respectait tant la justice,
Qu'y s'écappait dé magistrats ;
Et qu'il attrappait la jaunisse,
Rin qu'en causant dé z'avocats.
Comme y disait: « No devrait pendre,
Tous lé vieux maladrets d'voleux,
Qu'ont la bêtis' de s'laissi prendre.
D'qué qui rend l'mond' si soupçoureux. »

VI

Tant qu'y vécut çu paur' cher homme,
Y n'no z'a jamais rin manqui ;
Et sans qu'jamais qu'il ach'tît d'pommes,
Not' tonné, d'bère était rempli.
Y s'portit terjous comme un charme,
A chinquante ans, tout preus d'sa fin,
Dès qu'y véyait v'ni un gendarme,
Y couérait co comme un lapin ?

VII

Enfin, not' pèr' vécut sans tache,
En honnête homm' jusqu'à la fin,
Qui l'y vint, rapport à eun' vache,
Qu'il avait trouvée l'long d'un ch'min.
Un gas qui dit qu'c'était la sienne,
S'en vint cu nous por la r'trachi,
Et l'paur' bouenhomme en eut tant d'peine
Que c't'émotion-là l'fit mouéri.
Hélas bon Dieu, qui triste sort,
Faut'y qu'un si bouenhomm' sé mort?

leaf

Brigand d'Apoticaire


Que l'diable emport’, lé phormaciens,
Avec tous lé brigands d'méd'cins,
Qui droguent lé malheureux Bocains,
Qu'cha lé rend malad's comm' dé quiens.
Y m'arrivit la s'main' dernière,
Que j'fus happé d'eun' fièvr' de j'va,
Et ma femm' craignant qu'cha n'empière,
S'en fut trachi l'méd'cin por cha.
Y me r'gardit dans l'fond d'la goule,
Ecrivit d'qué su du papi,
Dît qu'fallait m'fair' du boueillon d'poule,
Et print trouais francs qu'no l'y baillit.
L'papi, c'était eune ordonnance,
Qu'no fut porter cu l'phormacien,
Qui remplit su dé bell's balances,
Dé p'tit's boutell's, gross's comme rien.
Il y mint bi deux sous d'ficelle,
Avec autant d'cire à cach'ter,
Et les coueffit comm' dé d'mouéselles,
Avec du biau papi plissé.
Lé drogu's qu'y dît, y faut qu'cha flatte
La vue avant d'chatouiller l'goût ;
Apreux cha, y tendit la patte,
Et réclamit trouais francs, dix sous.
Mais quand ma femm' voulut m'fair' bère.
J'l'y dit comm' cha : « ma pauvr' Jeann'ton.
« Laiss' mé tranquill', je n'sieus pas pière,
« Mais, j'n'ai pas d'goût à la béchon.
« Eteins bi plutôt, la candelle,
« Car, j'ai eun' bouenne envie d'dormi ;
« Ramass' bi tout's lé p'tit's boutelles,
« Et j'lé bérons quand j's'rai guéri. »
J'fus co malade eun' douézain' d'heures,
Apreux cha, je m'sentis bi mieux,
Et j'me r'levis por fair' not' beurre,
Que j'portons l'sam'di à Bayeux.
V'la qu'l'aut' matin, par fériandise,
J'avais comme idée d'béchonner,
J'savais où qu'lé fiol's étaient mises,
Et j'lé z'aveignis dans l'buffet.
Ma femm' qui lit comme un notaire,
M'ép'lit comm' cha, tout couramment,
Lé'p'tits papi's qu'l'apothicaire,
Avait collés d'ssus properment.
Tiens qu'dit Jeann'ton, v'la d'l'amétique,
Cha n'a pas l'air co trop mauvais ;
Mé, j'vas prendr' cha por la colique,
Et té, qui qu'tu vas bér' Françouais.
J'avais vu eun' bell' boutell' bleuse,
Qu'avait dû couêter bi d'l'argent,
Guett' dont que j'dis à ma liseuse,
Qui qu'c'est qu'peut bi yavé là-d'dans.
Liniment por l'usage extrême,
Que m'dit comm' cha, ma bouenn'Jeann'ton,
No dirait d'qué comme ed'la crème,
Sûr'ment qu'cha lait rêt' ed'qué d'bon.
Mais o vit bi à ma figure,
Quand j'avalis, qu'c'était mauvais,
Car, o m'baillit dé confitures,
Por me r'tirer l'vieux goût qu'j'avais.
Mais, sous l'respé d'la compagnie,
V'la qu'eun' petit' demi'eure apreux,
J'étions pàl's comm' deux fouerr's de pie,
Et j'crus qu'jallions querver tous deux.
Je m'dis, brigand d'apothicaire,
Por sûr que j'somm's empouésonnés.
J'voulus couéri sur not' màlière,
Mais, j'n'eus pas l'temps d'y arriver.
Ah! j'dis, Jeann'ton, ma pauvr' culotte,
Aind'mé bi vite à m'débragui.
Je n'peux pas qu'o m'dit, mé j'dégote,
Et j'cré bi qu'cha tumb' su not' lit.
No r'mint tout cha, faut bi qu'no l'dise,
Comm' cha s'trouvit, un brin partout,
Et y'avait dé coups qu'par surprise,
Cha s'écappait par lé deux bouts.
Enfin, cha s'arrêtit tout d'même,
Quand j'n'eûm's pu rin dans lé boudins,
Et j'fîm's eun' bouenn' soupe à la crème,
Que j'avalîm's et cha no r'mint.
En v'la terjous deux d'avalées,
Dé, p'tit's boutell's au phormacien ;
J'n'en avons plus qu'por eun' corvée,
Mais, j'attendrons qu'no s'porte bien.
Rin qu'en guettant l'buffet, j'en sue,
Portant, no n'peut pas bontiv'ment,
Aller comme cha, j'ter dans la rue,
Dé drogu's qu'ont couêté tant d'argent.
Ma fé, tant pis si no z'en crève,
No l'z'a pouyéies, faut qu'no lé bève.
Apreux cha, si l'coeur vo z'en dit,
En v'la deux p'tiot's, voulons trinqui ?

