LAMBERT, Christian (1912-20..) : Radotages de Maît' Jules.- Saint-Germain-en-Laye : Société Hebdomadaires et Périodiques H.E.P-France Hebdo, 1984.-104 p. : ill., couv. ill.  ; 25 cm.
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque intercommunale André Malraux de Lisieux (12.V.2015)
Relecture : A. Guézou
Adresse : Médiathèque intercommunale André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@lintercom.fr, [Olivier Bogros] obogros@lintercom.fr
http://www.bmlisieux.com/

Ce texte ne relève pas du domaine public. il ne peut-être reproduit sans l'autorisation des ayants droit.
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque [Bm Lx : Norm 1674]
icône sons[09.12.2015] On écoutera avec plaisir, lus et enregistrés par Monsieur Claude Chaumont dans les années 70-80, quelques uns des radotages de ce recueil. Ces enregistrements mis en ligne avec l'aimable autorisation de leur auteur ne sont pas du domaine public et ne peuvent être redistribués sans son accord préalable. Monsieur Michel Le Bas par sa connaissance des réseaux locuteurs normands et ses compétences informatiques a rendu possible la mise à disposition de ces trésors sonores.
[N.B. : le lecteur Mp3 utilisé est disponible gratuitement sur Website-modern].


Radotages de Maît' Jules (couv.)

~*~

RADOTAGES
de
Maît’Jules

~*~

Plusieurs amis lecteurs nous ont suggéré de réunir quelques radotages parus dans l’Eveil de Lisieux. Ceux-ci sont écrits dans un patois normand allégé afin de pouvoir être lus et compris par le plus grand nombre : anciens et jeunes, normands et « horsains ». Si nous vous faisons sourire et oublier un moment vos petits soucis, nous aurons atteint notre but et serons satisfaits.

Maître Jules

______________________

Ainmez bi vos geins

A c’jou, nos braves curés sont bi obligis d’desservi plusieurs parouésses et n’manquent point l’occasion de s’fair’ ainder au possibe, ça n’s’rait-y qu’pou faire l’catéchisse es pus jeunes gnias. I’s confient ça à des parouéssiennes d’bonne volonté ; là itou no prend c’qué no démuche car no n’trouve pas souvent eun’ vieulle fille restée enfant d’Marie tout’ sa vie.

Dans eun’ p’tiot’ commeune laureit, l’catéchisse était fait par eun’ brave femme, bi dévouée, dev’nue bigotte en prenant d’s ans et qui, pourtant aut’foués, n’érait point terjous dit NON à c’qu’ no m’dit et connaissait donc bi la vie et l’s hommes.

Un jou, quéqu’un l’entendit dire es effants :

- Ainmez bi vos geins, comm’ el’ BON DIEU qui ainmait sa VIERGE de mé, vénérez bi votre mé qui vous a bailli la VIE, quant’ à votre pé, ça c’est moins sûr !


A la télé

Anieut, no prêche bitôt « d’sondages », yen a sus tout ! Même biaucoup sur la télé pour savei des troués chaînes, c’té-là qu’a l’plus d’écouteux, c’qui leux ravient l’pus, les heures d’grand’écoute, sus l’chouéx des programmes, c’qui voudraient co veie… enfin tout’ eun’ fiée de d’mand’ et d’rétorques qui n’servent à rein !

L’aut’jou, i’s d’mandaient es hommes : « Il est 20h.30, qui qu’vous allez oriner à c’t’heu ? Et biaucoup auraient rétorqué : « Ma femme ».

Et oui, c’est au momeint qu’no choisit l’film à r’gâder en sieurante et ya troués chances sus quatre qu’la bourgeoise est en train d’viper, car o veut veir autr’chose que s’n homme, qui n’a que l’dreit de s’taire et d’suive sein gouvern’ment.

C’est comm’ au momeint des nouvelles, nos aguette la bonn’ femme de présenteuse qui s’enroute : BONJOUR… et c’est tout c’qué vous entendez car aussitôt vot’ moiquié et la belle-mère s’mett’ à tout critiquer :

« Alos, r’gâde comme ol’ est attifée… quel drôle de caraco… o n’deit pas aveir caôt, comment qu’ol est perruquée qu’ça n’ersemb’ à rein, o’ dégotte, o’ n’embellit point, o’ fait vieux, et sein espèce de broche qu’c’est-y moche… pour l’ergent qu’ça nous coûte… et patati… et patata… Pauvre présenteuse !!

Enfin tout y passe… et quant’ nos deux bacouetteuses n’ont pus rein à critiquer et qu’é s’ferment l’clapet, la bonne femme d’la télé a fini… « BONSOIR et A D’MAIN »… et vous n’avez rein ouï des nouvelles d’anuit.


Amabilités

A la commugnion d’mein p’tiot n’veu, tous les geins avaient eu dreit l’midi à eun’ grand’ bâfrée… no n’était sortis déhôs just’ el’ temps d’gâter d’l’iau au mitan d’la cour pendant qu’les servantes rappropriaient et r’srvaient la tabe pour l’seir.

Pendant l’entr’erpas, les bonnes femmes s’prom’naient d’vanon dans la cour manabe, d’visaient, parlochaient bi gentiment.

Mais deux bell’sœus  qui s’désaimaient d’pis bi d’s années, p’têt’ sans s’raprêchi pourqué, quéques jalous’tés… débagoulaient tout en s’envoyant des piques mine de rein.

- R’gâde t’n homme qui fait la cour et qu’embrache c’té gourgandine d’cousine d’PARIS, terjous aussi trousseux d’jupons. Ma pauvre, ton coureux d’filles t’en a fait veïr d’jaunes tout’ ta vie et tu pourras dire qu’t’éras été la Reine des Cornettes.

- Et toi, r’luque l’tien qu’est déjà pus qu’à moiquié bu, embeissonné tous les jous ; avant c’seir no va l’ramassi raid’démoli sâs. Qué plaisi d’aveir un homme terjous chargé à cul ? Vrai qu’el’ mien et courassier mais yéra longtemps qu’ça li pass’ra et qu’i’ n’erlèvra plus rein, qu’tein soulas lèv’ra co l’coude.


Au café

Anieut, nos a moins d’cafés qu’dans mein jeune temps, nos y allait beire un son d’café bi gnolé l’hivé pou s’récauffer, eun’ moque d’bon beire pou s’rafraîchi quant’ l’solei tapait dû.

No y restait un bon momeint entre copains à discuter, fallait veir… : Ah si j’étais l’gouvern’ment… l’conseil municipa…

Nos y passait aussi d’bons momeints à s’foute d’la goule des geins comme c’ti-là à qui que l’docteux avait dit : R’venez m’vée dans 6 moués et hallez-mei vos urines… et qui yen rapportit plein un barriquot.

Ou no discutait dû, prêts à s’brouiller et à s’désuni, comme c’té bègue et c’boiteux, inséparables…

- Mei, j’te co-co-nais un bon moyen d’pus clo-clo-clopiner aveuc ta pa-patte folle.

- Ah ! qui qu’c’est tein truc ?

- Dans la rue, tu n’as qu’à pi-pi-piler dans l’caniviau, ta jambe la pus courte sur l’bord du tro-trottoir.

- S’pèce d’andouille, mei qui n’bêtise point, je t’connais un moyen d’empêcher les rebaubineux comme tei, d’bauber en parlant.

- Tu t’fous seur’ment d’mei, mais dis-le quant’-quant’ même.

- Bein, t’as qu’à fermer ta goule.


A tous les Saints

No deit r’connaîte qu’nous les Normands, no mérite bein d’êt’ réputationnés comme plédailleux, terjous en chicane, en procès d’voisinage pour un dreit d’passage, un mur météyen, un puits où qu’nos érait l’dreit d’aller qu’éri d’l’iau, eun’ aumaille du veisin qui s’adonne dans not’cour… manabe…

Nos a terjous d’qué pour aller veir l’s hommes de loué qui savent si bein faire mousser l’affaire pour nous soutirer quéqu’argent « pour faire respecter not’ dreit » qu’i’s disent terjous.

Mais quant l’affaire s’présente putôt mâ, faut êt’ d’affût et souvent savoir s’faire ainder.

Cheux nous, not’ curé fut éberluquiné d’veir un jou dans s’n église la femme à l’Alcide qu’était en grand procès d’aveuc sein biau-frère et qui mettait eun’ fiée d’cierges à la Sainte-Vierge et bitôt à tous les Saints : l’Miché pilant d’dragon, l’Antoine l’dénichieux des agobilles qu’nos a perdues…

I’ fut quant’même surpris, seurtout qu’o’n’ tait pas bi dévotionneuse… et i’ li d’mandit équi y’arrivait :

- M’sieu l’Curé, à l’heure d’anieut et dans not’ position, dans l’s affaires faut ét’ bi prudent, nos a souvent bésoin d’aveir biaucoup d’amis partout pour vous ainder, vous sout’nis dans vos dreits ! –


Au confessionna !

Eun’ bonne fille d’cheux nous, servante cheux l’Tabellion, s’rendit vit’ en confession, « porter sa mouture au moulin » comme no dit.

La pauvre, bi r’ligonnaire s’ertrouvait bitôt bonne pou l’enfé… p’ens’-’ous, sein cousin l’avait embrachée deux ou troués foués.

Bi gênée, comment dire ça ?

O prit sein temps pou narrer s’n affaire, si grave pour eun’ jeune fille sage.

Ol’ en titubait d’la liquoire et not’ vieux curé s’agaçait seurtout qui s’sentait deulant par eun’ grand’ envie d’vessie… qui qu’vous voulez, c’est bein un homme comme l’s aut’ !

Et la fille lambinait, lanternait… alôs i’ sortit vit’ment du confessiona en s’tenant la panche et en li disant :

- T’as qu’à réciter cinq « pater » et cinq « avé ».

- Mais c’est p’tête biaucoup pour troués malheureux p’tiot bijous ?

- Eh bein, va l’erveis qui t’erlique deux, troués coups et ça f’ra l’compte !


Anticipation

Un jou, la maîtresse d’la ferme du GRAND-MESNIL s’aperchut qu’sa p’tiot’ servante s’élargissait d’la taille, avait comme eun’ fameuse enflure.

Comme ol’ avait la comprenoière facile et qu’ol l’avait souvent surpris’ à r’gâder l’grand valet aveuc des us enamourés, o’ d’vina qu’yavait « anticipation ».

O prit la fille à part pour avei eun’ explication et li d’mandit si o’ n’tait point en train d’bi faire, façon d’causer.

- Eh oui, qu’ol y rétorquit, j’sommes greffée mais si peu que c’n’est point la peine d’en parler.

- Mais comment qu’tu t’y es prise ?

- Bein, probabel’ment comme tout l’monde, mais creyez quant’ même que j’n’avais point doutance que j’pouvions attraper c’té foutue empauchure aveuc d’qué d’aussi p’tiot. –


Au laveux

Aut’ foués dans nos villages, bi avant leux sacrés machin’ à déhourder l’linge, no trouvait biaucoup d’laveuses, braves femmes qu’allaient à la journée chez leux pratiques pour batouser les braies, cottes, qu’mises…

O chargeait les drapiaux dans l’baquet aveuc casier, brosses, savon… et poussaient leux bérouettes jusqu’au laveux municipa ou au douet.