leaf

Les deux ormes


Av' ous quiqu' fais r'marqui, quand arriv' la seirance,
Qui n'est co pas la nient, mais déjà n'est plus l' jou,
Su l' hât dès grands fossés, ou sur eune éminence,
Dès vieux âbres qu'ont l'air, comme dès bouenhomm's debout ;
I montr’nt à l'horizon dès formes fantastiques,
Leux émond’s et du lierr’, lès habillent bizarrement,
Y' en a d'aucuns qu'ont l'air de personnages bibliques,
Comm' no veit dès images, dans l'Ancien Testament.
Parmi, y' en a d'énormes, gigantesques silhouettes,
No dirait dans la nieut, d'eune alignie d' géants,
Et d'autres plus élégants, qu'ont l'air de vieull's coquettes,
Qui s' font la révérence, avec dès agréments.
J'en ai vu qu'avaient l'air d'orgueilleux fonctionnaires,
Méprisant l' petit monde, arrogants, vaniteux.
Et dès pauvres rabougris, malingreux prolétaires,
Qu'avaient preus d' cès grands là, l'air de solliciteux.
 
Allei veie lès vieux âbr's, s'estompant dans la brume,
Comme d'informes statues, rangies à l'horizon,
OEuvres d'art ébauchées, par un sculpteur posthume,
Artisan d' la nature, sans titr’s et sans blason.

De cès vieux vétérans, quand l' vent du soir lès plie,
Inclinant l'un sur l'autre, leurs rameaux enlacés,
I me r'vient un souvenir empreint d' mélancolie,
Et j' vais vo l' raconter, tel que ç'à s'est passé.

Dans l' temps où qu' j'avais cor', ma fidèl' compagne,
Ma bien-aimée Juliett', que je r'grett'rai toujours,
No s'en allait quiqu' fais s' prom'ner dans la campagne,
Souvent j' nos v' attardions, jusqu'au déclin du jour.
J'avions r' marqui tous deux, dans eun' rangie d' vieux ormes,
Deux sujets, par hasard, l'un sur l'autre penchis,
L' plus grand, délicat'ment, courbait sa tête énorme,
Protégeant l' plus pétiot et semblait l'embrachi.
J'avions, ma femme et mei, d's idées souvent semblables,
C'est-i mei qui l’i dit ? Ell' qui me l' révéla.
Mettons qu' cha fut tous deux, por êtr' plus véritable,
J’ nos étions comparés à cès deux ormes là.
Et quand je r 'passions, d'vant, au hasard d'eun' prom'nade,
J' nos arrêtions por veie cès deux manièr's d'époux,
Par la brise agités, s' donner eune accolade,
Que j' répétions d' not' mieux, tout en riant comm' dès fous.