Là, ça travaillait dû, du batteux et d’la liquoire ; no y détaillait tous les potinages du pays ; quant’ nos en savait pus, nos en inventait.

Et pi quéqu’ foués entre laveuses, no s’trachait des mots, alôs là ça donnait, fallait ouï l’s ébrais jusqu’à l’aut’ bout du village et s’traiter d’tous les noms : carne, piau, traînée, gripie, laidure… pendant qu’les copines riaient et exitaient nos harigacheuses.

- Teis tei, qu’ta mère t’a gagnie dans l’fossé.

- Va donc, tei qu’a pas d’pé.

- Pas d’pé ! pas d’pé ! j’en ons p’têt pus qu’tei. –


Au p’tit châlet

L’mait’ ARSENE est un gros faisant-valeir du coin, bi rendant d’services ; i’ n’tralle pas souvent en grand ville mais dergnièr’ment, pour eun’ affair’ importante, i’ dut s’n aller à Caen.

Et le v’là tout ébaubi, marchant d’vanon dans les rues, zieutant les biaux étalages… et tout d’un coup, li qu’avait pourtant bein pris ses précautions avant d’parti, v’là qu’i’ s’printl’empanchure à deux mains pris d’eun’ bonne cliche.

I’ s’enquerrit et démuch’ un p’tiot châlet hureus’ment pas trop loin pou faire s’n affaire, pis r’sortit enfin à s’n aise, riochinant en s’erboutonnant, quant’ eun’ bonn’ femme li dit :

- M’sieu c’est deux francs !

- Comment, faut payer deux francs cheux vous pou poser culotte ?

- Mais m’sieu, lisez la pancarte.

- Mais mei, j’me fous d’vot’ écritias ! Bien c’est trop fôt, t’nez les v’là vos deux francs… En v’là co des magnières ! T’nez ma bonne dame, quant’ vous érez envie, vous n’érez qu’à prend’ el car et v’ni cheux mei vous soulager dans la béjude qu’j’ons installé sus ma mâlière, j’vous d’mand’rai rein et j’vous paierai co la collation !!


Bâfrée d’cochonnaille

L’jou d’l’ouverture, eun’ bonne trallée d’copains chasseux s’ertrouvaient comme conv’nu à la ferme d’maîtr’ UGENE, en fin d’erlevée, pour prendr’ eun’ bonne gueulation, avant d’s’en r’veni chacun cheux sei.

La maîtress’ avait bi fait les choses et sus la grand tabe no trouvait des piats d’cochonnailles, des platiaux d’formages, des terrines d’confitures, des tourtes d’pain brié, des pintons d’gros beire, des moques pou servi un picotin bi gniolé… enfin eun’ vraie bâfrée pou récupérer des forches et r’monter l’moral des quèques berdouilles.

Tous nos chasseux firent bi honneur es pâtés, rillons, formage de heune… sans compter les bouts d’boudin et les saucisses qu’la p’tiot’ servante faisait griller sus la braise du cagniard.

La maîtresse faisait bi d’sein mieux pou servi l’assemblée… mais au bout d’un moment, o’ dut s’assire sus eun’ bancelle comme prise d’un coup d’mâ, ol’ tait blanche comm’ eun’ fourr’ ed’ pie et s’excusit d’sa fatigue :

- Excusez, mais j’sis bein fatiguée… L’cochon l’tait bi malade et d’pis deux jours fallut m’dépêchi avant qu’i’ crève, d’faire tout’ c’té chaircuit’rie.

No m’dit qu’plusieurs invités restèrent l’coutiau en l’air et s’souvinrent à c’té minute qui l’taient pressés d’rentrer cheux eux.


Bi d’lurée

Un gros faisant-valeir d’eun’ jatille commeune lauriet s’ertrouvit veuf-homme dès la môt d’sa bourgouèse et fut bein obligi d’engagier eun’ femme pou t’ni sa maison, préparer l’fricot pour li et ses valets, ravauder ses attifiaux, s’ouvrager es poulailles…

I’ n’put démuchier qu’eun’ jeune créiature bi d’lurée, aveuc pas grand d’qué sous l’caraco, l’cotillon court et bi ajusté, les pieds nus dans ses sabots d’boués… juste c’qui faut pour attichier les jeunes commis.

Comme l’patron était bi en content’ment du travail de c’té fille, i’ voulut la récompenser et quant i’ s’n allit au chef-yeu l’jou d’la fouère Saint-André, i’ li rapportit eun’ robe bi conv’nabe et eun’ paire d’bas neirs.

La p’tiot servante fut bi contente du cadiau et s’en allit vit’ment s’en affubler pou s’faire veir d’sein maître :

- Ah, la robe t’va bein et les bas, c’est-y ta m’sure ?

Et not’ délurée d’li rétorquer :

- Ah oui, i’s m’vont au poil !

- Ça, j’en avais doutance, j’érais du les prendre moins longs.


Bell’-mère

Ya des méchants gâs qui sont terjous prêts à dire du mâ des belles-mères, surtout les brumens ; faut quant’ même r’connaît’ qu’yen a quèques eun’ de bonnes, même si yen a pas biaucoup.

Mei, j’connaissons un bon gâs d’eun’ commeune lauriet qui deit aveir bonne souv’ nance d’aveir trop aimé la sienne et d’l’aveir appréciée.

C’ti-là qu’sa bourgeoise avait laissé seul deux moués pour aller à la ville soigner sa sœu, démuchit sus la planche du haut du placard d’la cieusaine un bocal rempli d’poude gris et s’dit en d’dans d’li : « Tiens, v’là du peivre moulu, mé qui aime bein r’levé, j’vas m’en servi ».

Mais, quant’ sa femme r’venue l’vit remplir co sa peivrière aveuc l’bocal, o s’mit à pousser d’s ébais et à glapir : « Qui qu’tu fais ? T’as pas honte, c’est les cend’ d’ma pauvre maman qu’nos a fait incinérer, qu’javait muchées la-haut en attendant d’ag’ter eun’ urne ».

Ah si vous aviez vu l’gâs dev’ni pâle comme eun’ fourre de pie, tout malaisi et malaucœureux, prêt à tirer es r’nâds… pis i’s s’ravisit tout d’un coup et s’mit à s’esbauder, à rigoler à s’en déteurquer la goule en disant : « C’té chère belle-doche, ol’ a l’âme au ciel et les pieds dans la m… ! »

Enfin, il a dit « au ciel » et point « en enfé », c’qui prouve qu’il avait quant’ même eu l’occasion d’l’apprécier. –


Brodure

Nous, braves paydaugiers, nos érait la réputation d’être avares, rapiats, grédineux, grigous… et d’avei les deigts crochus.

Mei, j’sis pas d’accord, mais j’erconnais quant’ même que j’sommes bi amasseux et parcimognieux, putôt économes ; un sou est un sou et nos aime pas dépenser à tout d’travers, nos s’rait conserveux.

Comme ma tante l’ALPHONSINE qu’avait plein d’biau linge qui li r’venait d’ses geins, bi rangé dans ses armouères normandes, sentant bi la lavande… et tout « marqué » d’eun’ grande lettre A vu sein prénom et avant, de c’ti-là d’sa mère l’ALBERTINE.

C’est pourqué ol’ avait app’lé sa fille ARSULE et ses deux gâs ARNEST et ANRI pou qu’pus tard, i’s puissent s’partager tout c’biau linge : des douzaines d’draps, d’têtes d’orillers, d’doublies, d’touailles, d’napp’rons, d’moucheux… n’ayant jamais servi mais l’sivés eun’ fois l’an.

L’tout damassé comme no dit et qu’yen érait d’la coutance d’brodure ; comme ça ses effants n’éraient rien à abîmer et r’dépenser au partage d’l’héritage d’tous ces drapiaux.

E’ n’avait qu’un gâs qui s’rait bein dommagé, c’ti-là que l’pé a absolut’ment voulu prénommer Oguste, contr’ l’gré d’la mère.


Bi ennuyant !

Aussitôt apreus l’débarqu’ment et not’ délivrance, yeut biaucoup d’soldats ingliais et alliés par cheux nous et, comme de juste, i’s furent bi fêtés, à la j’tembrache par tout l’monde.

Nos avait r’sorti les drapiaux, les gueurlandes et nos allumit les lampions pour dancher sur la plach’ ed’la mairie.

Pas bésoin d’vous dire qu’les gâs, les filles… ça rigolait dû, s’en donnait, s’frottait un miot et, après s’êtr’ bein dem’nés faut bein haler un momeint et nos caosait comme no pouvait s’comprend’ aveuc l’s Ingliais… do les mains pour s’ainder… et pis entre jeunes vous savez bein c’que c’est… rapp’l-’ous qu’ya des momeints oύ qu’no n’sait pus où qu’nos en est !

Quéques mois apreus, yeut des enflures… comme pou la fill’ à Dufourqué qu’un jou, n’pouvant pu mucher sa ventrée, o dut s’confesser à ses geins.

La mé comprit l’malheu et compatit, mais l’pé n’décolérait pus, poussait d’s ébrais, jurait à en perd’ l’respiro…

- Eh d’abôd… pou qui c’est ?

- Eh bein… pou un Ingliais !

- Ah bein ça, c’est trop fô, j’connaissons point leux espèce d’patoués… et comment que j’frons pou caoser à c’t’effant ?


Bi polis

Entre nous Normands, faut bi conv’ni qu’j’avons quéques défauts mais rein qu’des p’tiot, et si peu… mais faut r’connaîtr’ itout et sans rougi, qu’les qualités nos l’s a toutes ou presque.

Hein, qu’vous êtes bein de m’n’avis… et seurtout qualiteux pou c’qu’est d’être bi rendant d’service, poli et franc itout : no prêche dreit comme la goule nous part !

Et c’est si vrai que j’vas vous déréner eun’ histouèr’ aussi vraie qu’véridique qui s’passit dans eun’ ville veisine ya quèques s’maines :

Un jeune gâs d’cheux nous s’prom’nait d’vanon amont les rues quand il avisit eun’ « Madame » hors d’âge, tout’ attifée d’neir, aveuc un grand chapiau à pleumes, un parapi à solei à la main… et qui minaudait au bord du trottouère d’vant c’qu’nos appell’ un « passage clouté » n’osant pas l’traversi à cause d’eun’ fiée d’quérettes qui s’coursaient en pétaradant.

Notre gâs, veyant notr’ angariée, d’autorité la prit par l’bras, à la croquette, pis arrêtant les carrioles d’un grand geste, la fit traverser à moiquié en coursant et la r’pose d’l’autre côté, tout’ ératée, enhannant, l’capet d’travias…

Après aveir r’pris sein respir, o li dit :

- Merci, jeune homme, vous êtes bien poli et aimable.

- Ah ça la vieulle, vous dites bein vrai, car sans mei, ces bandes de c…-là vous éraient éberdouillée, aplatie comm’ eun’ bousée toute fraîche d’à matin.

Hein ! J’vous l’avais bein dit qu’par ichin, j’sommes tous bi polis et rendant d’services !!!


Bonne santé !

L’jour du permier janvier, apreus qu’tous ses amis et veisins li eurent souhaité « Bonne Année, Bonne Santé », un ami rassemblit cheux li, tous ses geins pour un p’tiot r’pas d’famille… quand v’là-t’y pas qu’en écherpillant la chai, i’s’coupit profondément un deigt, qu’li fallut s’n aller à l’hopita d’a côté pou s’faire fair’ un biau pans’ment.

Pendant c’temps-là, l’s invités avaient mougi eun’ bonne fondue et sa bourgeouèse j’té l’huile bouillante dans la ceuvette du p’tit coin. Li rarrivit à la maison aveuc eun’ envie pressante due à l’émotion et veut poser ses braies ; au momeint d’s’assire, i’ jette sein mégot dans la leunette et l’huile co bi chaude s’enflamme et l’pauve gâs s’ertrouve l’croupion dépiauté… et i’ vipait, poussait d’s’ébrais… Fallut l’remm’ner à l’hopitâ et, comme i’ racontit ses malheux es deux brancardiers qu’i’s l’quériaient, ces abêtis s’esbaudirent et, dans un hoquet, laquirent leux espèce d’bérouette et v’là not’ flammé chu, à se m’surer dans l’escayer… et aveuc eun’ patte cassée.

Parait qu’fallait l’veie après, do sa grosse poupée au deigt, sa gambe dans l’plâte et ses p’tiot’ affaires posées bi douillett’ment sus des coussins…

Pour un jou « d’Bonne Année ! Bonne Santé !! »


Candidat

V’là, l’s élections municipas qu’approchent et d’pis quéqu’temps MÉLIE m’chatouille là-d’sus ; c’est qu’o s’creit co et voudrait que j’me présente. Mei, ça m’dit rein d’trop, ça m’caus’rait co d’s arias… et co, si j’étais sûr d’être élu, sans ça c’est vesquant !

Pou n’point aveir dreit à la soup’ à la grimache, j’mé si laissé faire et j’ons commencé ma « campagne » qu’nos appelle ça mais sans rein dire d’mes projets : sourires, coups d’castiette et « comment va le p’tiot dernier ?... et c’ti-là qu’est au service militaire ? » Je n’dis pus d’mâ des fonctionnaires, j’fais tous mes achats au bourg, j’allons à la messe tous les dimanches et j’donne bein à la quête tout en disant es autr’ que j’sommes bi républicain, j’me sis mis membre honoraire d’toutes les sociétés du pays, j’sis co pus rendant d’service pou porter l’pagnier d’eun’ vieulle, offri des cigarettes, payi un sou d’café et, à la maison, sorti ma vieulle goutte, donner l’pourboire, n’point manquer d’dire bonjou à tout l’monde…

Mais, ça commenc’ à m’coûter bi d’s ergents, et j’ergrette d’avei commencé ma campagne si tôt, mais j’peux pus r’culer.

Enfin pourvu que j’seye élu… et y m’faudra co m’faire r’faire des cartes d’visite !!

Maint’nant v’là qu’la MÉLIE m’dit j’érais mieux fait de m’mett’ bien aveuc tous les cornards d’la commeune, qu’yérait point mieux qu’mei pou les r’présenter et qu’si i’ votaient tous pour mei, j’sérions sûr d’être bein élu… et qu’ça m’érait coûté moins cher.

Allez faire plaisi es femmes !!


C’est mein dreit !

Connaiss’-’ous maîtr’ SIMON, un brave cultivateur du coin, un brin chicaneux sus les bords… comme qui dirait : un vrai normand !

J’lons vu pus d’eun’ foués discuter bi gentiment, pis tout d’un coup dev’ni tout rouge et donner un coup d’poing sus la tab’ en criant : « C’est mein dreit et j’y tiens ! »

D’pis des générations, li et ses vieux ont un dreit d’passage dans les cours du veisin pou m’ner leux bestias beire au douit… mais d’pis qu’nos a am’né l’iau d’la commeune dans s’n étabe, l’SIMON n’érait pus bésoin d’aller au douit, si c’nest eun’ foués par moués qu’i’ dit « pou n’point laisser mouri sein dreit d’passage ».

Bein qu’ça n’seit point eun’ p’tiot’ affaire : s’mett’ à deux, troués pour rassembler les vaques, les cacher amont la cour, ouvri les palis, traverser c’té-là du veisin pis eun’ deuxième, faire beire, r’veni… pus d’eun’heure d’perdue alôs qu’cheux li, i’ n’avait qu’à ouvri l’robinet… mais c’est sein dreit !!

Pas besoin d’dire que l’veisin sachant d’qué qui r’tourne, érait plutôt envie de s’foute de li.

Mais v’là-t-y point qu’ces abreuv’ments d’chaque moués éraient permis à la fille à Simon et au gâs du veisin de s’fair’ ed’ l’œul, d’roucouler et, à c’jou, i’s parlent de s’conjointer.

D’ici que l’SIMON qu’est aussi lésineux qu’malin, mette sein dreit d’passage dans la corbeill’ ed’ la mariée… un biau cadiau d’grand valeur qu’i’ dit… et qui n’li coût’rait rein !


Chacun son saint

Aut’foués, chaqu’ p’tiot’ parouéss’ avait un Saint Patron
Qui, statufié en plâtr’ trônait dans eun’ chapelle,
Comm’ nos a Saint LAURENT qui guérit les boutons,
Tout’ les maladies d’piau et co les écrouelles.
Tous opéraient miracl’, attiraient les pel’rins :
No disait des prièr’, no faisait des neuvaines,
Qui pou fair’ tomber d’liau, qui pour un ciel serein,
Paul pour aveir des pomm’, conjurer la déveine
Pierr’ pou qu’la CAILLE mett’bas au moins deux jolis viaux.
Dans eun’ commeun’ lanreit, c’étaient des femm’ stériles
Qui, pour aveir des gnias, v’naient offri des cadiaux,
Allumer deux, troués cierg’, jurer sur l’évangile,
Prier à g’nou d’vant l’Saint qu’était nommé PAILLARD
Statufié d’bonn’ grandeur, aveuc servic’ troués pièces
Putôt bi r’présenté et exposé es r’gards
Des vieull’ fill’, des pucell’ qui s’en v’naient à la messe.
Aussi pou leux pudeur, not’ Saint, par le bedeau,
Fut r’vêtu d’un grand froc, et donc nos pélerines
Devaient soul’ver sa cott’ pour attoucher l’flambeau
Dont la vertu magique devait à ces câlines,
Neuf moués apreus pour sûr, donner un gros poupon.
No dit mêm’ qu’des malin’, engrossées par erreur
Avant d’passer d’vant l’mair’, disaient l’air pudibond
Qu’ayant égaré d’qué, s’en étaient v’nues en pleurs
Pour prier Saint ANTOIN’, mais qu’dans leux gros chagrin
S’raient trompées d’estatue, c’qu’expliqu’rait leux ventrée.
Et comm’ tout l’mond’ créyait au pouvoir souverain
De Saint PAILLARD, nos fill’ s’trouvaient « miraculées ».
No dit mêm’ qu’ces mâtin’ pourvues d’un bel ang’lot,
Pus tard pour se marier, par leux geins bein dotées,
En tant qu’miraculées n’restaient jamais sus l’pot
Et venaient remercier Saint PAILLARD chaqu’année.


Chien coureux

J’avons dans not’ commeune eun’ bein brave d’moiselle, d’âge canonique comme no dit, et qui deit commencer à aveir les pieds jaunes.

C’té d’moiselle BLANCHE est bi jatille et n’f’rait point d’mâ à eun’ mouque et, comm’ i’ s’deit, vu sein état d’célibataire prolongée, ol’ est bein pudiqu’ et rougissante.

Eun’ si bonne personne ! J’sis sûr que c’ti-là qui l’érait m’née d’vant m’sieu l’maire n’érait pas été trop volé !!

C’té brave femm’ a un joli p’tiot toutou d’POMME ERANIE, tout r’vêtu d’longs poils blancs… il est vrai qu’sa maîtresse en mal d’amour, l’bichonne, l’lave, l’schampoigne, li met un biau ruban rouge autour du cou et unp’tiot pal’tot l’hivé… comme si c’était l’gnias qu’o n’a jamais eu.

Mais faut qué j’vous dise que l’CHÉRI comme no l’appelle, s’rait co du vice, porté sus l’biau sesque et qui coure dû apreus les d’moiselles chiennes loulou ou pas, tout yest bon… et malin comme pas un pour s’écapper faire ses p’tiot’s affaires sans qu’sa maîtresse s’en aperçoive… pou senti la cart’ed’ visite d’la première rencontrée et li présenter ses « civilités ».

A tel point qu’tous les propriétaires d’chiennes du coin de s’plaindre qu’ pour arriver à s’n affaire, l’CHÉRI n’se gêne point pour faire des trous dans les haies, sous les grillages, d’pillauder les jardins… et c’té bonne mad’moiselle BLANCHE n’peut pas creire son loulou capabe n’faire tout’ ces misères es geins et seurtout qu’i’ seit si vicieux qu’no li dit, en la faisant rougi en li racontant toutes ces « trouducutades chiennesques ».

- « Ah mais ! Faut qu’vous l’enfermiez pour tout d’bon !! »

V’là dergnièr’ment qu’des mauvais’ geins (mais va saveir qui ?) qu’avaient seur’ment à s’plaindre des escapades d’CHÉRI et fatigués d’doléer pou rein, n’ont point trouvé mieux que d’l’attraper et de l’tond’ à ras, n’li laissant qu’un goupillon d’poils au bout d’la queue.

Si vous aviez vu l’tableau, c’té pauv’ bête vêtue que d’piau, tout’ blanche, en costeume d’ADAM qui vient d’bouffer la pomme !

Et c’té pauv’ mad’moiselle qui eut bien du mâ à r’connaître sein loulou… avant d’s épanouiller d’saisiss’ment et d’s étaler d’tout sein long aumitant d’sein salon.

Mais si anieut, no s’met à tondre tous les gâs qui sont du « bruit qui coure » ça va débroussailler dû. No va chainger d’mode car yéra moins d’chev’lus !!


Choix

Si tu veux la fille
Qu’tu trouv’ bi jatille,
R’luqu’ bein la bell’ mère
Têt’ et caractère ;
Et dis-té mein gâs
Qu’vieux, c’est ça qu’t’éras.


Coups d’phares

Connaiss’-’ous bein Maîtr’Joseph ? Un bein brav’homme qui n’frait point d’mâ à eun’mouque.

Sein plaisi l’dinmanche, c’est d’faire un p’tit tour tout seu dans sa vieulle torpédo dans nos p’tiots ch’mins d’campagne et i’roule bein doucett’ment en ergâdant l’paysage.

Y a bein troués s’maines, i’s’ertrouvit sur la grand route et prenait plaisi à appuyer sus l’champignon et montait jusqu’à des 60 à l’heure.

Et v’là qu’eun’, pis deux, pis troués autos l’avisent et li enveyent des coups d’phares dans l’œul.