Mais un jour, jour fatal, la Mort inexorable,
A pris ma pauvre vieille et m'a laissé tout seul,
Et depuis çu temps-là, par la gouge, implacable,
Mon bonheur est enfoui dans lès plis d'un linceul.

I M'a fallu pour vivr', depuis, bi du courage,
Et j'avais oublié lès ormes de jadis ;
Mais hier, en voyant d's arbr's, dépouillés d' leur feuillage,
Le souvenir m'est r'venu d' nos deux anciens amis,
Et j'ai voulu revoir leurs formes sympathiques,
Des échos d'autrefois, mon cœur n'est pas lassé,
J’y suis parti, rempli d'idées mélancoliques,
Pél'rin du souvenir, retournant au passé.

La nuit était tombée sur le champ solitaire,
Quand j' vis la rangie d'orm's à quiqu's pas, là d'vant me',
Mais la leun' m'éclairit, do san pâl' luminaire
Et j' trachis lès deux nôtr's, au poste' accoutumé.

Hélas ! un vide affreux, vint s'offrir à ma vue,
L' sien à ma paur' défunt', comme elle était parti,
L'autre resté debout, de sa tête chenue,
Agitée par le vent, semblait chercher l' petit,
Et vivante expression de la douleur humaine,
Ses branches vers le ciel, se tordaient comm' des bras ;
Tremblant, le coeur serré, respirant avec peine,
je voulais m'en aller et ne le pouvais pas.

Un souffle plus violent, présageant la tempête,
Vint secouer le vieil arbre et sur mon front brûlant,
Quelques gouttes humid's, arrachées de son faîte,
Tombèr'nt lentement, comme on fait en pleurant,

Je le dis hautement et quoi qu'il en advienne,
Que c'étaient de vraies larmes... et j'y mêlai les miennes !

leaf

Le nid de Mauvis


Parmi' lé vieux souv'nirs que j'ai dans ma paur'tête,
Y s'en trouve un qu'est v'nu tout d'sieute m'visiter ;
De n'pas bi l'accueilli, j'cré qu'cha s'rait malhonnête
Et si vo l'permetté, j'm'en vas vo l'raconter.

D'abord, faut que j'vo dis' qu'or monte à loin m' n'histouère.
J' n'étais qu'un p'tit éfant
De p'têt' neuf à dix ans
Et not' couerti touchait au sien du presbytère,
Un grand mur de dix pieds au moins no séparait
Et poussé par hasard, au bout, dans l'encoignure,
Un lierre avait grandi, dont la puissant' ramure
Faisait comme eun' sall' vert', dans l' couerti d' not' curé.

Tous lé z'ans au r'nouvé, (pas d' dangi qu'il y manque)
Un couple de gentils mauvis,
Avec confianc' faisait san nid.
Dans l' mitan du lierru, au fouerquet d'eun' gross' branque ;
Pendant que l'mâle env'yait sa chanson jusqu'ès cieux,
La femelle y pondait, chins bi jolis petits oeufs.

D'man temps, dans lé maisons, sû l'manté d'la ch'minée,
No pendait dé colliers, faits d'œufs d' petits z'ouésias ;
C'était là notre orgueil à no z'autr's petits gas
Et c'est à gui qu'érait la plus belle enfilée.

Probabl' que vo n'avé jamais vu d'œufs d' mauvis ;
D'eun' couleur bleue bi claire,
Semée d' petit's taqu's nères,
J' trouvions no z'autr's pétiots qu' c’était lé plus jolis ;
C'est por cha qu'un matin, j'avais mins dans ma t'te,
D'augmenter ma p'tit' collection,
En dénichant l'nid en question ;
Sans tarder, du vieux mur, j' fus bitôt sû la crête.

J'aperçus l' nid d' mauvis, la femelle était d'ssus
Et j'allais m' n'emparer quand ej' vis bi' n'autr' chose,
(P'têt' bi) à deux pas d' mé, lé paupièr's demi closes,
Eun bouenn' Vierge était là, portant l'enfant Jésus
Qu'o serrait tendrement, la tête un brin penchie,
Comm' si qu'olle écoutait,
C' que l'enfan Dieu 'disait.