Maîtr’Joseph s’demandit en dans d’li c’qui pouvaient bein aveir à s’allumer comme ça en plein solei, probabel’ment pou li faire signe mais d’qué ?

I’s’arrêtit donc pour veye c’qui n’allait point sus sa bagnole mais n’vit rein et r’partit… et co plusieurs auto li firent des clins d’œul  en l’croisant, quant v’là tout-à-coup qu’not’brave noramnd vit en haut d’la côte deux gendarmes qui s’muchaient dans la haie.

- Ah, qu’i s’dit, j’vas en avei l’cœu net et i’s’arrêtit pou leux d’mander c’qui d’vait aveir à sa torpédo pou qu’tout’les automobiles li fassent des signes à coups d’phares.

- Je vais voir ça, que lui dit l’brigadier, bien poliment, d’abord cette plaque est sale et pas lisible, un « stop » ne marche pas, pas de rétro d’ailes pas d’essuie-glace, un pneu lisse… ça fera six contraventions. Maintenant vous devez savoir pourquoi on vous faisait signe que nous étions là pour contrôler la vitesse.

C’té pauvre Joseph r’prit la route tout roupiou, en s’demandant comment tous ses avertisseurs savaient qu’y avait tout ça qui n’marchait point ou manquait sus s’n auto.

No m’a dit qu’dégouté, il avait r’cédé sa torpédo et n’se prom’nait pus qu’en carriol’à ch’va.
 

Co les belles-mères

No raconte souvent d’s histouères d’belles-mères… il est bi vrai qu’yen érait point biaucoup qui seyent raimées d’leux bruman et faut bi admette qu’ces pauvres gâs ont bi souvent d’s excuses.

Un jou not’ garde-champête s’prom’nit au bord d’la rivière qui passe au bas d’la commeune et i’ trouvit mait’ ALCIDE assis sur l’boran et qui r’gâdait l’iau couler d’vant li.

- Qui qu’tu fais-là l’ALCIDE ?

- Tu veis, j’attends ma belle-mère.

- Mais j’vous creyais fâchés à môt.

- Voui, mais no vient de m’dire qu’o s’rait tombée à l’iau, en puchant sa l’sive au douit… aussi j’attends d’la veir passer pour étr’ sûr qu’ça seit bien vrai.

C’est co l’ALCIDE qui, quèques s’maines apreus, s’ertrouvit au café du village en train d’touiller les dominos aveuc un ami tout en causant du temps qui f’sait, comme tout un chacun. Et l’copain d’dire :

- Eh bein, no peut dire qu’javons un biau mouès d’MAÏ, un vrai raide temps poussant apreus l’iau qu’est tombée. Pourvu qu’ça dure un miot et tout va bitôt r’sorti d’terre.

- Teis-tei, tu vas m’porter la guigne, ça fait troués s’maines qu’nos a enterré ma belle-mère.


Confusion

D’pis quéques années, dans les grand’classes d’s écoles, les maîtr’ deivent faire des cours d’inducation sexuelle.

C’est l’progrès qu’no dit… et dans un collège veisin, un jeune maître d’vait explicationner ça à d’grandes filles ; i’ l’tait putôt confusionné de l’dire à s’n épouse qui se s’rait p’têt co bein foutue d’li, mais pour expiquer ses nouviaux horaires, i’ li dit qui baillait des l’çons sur un nouviau sujet « la navigation à voile » c’qui la surprit quant’ même un miet.

Un jour, o rencontrit eun’ des grandes élèves d’sein mari qui li dit :

- Votre mari nous fait d’nouviaux cours bi intéressants et i’ s’y connait bien.

- Bein ça, j’en sis tout’ épalourdie, qu’li retorquit l’épouse, i’ n’a esayé qu’ troués foués en vacanches : la 1ère foués i’ n’a pas osé aller bi loin, la 2e il a tiré es r’nârds et la dergnière foués, les r’muements d’la mé li ont foutu l’cul bas.


Comme mein chien

Eun’ veuve d’par cheux nous avait un chien, un vrai corniaud qu’érait foutu eun’ gaffée à un gamin, aussi o s’trouvit app’lée d’vant l’juge de paix qui fit r’sorti ses responsabilités et li fit la morale.

Mais créyant aveir raison, o s’défendit dû et li dit :

- M’sieur l’juge, eun’ superposition qu’vous seyez mein chien, bi tranquill’ à dormi là en rouell’ à l’entrée d’ma cour et qu’un abruti d’galapiat entre cheux mei et vous désensommeille en vous pilant sur la queue, j’creis qu’nos vous entendrait itout braire et qu’vous li foutriez co eun’ bonne foulée au cul… comme mein chien et mei j’dis qu’vous ériez bi raison.


Commission faite !

Dans mein jeune temps, y m’arrivit bi souvent l’jeudi et pendant les vacanches, d’mei pourguyer dans nos biaux ch’mins d’campagne aveuc mes p’tiots copains et j’avions été pus d’eun’ foués tentés à en aveir l’iau qui nous gouttait dans l’gésier, en veyant les c’rises bi rouges, les belles pommes ou peires des veisins… et qui n’passaient point terjous par d’sus la haie.

Et pis quant’ c’est défendu, c’est-y point meilleux ?

L’moins corsu passait pa l’trou d’la haie ou sous les palis et, tout en s’enfalant, en cueillait quéques poignies pou les ceusses qui faisaient l’guet et, aussitôt qu’nos aguetti quéqu’un par là-l’long, nos s’écappait  comme eun’ volée d’moigniaux.

Et ça m’ermet eun’ histouère :

Un jou, dans eun’ commeune veisine, un brave cultivateux surprend un péquiot juqué dans sein c’risier et li dit :

- Ah ! C’est tei l’gâs à l’AUGUSTE qui m’vole mes c’rises, j’te r’connais bein. Quand ton pé va l’savei, t’éras dreit à eun’ trempée… n’t’en fais pas, j’vas l’veir tein pé et li dire…

Et l’gosse, r’gardant au-d’sus d’li, d’crier :

- Descends papa, ya un m’sieu qui veut t’causer.


Crèche bi vivante

Je m’ravise qu’quand j’étions co jeun’effant, l’brave curé d’eun jatille commeune d’par là-bas avait eu eun’fameus’idée pou diverti ses parouéssiens tout en les éducationnant : i’s’d’cidit d’leux présenter eun’belle crèche vivante pou la messe d’minieut avec d’s effants et des bonnes geins pour faire Marie, Joseph, l’s Anges, les berquiers, les Roués Mages, alos qu’pou le p’tit Jésus, no couchit dans un grand pagnier rempli d’gleu un biau baigneux en celluloéd.

I’trouvit co facil’ment pour la Sainte-Vierge tout’en attifiaux d’souées d’toutes couleurs et les Anges itout aveuc leux grandes ailes en pleumes collées à la glu sus du carton… mais pou Joseph, les Berquiers, les Mages… point d’volontaires et sein dégouginé d’bedeau dut engager quèques joyeux drilles, d’ses copains d’beichon et eut co l’idée de s’n aller dans les fermers dire es bonnes femmes qu’fallait qu’à la messe, o fassent des dons à la crèche pou obteni la rémission d’leux péchés.

Pendant le cérémonie, les geins s’ertenaient d’applaudi tell’ment c’était biau… mais l’pus surpris fut not’brave curé en veyant ses parouessiennes apporter leux donations, et faut creire qu’nos ménagières avaient biaucoup à s’faire pardonner tell’ment yavait d’mangeaille, d’barriquots d’gros beire, d’carafons d’vieux calva… enfin d’tout pou s’rempli la falle, suivant la d’mande du bedeau.

Quand la messe d’minieut fut finite, Marie et les Anges r’partis aveuc leux geins, tous les parouéssiens à réveillonner, not’curé invité cheux l’maire, not’bedeau closit vit’ment l’grand porta pou r’trouver sa d’mi-douzaine d’copains qui, l’un s’étant torchi la goule, l’autr’enl’vé sa fausse barbe, coutiau en main, commençaient à mangi et beire.

Qui qui s’passit ? N’y eut point d’témoin et au matin, l’s acteux n’se ravisaient pus.

Quand not’curé arrivit pour sa permière messe, i’r’trouvit les victuailles bein entamées, les boutelles et barriquots bi dépotés, notr’joyeus’équipe bi chargée à cul : Balthazar et Melchior fins bus et raides démolis, Gaspart et l’bedeau chantant à tue-tête sur un air d’cantique : « C’est à beire qui nous faut… » et pourtant is’ n’n’avaient pu bésoin.

Quand à not’bi sympathique curé, i’s’rait promis de n’pus faire d’crèche vivante… c’t’elle-là, ol’tait déjà d’trop !


Coup d’tampon

Y a quéques années, cheux nous, no prenait l’train qui quériait co les voyageux jusqu’à Mesnil-Mauger et d’là, no changeait et j’prenions la grand ligne qui nous emm’nait jusqu’à la Préfecture.

Un jour, deux braves paisans veisins s’n allirent à la gare du chef yeu ag’ter un p’tiot carton qui leux donnait l’dreit d’prend’ el’ train.

Etant d’connaissance, j’me r’trouvis aveuc eux dans la même veiture pou s’donner l’plaisi d’faire l’véyage en langagiant ensembe.

Aussitôt montés, li s’assieustit dans l’sens face à la machine et s’mit bi à s’n aise, prêt à sorti l’pagnier es vivatures : miche, saucisson, œufs durs… et dit à s’n épouse qui s’trouvit en face de li :

- Te v’là aller à r’bourg, tu s’rais bi mieux de v’nir t’assir à côté d’mei.

- Ah ça non, qu’o li rétorquit, si j’ay un coup d’tampon et que j’sommes malheurés, j’aimm’rais co mieux aveir l’fessu mâchuré putôt qu’la goule !


D’bons restes

Par ichin, j’sommes dans un vrai pays d’Occagnes, j’avons tout d’bon pou boustifailler, bein s’rempli la falle : d’la bonne chai d’viau ou d’bœu, quant’no tue l’cochon, d’fameuse chaircuit’rie, d’bonnes légumes du gardin pour agouster l’fricot, du beurre qui sent bon et d’la meilleure crème, des fromages délicieux, d’la fleu pour fabriquer du pain brié, des bourdins, bourdelots et des pomm’ et peires pou s’nettoyer les dents… et d’là teurgoule, des doudoux… et l’trou normand, l’gros beire, l’calva pour délayer tout ça…

Aussi nos normandes et co mieux nos Pédaugières sont d’sacrées cieusinières et faut les veie d’vant l’fourniau en train d’nous affaiter quéques bafrées, r’lichées, gueulation, r’pas de r’neuchon…

Faut veir tout qu’nos a sus les tabes : d’plats, d’caudrons, d’castroles d’péeles, d’saucières, d’carafes, d’pichets…

Mais d’un autre côté, O sont itout d’bonnes ménagères, bi économes : O réutilisent les restes et rein n’est perdu, O font des ragouts, mitonnées, terrinées d’pâté, soufflets…

A s’n homme qui li faisait des r’proches d’faire bi trop d’cieusine, d’piats, la Julie rétorquit.

- P’têt’bein… mais si j’n’avais rein d’trop… comment que j’frais d’s écolomies en accomodant et mijotant les restes ?


Dépannage

Y a bein troués, quatr’ans, j’avons eu d’gros erjus.

Un matin, en plein hivé, au momeint de s’déjuquer, pus d’électrichité ; dans la nieut d’la glache était chue sus les fils et l’pouéd avait tout fracachi, même les potiaux. Et nos pauvres poumiers tous bersillés… et pus d’un vieux pédaugier comm’mei en eût les larmes es iûs.

Mais r’venons à l’électrichité en panne ; m’est avis qu’c’est biau l’progrès et nos en met partout d’leux courant : pou s’éclairer, s’cauffer, même pou s’raser la couenne… Quant’ça marche no n’y pense point mais quant’ça manque nos est foutus perdus et no n’sort la lampe pigeon ou à pétrole et no va à l’épich’rie qu’cri des candelles.

C’était l’cas d’eun’vieulle fille d’mes veisines, eun’brave personne qui, comme biaucoup, s’n allit au chef-yeu qu’cri d’qué pou s’dépanner.

Mais les répareux d’mandés, ces pauvres gâs d’l’EDF débordés, s’faisaient forcément espérer pou réparer et r’mett’el courant dans sa commeune, aussi au bout d’un bon momeint comm’o’dégrémissait, o’profitit du marché au chef-yeu et s’n allit au buriau des électrichiens veye leux chef.

- Mein brav’homme, qu’o’li dit, vous n’devriez point profiter que j’sis seule pou m’oubellier, faudrait m’enveyer au pus tôt un d’vos hommes… vous savez c’que c’est, ça va bitôt faire troués s’maines que j’me sers d’eun’bougie.


Des couleurs… !

Par cheux nous, j’aimons bein la jouée et la baudour, faire des farces, étisser les geins… Oh ! pas mal’ment, sans méchanc’tise !

Les vieux sont aussi farceux, jouaillons qu’les jeunes… aussi faut bein dire que l’premier d’avril, nos a plaisi à faire couri l’peisson.

Je m’rapprêche qu’eun’foués, un gros fermier du coin avait envoyé sein p’tiot valet cheux l’droguisse du chef-yeu, li d’mander si i’vendait co à ses pratiques des peintures d’toutes couleurs et, si oui, s’il avait co d’la peinture Auburn.

L’commerçant avait bi compris d’qué qui r’venait et li dit d’rétorquer à sein patron.

- Oui, et i’deit en aveir co souv’nance, car i’d’vait en aveir co trace quéqu’part, parc’qué ça déteint.


Dergnier vyage

Cheux nous, seurtout dans nos campagnes, nos a biaucoup d’respect pou les môts.

Nos a biau être économes, quant’nos geins passent l’pas, no n’erchigne point d’trop sur l’coûtage d’l’enterr’ment : qu’ça seit pour eun belle messe aveuc les chantes et les tentures, biaucoup d’fleus, l’erpas d’famille avec l’pot au feu… et l’tombiau. Pour eun foués qu’l’occasion s’présente, faut faire veir es geins qu’nos a d’qué.

L’aut’jou, cheux nos veisins, aussitôt qu’el grand-père eut défuncté, nos l’a bi toiletté, rasé, mis sein costeume d’noche qui l’bridait bein un miot, mais pas au point de l’gêner.

Monsieur l’Curé arrivit à la Maison comme no finissait l’habiller pour sein dergnier vyage et fut surpris qu’no l’ait afflubé d’chaussettes rouges.

Et la bru d’li rétorqué :

- C’n’est pas bi grave, j’n’avons dénichié qu’celles-là d’bi r’prisées… et pis apreus tout, c’n’est pas li qu’est en deul.


D’la détourbe

Aut’foués, à la campagne quand quéqu’un défunctait dans un hamiau, n’y avait point d’corbillâd, no hissait l’cerqueu dans la carriole où montaient les geins et no d’cendait les ch’mins jusqu’à l’église où attendaient m’sieur l’curé aveuc ses clergeons, les parents v’nus d’par là-long, l’s amis…

Un jour donc, l’Alfred perdit sa belle-mère qui sautit l’pas cheux li et i’d’cendit la bonne femme en carriole.

En conduisant sein ch’va, i’pensait en d’dans d’li à tous les apos qu’li avait terjous baillis la défuncte et co anuit qu’ol’tait trépassée pendant les foins… qué détourbe ! Et les erjus, et les dépenses d’argents : l’cerqueu, la messe, l’erpas d’famille même sans grands frais, just’un pot au feu…

Comme i’ d’cendait la côte d’avant l’village, v’là qu’l’iau s’mit à tumber :

- Zut ! qu’i’ s’dit, co un emmerd’ment, anieut no les collectionne !

Sein biau-frère qui l’espérait d’vant l’église, aux premières gouttes d’iau, r’gardit l’heur’ à sein ogrion d’gousset :

- Ah, si i’n’s’amuse point en route, l’Alfred n’devait point tarder !


Dévouement

Nos entend queques foués d’s employeux viper après leux valets gagiés, p’tiot servantes d’anieut.

C’n’est pus comme dans not’jeune temps où l’s employés n’grichaient point à tout bout d’champs ; no s’creyait d’la famille, des geins d’la maisonnée, tous fidèles et dévoués es maîtres, et bi veillatifs à s’n affaire.

J’ons même souv’nance d’eun’ p’tiot’servante d’la ferme d’la Galtousière, d’la commune d’à-côté, qu’no peut citer pour sein dévouement.

Un jou, sa patronne li d’mande :

- I’m’semb’ qu’t’en as eun’ventrée, qu’t’es enceintée. Qui c’est-y qui t’a greffée ?

- Bein, c’est l’Ugene, l’grand valet.

- Mais comment c’grand dadais t’a fait ça ?

- Ya quèques movès, j’étions tous deux à la cave qu’cri du beire au grand togniau et la pignoche m’a écappée, l’Ugène m’a crié : « bouche l’trou aveux ton moucheux d’poquette et pousse fôt pou n’pas laisser dégouler l’beire et faire du patouillis dans l’ceyier ». C’qué j’ai fait… et l’Ugène m’a affrontée, profitant qu’j’étais affairée à faire la pignoche… j’ne pouvais pourtant point lâchi et laisser l’togniau s’tari.

- Ma fille, j’te n’mercie qu’la tonne seit restée pleine, mais j’veis qu’tu l’es itout.

Hein, comme j’vous l’disions, aut’foués les p’tiot’ servantes étaient bi veillatives et travaillantes, ne r’chignant point à s’dévouer pou leux maîtres.


D’mande en mariage

D’mein temps, partout dans nos campagnes et contrair’ment à c’que pensent les parisiens en vacances es mouès d’biau temps, ya aut’chos’à faire qu’à s’prom’ni au solei ; faut travailli dû, non seul’ment l’s hommes d’la ferme mais nos femm’itout qui s’affairent à t’ni la maison, à la lait’rie, à traire les vaques, soigner les viaux et les poulailles, r’tourner l’gardin… et co donner un sacré coup d’main pour les pommes et les foins.

Aussi la femme est indispensable à la ferme et nos gàs qui espèrent s’établirt un jou à leux compte trachent à s’enjointer aveuc des filles d’la terre, dégouginées, corues et bein allantes à l’ouvrage. Et y commencent d’bonn’heure, à choisi, s’oeillader pa-d’sus la haie, s’souri, s’agrâcier, s’parler, s’entreprinse, s’accomicher… avant s’accorder pou s’apparier.

Aussitôt apreus l’service militaire, sans attende qu’un autre gâs vous l’agrippe, vite no la r’tient et no s’accordaille avant l’embaguement et quèque foués… nos anticipe.

Donc faut faire sa d’mande en mariage après s’être affublé d’un biau costume et no va cheux les parents d’la fille, tout roupiou, malaisi.

Ya quèques années, mein n’veu allit donc faire la d’mande d’la Jeanne cheux l’père Arsène qu’était bi content et n’attendait qu’ça, au courant qu’sa fill’ l’tait déjà greffée, les jeun’ ayant pris d’s acomptes.

L’père Arsène fit l’surpris, servit l’café gniaulé pour encourager l’gâs à li présenter s’n affaire en question.

- Maît, vous m’connaissez bein ainsi qu’mes geins, aussi j’viens vous d’mander la main d’la Jeanne.

- Si tu veux qu’la main, j’te la baille volonquier… pa’c-que l’reste, j’creis qu’y a longtemps qu’o’t’la donné.


Du parel au même !

Aut’foués, par là-long, no n’badinait point aveuc l’honnêt’té immatriculée des filles et eun’pauve créyature qu’avait fauté, aussitôt qu’no veyait qu’ol’tait greffée, n’avait pus qu’à aller s’placer en condition à la grand ville car ichin, no la montrait du deigt… et no n’cherchait pas trop à savoir qui l’avait enceintée.

V’là c’qui s’passit cheux un faisant-valeir du coin où qu’c’était la patronne qui portait les braies, parouéssienne d’permière classe qui, comme biaucoup d’nos dévotieuses, n’mettait pas trop en pratique les bonnes paroles d’charité chrétienne prêchées par M’sieu l’curé.

Veyant sa p’tiot bonne aveuc eun’grosse empanchure, O’li fit du randonnage, un grand prêche sur l’honnêt’té des filles, pou finir par li dire d’faire sein baluch’, qu’o’n’voulait pas garder dans sa maison bi honorabe eun’fille d’rein qu’allait s’vautrer aveuc l’permier ferlampier v’nu.

Mais la péquiote, tout en gimant, rétorquit à sa maîtresse :

- Mais vous itout, vous en avez bein eun’bonne ventrée

- Oui, mais mei, c’est d’mei mari Maît’Alphonse

- Mais, ya pas d’différence et c’est du pareil au même car mei itout, c’est pou li !

C’quétait seurtout pas à dire si o voulait garder sa place. Quant à l’Alphonse… parait qu’no l’rencontrait apieus do un œul au beurre neir.


Doléances

A la derngière grand’fouère d’la ville veisine, deux braves Pédaugiers, cousins r’mués d’germains mais qui n’se hantent qu’es grand’s occasions d’famille : commugnions, épousailles, enterr’ments… s’ertrouvent donc par hasard en tant qu’fouéreux.

Apreus celles du temps, i’s s’baillent des nouvelles d’leux geins, pus par habitude et p’tiot’politesse qu’par intérêt ou amiquié.

- Et ta bourgeoise, comme qu’ça va-t’y ?

- Bein, la Marie est défunctée d’pès troués moués, d’un mauvais chaud-freid.

- Alos, c’est bi vrai, j’n’y pensais pas, excuse-moi et r’çeis mes doléances. Ol’était-y d’meurée longtemps ?

- Non. Ça s’est vite fait. No t’avait envoyé un p’tiot écritias et  j’ai été surpris de n’pas t’veir à s’n enterr’ment.

- Bein, creis-moi, j’vions d’la détourbe et n’pouvais pas quitter la ferme pour eun’vaque qui d’vait vêler… mais sans ça, seis sûr qui ça m’érait bi fait plaisi de v’ni.