J'ai vu bi d'autr's bouenn's Vierg's, depus cha dans ma vie,
Mais por m'aller au cœur, non, jamais j' n'en a r'vu,
Comm' cell' que j'vis c' jou-là, sous l' vieux berceau d' lierru.
Là rosée du matin, sû la céleste image,
Faisait- comme d'la sueur qui commenche à perler ;
Un gai rayon d' soleil vint por l'y rendre hommage,
Frapper sû la bouenn' Vierge et parut l'animer.

Mais, quittant d'admirer la figure angélique,
Je r'gardis l' petit nid que j' voulais emporter ;
La paur' maman mauvis, sentant l'dangi critique,
Me r'gardait timid'ment et semblait m'implorer,
Alors, sû la' bouenn' Vierg', ma vue s'étant r'portée,
J'vis tumber comm' deux larm's de sé z'yeux affligis
Et j'en fus si troublé que j' dout' core aujourd'hui,
Si c'était deux vraies larm's .... ou deux goutt's de rosée !!

Entre cé deux bouenn's mèr's, au geste si touchant,
J' vo z'avouerai sans hont', que j'restis tout tremblant !

A c' t'heu, voulous savé comment qu'finit m' n'histouère ?

Deux ou trouais s'main's apreux, sû l'mur du presbytère,
Chins gentils p'tits mauvis, écappés d z'oeufs blieus,
Chantaient dans l'vieux lierru, leux cantiqu's au bon Dieu !!

Septembre 1915.

leaf

Fais-li-veie !


La vieull' Mariann' Cauvet, qu' nos app'lait « la Cauvette »,
Etait bouenn' femme assurément,
Mais dame ! o causait si drôl'ment,
Qu' tous'lés gens du pays s'amusaient d' sa tapette ;
Olle estropiait
Tout c' quo disait ;
N'importe éiou qu'oll' tait, i fallait qu'o débite
Terjours d'avec dés drôl's de mots,
Qu' olle empélyait mal à perpos,
Mais por bi s'expliqui, o causait bi trop vite.

Ulalie, sa jeun' fille, eun' raid' gentille éfant,
Qui pouvait bi'n aver comm' dans lés dix-huit ans,
Avait bi'n à souffri d' sa mère,
Et o faisait
    Tout c' qu'o pouvait,
Por arriver à la fair' taire.

Or, v'là t'i pas qu'un jou, qu'os étaient tout's lés deux,
Assis's devant leux porte, à faire d' la dentelle,
Por mettre ès attifias dés dam's et dés d'mouéselles,
O vir'nt un bon t'churé qui s'arrétit d'vant eux.
Et leux dit d' bi vouler l' y'indiqui l' presbytère.

« - Ma fai oui, qu' dit la vieull', c'est bi'n aisi à faire,
« Vo veyai bi l' chemin que v'là tout drait d'vant vous,
« Vos allei l'enfiler quasiment jusqu'au bout,
« Apreus cha, vos allei dévaler la cavée
« Et découvri l'églis' qu'est en hât d' la montée ;
« Vos allei la longi jusque t'chu l' maricha
« Qui d'meure en bas d' la côte ; eun' fais arrivé là,
« Y n' va plus vo rester qu'un p'tit crochet à faire,
« Et vos allei tumber tout drait sû l' presbytère.
« Comm' cha, j' crai bi, moussieu l' t'churé,
« Qu' vo n' allei pas manqui d' trouver. »

« - Faut croir', dit l' bon pasteur, que je n' suis guère habile,
« Après ces ch'mins à parcourir,
« Et puis l'église à découvrir,
« Tomber su l' presbytère', je n'vois pas ça facile. »

« - Attendei, qu' dit Marianne, y' a core un autr' moyen,
« Véyons tei, Ulalie, tu connais bi l' chemin ;
« Au lieu que d' rester là, assis' comme eun' poupée ;
« Pus qu' c'est qu' çu paur' moussieu,
« N' peut pas trouver tout seu ;
« Allons véyon', lèv' dont tan t'chu et fais-li veie ! »


leaf

Méfious dé gas qu'ont dé serviettes


Méf'ious dés gas qu'ont dé serviettes !