Douleurs partagées

Quéqu’ voul’-ous ! No s’conjointe créyant aveir fait l’bon chouéx, aveuc biaucoup d’espérance en l’av’ni, pis pas longtemps apreus nos adviens à creire qu’aveuc eun’autr’ ç’érait p’têt été mieux… pas sû !

C’est c’té foutue allianche qui gâche tout et biaucoup creyant qu’sans ça, qu’ça s’rait bi meilleux d’croquer la pomme en toute liberté.

Eun’ d’mes veisines avait bi croqué la pomme itou mais à c’t’heu ol’ avait oubellié d’cracher les pépins… et m’aint’nant juquée, ol’ attendait pour très bitôt sein permier effant, la commère qui l’assistait espérait itout… seurtout curieuse dveir si l’péquiot s’rait rouquin et sonnu comme l’factueux qui desservait c’coin-là.

Enfin l’grand momeint arrivit et not’emmaladée, prise d’douleurs, pousait l’s ébrais, grimait…

A côté d’sein lit, li t’nant la main, sein pauvre homme d’encorné était bitôt aussi malaisé qu’elle et o’li dit :

- N’t’en fais point, c’est dû mais j’t’en veux point… et d’abôd tu n’n’est pas la cause !


Effet manqué

C’est p’têt’rare j’l’erconnais, mais par ici no trouve co quéques gestiers, comm’un faisant-valeir lanreit que j’connaissons bein, un vrai colinfumelle, pommadin et tout maniéré ; l’ s’neye la goule aveuc du senti-bon et aveuc ça l’ s’rait co un brin losangier, adoreux.

C’ti là était co l’pus peine et tristé d’aveir adiré sa belle tignache d’aut’foués, d’êtr’dev’nu chauve, à s’peigner do sa débarbouilleuse.

Pour mucher sa « misère », i’laisse pousser dru l’peu de ch’veux d’un côté et les arune pour qu’i’s traversent la place d’bout en bout pour y faire un peu d’ombre… mais faut qu’ça tienne co, aussi dans les grand’s occasions i’les patrouille à l’iau sucrée pou qu’ça n’bouge point et fasse s’n effet.

L’autr’jou, i’ s’nallit au châtiau payer sein fermage et préparit bi soigneus’ment l’rang’ment d’sa crique d’vaut sein mireux, qu’o fut bein ordrée pour qu’i’ s’présentit do sein biau costume d’vant la Baronne.

Mais v’là-ty point qu’au moment de r’tirer seine capet bi précautionneus’ment pou n’point s’décoiffer, i’fut pris d’un foutu éternuement à répétition qui dérangit tout l’arunage et i’s’ertrouvit comme un vieux goupillon rescapé d’la guerre d’cent ans et co bouffé des mites.


El’vage

Anieut, à la campagne, la vie d’vient dure pou les p’tiots cultivateux ou les jeunes qui s’enroutent et i’leux faut souvent s’accrocher sur tout : l’s uns s’espécialisent dans l’el’vage d’cochons, d’poulailles, d’lapins, l’s aut’ s’ermettent à faire d’l’abeille…, suivant la région no fait d’nouvelles cultures, d’soleis, d’colza, d’pomm’ à coutiau, d’raisin d’tabe…

Eun’d’mes jeunes veisines décidit ya quéqu’temps d’faire du lapin en grand : ça s’rait co facile, pas bi salissant, d’mande point biaucoup d’ergent d’départ ni trop d’place et i’parait qu’ça s’rait co d’un bon rapport. Mais c’té fille n’y connaissait d’arien et o’s’n’allit voir un d’ses cousins issu d’germain qu’avait déjà monté un p’tiot él’vage.

A c’qui parait, ol’érait été surprinse d’en veir eun’fiée qu’avaient es cous des ficelles avec d’piot’clochettes.

- Pou qui qu’c’est faire, les sonnettes.

- C’est pou mieux r’connait’ les lapines.

A quèque temps de d’là, O’commencait s’n él’vage et no m’dit qu’o’s’rendi cheux l’quincailler du chef-yeu à qui qu’o d’mandit, pou bi b’sogner moderne comme sein cousin.

- Av’-’ous des clochettes à lapines ?

Parait qu’i’n’n’en avait pas et en érait commandé.


Etat-civil

En ferme, pour faire l’ouvrage faut bi un homme, et eun’ grosse fermière d’eun’ commeune lanreit dev’nue veuve s’était vite r’conjointée, p’tête pus pou l’service que pou l’plaisi.

Ol’ avait eu plusieurs effants d’ses deux épouseux.

Aveuc les biens qui r’venaient d’l’un et d’l’autr’, ça faisait bi d’s embrouillis pour l’espérance des hériquiers à v’ni et, sus les conseils d’sein biau-frère et pou qu’yait point d’jalous’tés, o s’n allit cheux l’notaire pou testamenter et faire les parts.

L’nouviau notaire li d’mandit quèques renseign’ments :

- Vos quat’ effants sont-i’s du même lit ?

Toute roupieuse et rougissante, o’ li rétorquit :

- A dire vrai, non, l’permier est d’sou la quer’trie et l’p’tiot dergnier est d’derrière la barge.


Etre et avoir été !

Dans eun’ commune lanreit, ya un gros propriétaire, eun’ espèce « d’ m’as-tu vu » qui s’creit sorti d’la cuisse à Jules PITERT, s’quarrant et s’rengorgeant, qui s’creit et s’parle… et pas facile à border.

Il appelle sa maison « l’châtiau » et je n’s’rais pas surprins de l’veir un jou mettre un « de » d’vant sein nom : Maitr’ ARSENE de la GRAND COUR.

L’aut’ jou i’ rencontrit en ch’min l’gâs LOUIS qui n’aime point les poseux et n’a pas sa langue dans sa pouquette.

- Alors, LOUIS, comment vas-tu ?

- Oh, ça n’va qu’à moiquié, j’sis bitôt comme l’père CLUT, plein d’rhumatisses ; à m’nâge me v’là à moiquié tordu et bitôt d’meuré.

 - Ah, qu’dit maître ARSENE, d’un ton sentencieux, « On ne peut être et avoir été ! »

- Oh si, rétorquit l’gâs LOUIS, qui prêche comme la goule li part, no l’peut comme vous.

- Mais comment ça ?

- Bein pardi, tout pays sait bien qu’feue votre première femme avait l’fourquet bi d’gagé et vous a coiffé pus souvent qu’o n’ changé d’caraco et qu’celle d’anieut est co pire, no dit même qu’si vous l’enfermiez dans un togniau o vous f’rait co cornard par l’trou d’la bonde.
Vous veyez bein qu’vous l’êtes apreux l’aveir été ! J’vous fais bein du respect… et à la r’veyure !

Et not’ gâs soul’ vit sa castiette et r’partit suivi d’sein chien qu’nos érait cru qui riochait d’aveuc sa queue.


Et l’s autes !

C’té-là, ol est vraie véridique, c’ti-là qui m’la dégoisie n’est pas pus menteux qu’tei.

L’jou d’la TOUSSAINT où qu’tout l’monde monte au chim’tière pour mett’ des pots d’fleus sus la tombe d’nos geins un bon gâs du coin s’n’allit fleuri ses pé et mé aveuc sein gnias d’dix ans déjà bi d’luré pou s’n âge et qui lisait l’s écritiau : « Un ange au ciel… à mon mari regretté… à mon épouse si bonne… ou aimée… »

Et l’péquiot de d’mander à sein pé : « Là, no n’veit qu’des anges et les ceusses qu’no r’grette, mais où c’est-y qui mettent l’s autes, les méchantes geins ? »

Et c’ti-là d’répondre « dans l’grand carré du bas avec les belles-mères ».


Et v’là l’colza

Malgré m’grand âge, j’ons co souv’nance qu’quand j’étions effant, nous s’prom’nions souvent aveuc nos geins amont les ch’mins du Pays d’Auge… Qu’cétait-y biau !

Partout des haies bi tassées qui bitôt nous muchaient es us des vergis bi entret’nus, es pommiers au dreit, bi alignés comme nos pompiers l’jou d’la r’vue, nos braves peisans qui vaquaient à lochi les pommes qui nous donnaient d’fameux gros beire et d’si bonne goutte pour abonnir notr’ café, d’belles vaques normandes qui nous baillaient du lait si crémeux et d’si bonne chai –

Maint’nant ! Qui qu’no veit ?

No déplante les haies et même les pommiers et c’qu’en reste est tout rabougri, malfoutu et tordu comme mei aveuc mes rhumatisses. No r’tourne les pâtis pou faire d’leux foutu maïs et, à c’t’heu c’est co nouviau, v’là qui nous font du colza.

Pour la couleur, nos en a et du biau jaune, comme si n’y avait pas assez d’nos bonnes femmes pour nous en faire veir de c’té couleur !

Et ça s’rait pour fabriquer l’huile à c’qui paraît… et d’ici quéque temps, nos servietteux d’PARIS s’raient co bien capabes d’nous dire à nous normands et sans rire : « surplus d’huile, va falloir fricasser votre cieusine aveuc ».

Enfin mei, c’que j’vous en dis !

J’veux co bein qui suivent leux modes aveuc leux champs d’maïs ou colza, mais n’pourraient-y point les mucher, aller faire ça plus loin, qu’no n’les veyent point en s’prom’nant amont nos jatils ch’mins d’campagne, car à mei vieux normand, ça m’fait mâ es us.


Eun’ belle tourte !

No dit qu’un d’nos braves boulangis s’rait « espécialisé » comme no dit, dans la fabrication d’bon pain d’campagne, en tourtes d’pus vingt lives et, comme il est bi veillatif à s’n affaire, no yen quémande souvent pour les noches.

No m’a dit, mais c’est-y bi vrai, qu’un d’ses jeunes commis avait fait les yeux doux à eun’ péquiote du coin mais qu’o yérait préféré pou s’conjointer l’fis d’un gros faisant-valeir du coin ; aussi, l’jou d’la noche d’son ancienne bonn’ amie, not’ jeune enfariné, bein dépiteux, avant d’enfourner l’gros pain, par vendication mais sans grande méchanc’tise, écrivit avec sein deigt, dans la pâte, et sous la tourte, l’mot d’Cambronne… en cinq lettes.

Personne n’s’en avisit jusqu’au moment où c’que l’marié attaquit l’pain aveuc un grand coutiau.

Mais l’gâs, tout à son heureus’té s’contentit d’s’esbaudir et d’dire bi haut :

- Tant mieux, ça m’fait plaisi, aveuc un tel souhait, j’sommes sûs de n’jamais mangi not’ pain sec !


Eun’grande détourbe !

Un brave et vieux curé, nouvell’ment nommé dans eun’ parouésse d’campagne fut vit’ment débauché d’veir ses nouviaux parouéssiens pus enhâtés de s’n aller au café qu’à confesse, passer pus d’temps à touiller les dominos qu’à la messe et qu’leux effants déjà bi souvent en manqu’es l’çons catéchisse étaient bi d’s obéissants, malicieux et pas pus religionnaires et dévotionneux qu’leux geins.

Par leux faire poux et essayer d’les ram’ner à la religion y racontit es péquiots c’qué s’rait l’jug’ment dergnier et la fin du monde :

- Pus d’solei, l’ciel tout neir, eun’fiée d’éclairs et l’tonnerre qui pète d’tous bords, l’s étoiles qui chutent sus terre aveuc la leune en morciaux, la terre qui s’brandouille et loche toutes les maisons, les montagnes qui s’écroulent dans la mé, l’feu tout partout.

Et à c’moment-là, un des gamins li d’mande :

- M’sieu l’curé, aveuc toute c’té détourbe, c’jour-là yéra-t-y d’l’école et du catéchisse ?


Et ta bonne ?

Ya des bonshommes qu’ont dû s’tromper d’sesque en v’nant au monde, d’vrais effeuminés comme no dit ; ces « colin-fumelles » s’pomponnent itout, terjous bichonnés, gestiers…

A la maison, i’s aiment bein faire l’travail es femmes : toujours en d’vantet, sont d’bons ménagiers aveuc l’balai et l’torcheux à la main, s’y connaissent à faire la cieusaine et les gâtiaux… C’est tout juste si i’s n’ravaudent point les hardes et n’tricotent point les chausses.

I’s sont souvent bi fiers d’s’en vanter et un jou, j’ons un veisin qui m’disait :

- Mei, à la maison, j’lave tout : la vaisselle, l’dallage, les carriaux, les drapiaux…

- Mais, et ta bonne !

- Hélas, o tient à s’laver tout’ seule !


Excuses !

Aut’foués, j’ons connu un brave grard’champête dont tout l’monde a co gardé un bon souv’ni, bi rendant d’services pou l’s uns et l’s autes, ne r’bouquant point sus eun bollée d’cide ou sus un sou d’café bi gniolé, terjous accommodant, prêt à consoler les geins dans la peine et les ménagières esseulées.

L’pauv’était conjointé à eun’bonne femme au croc sû, l’teint jauni, l’cœu ralenti, la rate attaquée, l’foué racorni, la peitrine plate… rein pou plaire et rattirer s’n homme. Il avait bein d’s excuses pour chopiner un brin et couri l’guill’dou. Il était d’toutes les parties d’chasse, des réunions d’famille où y poussait la chansonnette, racontait des gaudrioles et prenait bi du plaisi… tout en en donnant quand i’pouvait.

Eun’foués, i’rentrit cheux li au p’tit jou, un peu bu, la blouse putôt varouillée d’vomi et s’excusa en bafouillant un peu :

- J’ons arrêté eun espèce d’poivrot qui tirait es r’nards et c’fis d’garce m’a vraudé ma blouse.

J’dis point qu’sa moiquié l’crut, bein qu’ol’ait pas trop vipé pour eun’foués, mais l’lend’main o’li dit :

- Tu sais l’pus biau, l’ivrogne qu’t’as arrêté hier, il avait fait dans tes braies.


Evidemment !

Je m’ravise co d’eun jatille p’tiot servante qu’yavait, ya bein quéques années cheux mes geins à la campagne, et qu’no bénommait la Fofolle, co jeunette mais point co bi d’lurée et qui s’était fait enceintée pa l’valet.

Au vu d’sa ventrée, mein père l’interjectit :

- Dis donc la fille, qui c’est-y l’fis d’garce qui t’a greffée.

- Bein maître, c’est l’Léon qui m’a affrontée et pris’ed’force.

- Comment tei, eun fille si quérue, ossue et évertuée, tu t’es laissé faire par c’foutriquet, c’gringalet ?

- Bein oui, mais i’mavait coincée d’bout, amont l’gros peirier et aguettée qu’jétais, j’pouvais point m’tourner ni m’ratourner.

- C’n’est point créyabe, tu n’pouvais pas l’locher ni l’foute bas ?

- Nenni, c’t’affronteux s’était huchié sus mes sabiots d’boués et si j’l’avais point r’tenu i’s’rait tombé sus l’cul.


Expérience

Maitr’ Pierre, gros faisant-valeir d’cheux nous, à la môt d’sa vieulle servante dut en engager eun’nouvelle, c’té-là jeun’ et bi av’nante, quérue et bi capabe à s’n ouvrage et un biau brin d’fille bi fessue et nichonnée, frisottée et aveuc des yus coquins… tout pou l’plaisi de s’n homm’ à v’ni.

Auss l’gàs au patron en fut ébellué, vite épris, li fit des yus doux, li parlit vagu’ment d’mariage… et voulut anticiper, mois o’l’ermit en plache.

- Rein à faire sans la permission de M’sieu l’Maire et du Curé.

L’pé n’tait point d’accord, belle fille et bi capabe mais o n’avait point d’bien et cheux nous c’est bitôt c’qui compte l’plus. Mais sein gâs l’réforcit, l’pé finit par consentir et nos assistit es épousailles.

- Maint’nant, j’sis bein aise d’t’aveir et qu’tu m’as pas cédé avant, qu’li dit l’gâs, j’érais p’têt été capabe de n’point t’conjointer.

- Oh non ! N’y avait point d’danger même si j’en avais autant envie qu’tei, mais j’y avions déjà été prise au moins trouès foués.


Foutue grippe !

Mei qui n’sis pourtant jamais d’meuré, v’là qu’l’aut jou j’me sentis tout affadi, enchifrené, démoélé, prêt à m’épanouir. J’me couchis et bein qu’me sentant enfreiduré, j’constate qu’j’étions en chaleur aveuc 39,6 et Mélie d’me dire :

- Ça y est mein pauvre Jules, t’as la grippe !

Aut’foués, no disait un rheume avec eun’bonne touss’rie.

Etant gamin, ma bonne grand-mère m’érait donné un jaune d’œu cuit mollet avec du sucre à super matin et seir ; pour la tousse, un oignon cuit à la braise à manger aveuc sucr’huile et vinaigre ; pour bein moucher, du sirop d’fleu d’coqu’licot ; pour m’dégager l’cerveau des inhalations d’marjolaine… Si j’avions mâ à la tête, d’l’iau d’lis ou d’lavande et contre la courte haleine, j’érais dû manger à jeun l’matin deux figues qui éraient macéré tout’la nieut dans d’l’iau-d’vie, c’qu’est quant’même pus agréable qu’leux méd’cheine d’anieut.

Eun’foués guéri, no m’érait r’quinqué en m’faisant beire d’l’iau ferrée… mais anieut, j’ons eu dreit es sirops, cachets… et j’ai co eu la veine de n’pas m’faire aiguillonner les pauv’fesses !

Et j’ons lu qu’ces foutues grippes nous sont envéyées par les Chinoués, l’s Américains, les Russes, l’s espagnols ou Hong-Kong… terjous d’s étrangers qui nous r’filent leux salop’ries…

Et nous, bonnes peires, j’acceptons tout, et bon gas, sans malice, nous n’leux rendons jamais la pareille. Hein ! Vous n’avez jamais entendu parler d’grippe française ?


Foutu télégramme

Nos ouï souvent dire qu’nous les Normands j’avons les deigts crochus, que j’sommes rapias et radins… qu’j’aimons ramouch’ler les jaunets et les mucher dans nos cauch’ ed’laine.

Mi est avis qu’ceusses qui disent ça sont d’gros meuteux mais j’erconnais que j’sommes bi économes, que je n’jettions point l’ergent amont les ch’mins, mais c’n’est pas d’la chich’té.

Dergnièr’ment un bon ami, vieux paisan pédaugier comme mei, s’ertrouvit tout d’un coup veuf quant’sa bourgeouèse sautit l’pas et en plein moment des foins… qui détourbe !

Li fallit prév’ni sein gas militaire et qu’était bi loin en Allemagne… et eun’ lettr’ arriv’rait trop tard, aussi no li conseillit d’enveyer un télégram’ et i’ s’rendit d’suit’ à la poste du chef yeu.

Comme i’voulait prév’ni sein gâs aveuc mille précautions c’qui s’comprend, i’préparit un long papier mais qu’la postière li dit l’prix i’manquit d’teumber sus l’cul ; i’raccourcit ses diries d’moiquié, étêtant, équeutant mais c’était co bi cher et la fille, bi gentill’ment li expliquit qu’ça s’payait au mot et qu’fallait qu’ça seit l’pus court possibe… tout en prév’nant précautionneus’ment… et i’finit par li bailler sein télégramme : « Mère un peu malade, viens, enterrement jeudi ».

Tout n’est y point dit… et aveuc économie ?


Foutu téléphone

Nos vieulles geins sont bi souvent dépassées par les nouviautés, les trouvailles d’anieut d’tous nos inventeux et, même sans aller si loin, o’désaiment s’servi d’la gazinière d’peux d’explosionner la maison, du moulin à café où c’qu’é sont oublieuses d’mettr’ el’ couverque qui clot la boite et qui tout s’étramille dans la cieuseine… même pou répondr’ au grand bersingue d’téléphone…

L’autre seir, la mère Belmiche était seule cheux s’n effant quand que v’là l’foutu téléphone qui tinte. O fait semblant de n’point entende mais v’là qu’ça r’met ça un momeint après.

Not’ bonn’femme prend sein courag’ à deux mains et l’écouteux d’l’aut’, se souv’nant du comment qu’fait sein garchon.

- Qui c’est-y qui a l’honneur de m’causer ?

- Pardon Madame, pourriez-vous aller m’tracher Mme Martin, vot’veiseine, à qui qu’é j’voudrais causer ?

- J’entends bi mâ, parlez pus fôt et brandouillez vot’bigophone.

- … pour causer à Mme Martin

- Comment, qui qui vous disez ?

- Pou aller m’qu’cri Mme Martin… oui Martin, j’épelle : Mélie, Arsène, René, Théodule, Isidore, Noémie.

- Ah bein ! Vous app’lez… vous app’lez… vous n’êtes point confusionnée – si vous créyez qu’à c’t’ heure-là, j’vas aller qu’cri tout c’mond’là ?


Générations

Dev’nu vieux et à moiquié racramachi, bi souvent j’ons souv’nance d’not junesse et tout d’un coup no s’rappelle eun’ fiéé d’souv’nis : not’ grand ch’va mécanique, la permière lanterne magique, la pitiot’ bicyclett’ à trouès roues… et les jeunes veisines, copains, copines, aveuc qui qu’no jouait à la mite, es barres ou, bônès, à la climuchette…

Mei, j’jouais souvent aveuc notr’ jeune veisine l’Albertine qu’j’étions juste du même âge et no n’se quittait point, j’gossais aussi bein aveuc ses poupées qu’o v’nait do mei dénicher des nids.

Pis j’ons grandi et la vie nous a renviés chacun d’not’côté : l’travail, l’mariage, les effants, les pitiots effants…

O d’meur’ à la ville veisine et j’la veis co d’temps en temps, bi pouponnée, caraco à fleurs…

- Vous d’vez vous entret’ni d’vos souv’nis d’effants ?

- Bein non ! No n’se fréquente pour ainsi dire point, j’sommes pus d’la même génération ; mé, j’viens d’aveir soixante-douze ans alòs qu’elle, ol’en est restée à la cinquantaine, l’dit et l’creit.