Je n' vo caus pas dés p'tits torchons,
Qu' lés gens rich's qui font dés fachons,
S' mett'nt sous la goul' comme eun' bavette,
Por pas sali leux biaux gilets ;
Cés serviett's-là, c'est plutôt niais.
Lés sienn's de qui j' caus', sont bi pu d'sagairiables,
C'est dés serviett's en cuir. Por mei quand j' veis un gas,
Habilli en moussieu, v'ni d'avec cha sous l' bras,
Je n' vas pas vo l' cachi, j' crais q' j'ainm'rais mue veie l' diable.
Lés homm's d'affair's qui much'nt là-d'dans,
Dés gueux d' papiers timbrés d' tout's sortes,
C'est terjous dés faiseux d' paur's gens,
Fiché mei dont cha à la porte !

Y'avait çu paur' Françouais Mathan,
Du village d' là Manchonnière,
Qui s'avisit d' porter à Caen,
Trouais p'tits barricots d'iau-de-vie d' baire.
Francouais a terjous poue d' gêner,
Por pas dérangi la Régie,
A l' faire un mauvais papier,
Por transporter ses fûts d'iau-d'-vie,
Et p'têt' co bi qui qu' fais,
Por pas poueyi lés drouaits ;
Y partit à la guign' muchette ;
Mais dans l' bas d' la côt' du Locheux,
Y s' trouvit deux gas à serviett's,
Qui l' prinr'nt censé comme un fraudeux.

Y l'i fir'nt un procès et l'i prinr'nt sa carriole :
C'est' i coquin dés gas comm' cha !
Por rivai sa goutte et san ch'va,
Fallut qu'i pouaie, à Caen, bi preux d' chinquant' pistoles.

Et j' peux bi vo l' dire en passant :
Quand vo trouvez en ch'min faisant,
Un biau moussieu qu'a eun’ serviette,
Mettez vot' main sû vot' pouquette.
Car devant tous lés servietteux
Lés port' monnaie s'écapp'nt tous seus.

Do ces gas-là, mei qui vo cause,
Y m'est arrivé bi'n aut' chose.
Por quiqu's douzain's de gueux d' lapins,
Qui v'naient mangi nos sarrasins,
Et que j'happis dans l' bouais à moussièu d' la Ferrière,
Y m' mint comm' c'est qu' no dit, lés gendarm's au derrière.
Trouvir'nt t'i pas cheux mei quiqu's malheureux collets,
Dame, i's n' se gênir'nt pas por em' faire un procès,
Et quant l'affaire passit à Vire,
J'en ai-t'i vu d' cés serviett's là,
A tous lés gas du tribuna,
C'est pas possibl' de veie rin d' pire.
Lés jug's et lés greffiers,
   L’s avocats, conseillers,
L's ont tous dés serviett's
Qui s'ouvrent pa l' mitan,
Censé comm' la claquette
A Gustin Heurtevent,
Qu'est tchu nous, à l'églis', maîtr' de cérémonies ;
Y sortaient tous, d' là-d'dans, dés papiers à poignies ;
L' procureux, dans la sienne, en aveignit un p'tiot,
Eiou qu' c'est qu'i lisit que j' m'app'lais Daligot,
Et qu' j'étais un récidiviste,
Bi connu por  êt' braconnier.
Mais non que j' dis, mei j' sus taupier,
Et je n' dais pas rêt' sû vot' liste.
Hélas mais que j' li dis, moussieu j' vos r'connais bien,
Vos êt's venu chasser tchu nous l'année dernière,
Mêm' que l' sei vo n'aviez rin dans vot' carnassière,
Et j' vo vendis un lièvre que j'avais prins l' matin.

Au lieu d'avai d' la r'connaissance,
Y' s' mint à brair' comme un torei ;
Messieurs, qu'i dit : «  Pas d'indulgence,
Je r'clame' tout' vot' sévérité. »

Faut'i que j' dis, tout d' mêm', qu' vos ayez d'la malice
Por m'agoni comm' cha par devant vot' Justice
C' est’i su vot’ papier itou
Que j' vos vendis man lièvr' chant sous.

Là-d'ssus, lés juges s' minrent à rire,
Mais dame, à riz' comm' dés bochus,
Et'm' condamnir'nt à chant écus,
Qu'i faudra qu' j'aill' pouevi à Vire.

J'eus co d' la chanc' dans l'occasion,
Qu'i n' me minr'nt pas six mouais d' prison.
J' l'ai déjà dit, mais je l' répète
Méf'ious dés gas qu'ont dé serviettes.


retour
table des auteurs et des anonymes