Homme d’bon conseil

Anieut, la vie est bi compliquée aveuc tous les papiers à rempli, qu’ça seit pou déclarer l’s impôts même l’moins possible, pou l’s assurances, pou l’s ouvériers, les congès pou la goutte, les carnets d’sous d’la banque, à la mairie pour avei d’essence, des sous quand i’trombe trop d’iau ou pas assez…

Un d’mes veisins à c’t’heu bi positionné n’avait p’têt’ point été bi longtemps à l’école mais savait s’débrouiller, surtout compter pour ses prévisions d’ercettes et ses craintes d’dépenses…

Mais v’là-t-y pas qu’un jou, i’tombit malade… et i’s’veyait déjà mouri… li qu’avait terjous explicationné à sa femme pou t’ni ses comptes d’ergent, rempli ses papiers… mais o n’y entendait goutte, la comprenouère complèt’ment rouillée.

- Et si j’passe, t’faudra bi faire des démarches, co rempli des papiers pou m’n enterr’ment et apreus comment qu’tu f’ras pou t’débrouilli surtout qu’anient n’faut point avei confianc’ es geins… aveuc tout c’qu’no veit d’malfaisance et d’assassination.

J’me d’mande comment qu’tu f’ras quand tu s’ras veuve ?

J’creis qu’ça s’rait bein utile qu’tu l’seis d’mein vivant, que j’pisse co t’tirer d’affaire.


Incertitude

Anieut, aveuc leux foutues modes d’s attifiaux et de ch’veux longs, no n’sait pus à qui qu’nos à affaire ; vaut mieux compter sus l’tâtu que sus l’visu pour être renseigné sus l’sesque des bonnes geins et co, ya tell’ment d’ménagières qui n’ont qu’des œux sus l’plat qu’souvent’foués no n’peut que s’fier un peu sus l’fessu r’sorti… et co.

A défaut d’saveir, vaut mieux taire sa goule, n’pas faire comme mein biau-frère sus la place d’la fouère Saint-André, qui disait à un copain.

- Zieute c’biau jeune homme, l’gestier là-bas… do ses ch’veux longs et ses braies roses, no dirait bitôt d’eun’nana !

Et quéqu’un à côté d’li retorqui :

- Mais si, M’Sieu, c’est eun’nana comme vous dites, c’est ma fille.

- Oh ! faites excuse M’sieu, je n’savions point vous étiez sein pé.

- Mais je n’suis pas son père, je suis sa mêre.


J’sis bein aise d’êtr’normand

J’creis qu’j’en ai bi d’la chanc’ dêtr’né en Normandie
Où c’qu’étaient nés itout mein pèr’et mes aïeux ;
Aussi j’aim’c’té provinc’, yen a point d’pus jolie.
Et nos y vit hureux, bi content, l’cœu joyeux.
  J’sis bein ais’ d’êt’Normand !
                ----
Quand j’veis ces parigots, ces épateux d’la ville,
Ça n’mâqu’que des lichett’, c’est pâl’ comm’ des clicheux…
Mé qui n’sieux qu’un paisan, bon vivant, joyeux drille
J’pourrions seur’ment pas viv’ comm’ tous ces migraineux.
  J’sis bein ais’ d’êt’Normand !
                ----
C’est comm’ pou leux bonn’femm’, no n’veit biaucoup d’peitrine,
C’n’est point comm’nos normand’, nos en a plein la main,
Fessues, bi nichonnées. Tandis qu’cheux leux cousines
D’Paris ou d’la grand vill’… Tu cherch’ et pis n’trouv’ rein.
  J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----
C’est comm’ pou la mangeaill’, l’Normand, s’tient bein à table :
Chaqu’ dimanch’ nos déjeun’ d’ bonn’ trip’ ed’ Livarot
Et dans nos r’pas d’famill, c’qu’no mâqu’ c’n’est pas créyabe :
Yen a d’la cochonnaill’, des piats d’chai, du gigot !
   J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----
Faut bein délayer ça pou n’pas s’péter la falle.
J’creis qu’j’avons d’bonn’beichons, eun’vraie délectation :
Du gros beir’ fait d’nos pomm’, et comm’ n’faut pas tu cales,
Un bon vieux trou normand t’activ’ la digection.
   J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----
L’ouvrag’ n’nous fait pas peux : qu’ çà seit les vaqu’ à traire
Ou à m’ner au toret ou co curer les vias,
Fair’les foins ou gauler, pilet ou fair’du stère,
Rein n’fait r’culer nos fill’, rein n’fait caner nos gâs.
   J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----
Est-y biau m’Pays d’Auge avec ses gras herbages
Garnis tout plein d’pommiers et où paiss’tranquill’ment
Nos vaqu’au pis gonflé, nos bœufs au roux pelage ?
D’les r’gâder m’donn’ chaqu’foués un nouviau content’ment.
   J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----
Un pouët a chanté qu’c’était d’la Normandie
Qu’il avait r’çu la vie et qu’il aimait la r’veir ;
J’comprends qu’ceux qui la quitt’ en font eun’maladie.
Mé, j’y rest’ et j’la chant’ du matin jusqu’au seir !
   J’sis bein ais’ d’êt’ Normand !
                ----


J’te plant’, j’te déplant’ !!

J’l’avions bein dit, ces biaux messieux d’Paris vous pondent un Plan et donnent des primes pour planter des pommiers et quéques années après i’donnent des indemnités pour les déplanter… enfin fair’ et défaire !!!

Et l’aut’jou, j’ons lu un bel écritias :

« Une production d’avenir : le pommier à cidre,
La replantation s’impose à cause de l’âge avancé du verger, de la consommation croissante des produits cidricoles, des multiples débouchés (marché commun etc…) »
et Mélie m’dit co qu’ol a lu dans l’journa, qu’dans quéques années nos éra pus d’pétrole et qu’no pourrait p’tét’bein faire marcher nos Quérettes aveuc l’alcool d’nos pommes.

Pas si bête, mais faudrait qu’i’ nous en laissent quant’même pour gnioler not’café et pou l’trou normand.

Mein biau-frère m’dit qu’c’est l’minisse qu’érait mal placé sa virgule et oubellié eun’ ret’nue en comptant nos pommiers.

C’est mein n’veu qu’est bein aise, c’ti-là à qui qu’j’avions conseilli d’s installer planteux-déplanteux d’pommiers… l’s affaires marchent bein… et i’n’a pas bésoin de s’biler pour l’av’ni, grâce à ces biaux servietteux d’Paris qu’ont tant d’sieute dans l’s idées.

Comme il est précautionneux et finaré, i’m’dit qu’à chaque foués, i’plante les pommiers pas trop profond, juste c’qui faut pou qu’i’tiennent d’bout et pou aveir moins d’ma pou les déplanter dans deux ou troués ans… au prochain minisse.


La B. A.

Dans l’temps et co anieut, nos gnias d’la campagne, qué qu’en disent les geins d’la ville, sont aussi dégouginés qu’leux gamins.

Seurtout maint’nant qui vont es cinémas, aguette c’té sacrée télé où qu’nos veit d’tout, jouent dans not’équipe d’foot à grands coups d’sabiots, s’frottent es filles au bal d’no’foyer communa…

Dergnièr’ment not’jeune curé nous a monté eun’équipe d’escouts et faut les veir marcher au pas comme de vrais soldats militaires amont les ch’mins d’la commeune en chantant, déguisés avec bérets et rubans d’toutes couleurs… j’vos dis qu’ça !

Et si vous entendiez mein jeune n’veu causer d’ses B.A. !

Parait qu’chaque jou, i’deit faire eun’ B.A., qu’ça s’rait comme qui dirait eun’bonne action : aider sa mé à servi la tabe, ou sein pé à l’étabe, ête bi poli aveuc les geins, bi rendant d’service…

L’aut’jou qui sont allés à la ville veisine, li et troués copains escouts ont fait leux B.A. ensembe, en aidant eun’ vieulle femm’ à traverser la rue.

- C’est très bien mes enfants, qu’leux a dit l’curé l’lend’main, vous avez bien compris ce que c’est qu’une B.A.

Et mein n’veu d’li rétorqui :

- J’crérais même que c’té-là d’vrait compter doube car nos a eu bein du mâ tell’ment la vieulle vipait et n’voulait pas traverser la rue.


La chasse à la piterne

Aut’foués, par cheux nous, nos aimait bein s’amuser et, quant’ no l’pouvait, sus l’dos des gâs d’la ville qui s’creyent pus malins qu’tout l’monde et qui nous prennent pour des balourds, pas bein dégouginés. Quant’ no peux leur faire un bon tour, no n’les manque point… et souvent d’les enveyer à la chasse à la piterne.

Un jour d’ouverture, nos avait invité un parisien… qu’nos geins semonèrent à eun’ grande battue d’nuit. Après aveir bein mangé et beichonné, i’s s’harnachèrent et partirent porter l’gâs à l’orée du boués, firent semblant d’en faire autant et rentrèrent vit’ à la ferme s’réchauffer d’eun’ bonne moque d’café bi gniolé avant d’aller s’couchi.

Mais i’s’ passit d’qué qu’nos apprit pus tard.

La p’tiot’ servante d’la ferme, eun’ péquiote bein d’lurée qu’avait entendu toute la manigance s’était prise d’piquié pou l’jeune parisien qu’o trouvait co à sein goût, pendant la nieut li porta eun’ bonne brouillée pour l’réchauffer et l’regaillardi.

Qui qui dirent et qui qui firent ? Je n’pouvons qu’le supposer. L’lend’main matin quant’ nos allit r’chercher not’ chasseux d’piternes qui n’avait point bougé d’place, i’ dit à ses invitants l’œul plutôt malicieux :

- J’n’ons pas tué d’piterne, au clair d’leune j’n’ons vu passer qu’eun’ belle p’tiot’ bête à poil sus qui j’ons tiré deux coups.

C’qui fit bein rire nos farceux… qui n’surent la vérité qu’pus tard.

Enfin, tout l’monde fut contenté : les farceux, l’chasseux d’piterne… et la p’tiot’ servante itout.


La création

Mé, j’creis bein qu’el BON DIEU connaissait bein s’naffaire
No n’peut li fair d’erproch’ pou c’quest d’la création,
Sauf p’têt pou c’qu’est d’la femm’, là yérait bein à r’faire.
Comm’ il avait prévu qu’yérait d’s imperfections
Pou’ n’pas avei d’s ennuis, apreus mûr’ réflexion
Pou’ créer EV’ prit l’homm’ en collaboration.


La parisienne

Maint’nant cheux nous, nos fill’ n’veul’ pus rester es champs,
Curer et trair’ les vaqu’, s’occuper d’la lait’rie,
S’déjuquer do l’solei, trimer jusqu’au couchant,
Ou co locher les pomm’, vaquer à la porch’rie,
Ni apreus eun’ harée, piloder dans nos ch’mins.
Ou ainder la patronn’ à fair’ la lessivée,
L’patron à fair’ les foins, mêm’ ainder au gardin…
D’rester à la campagn’ biaucoup s’raient endévées !
                ----
O veul’ à la grand vill’ se mettr’ en condition :
O n’sont pus des servant’, mais les v’là tout’ bonniches.
Ou bien dans les usin’ à la manutention,
Ou co dans les « mouaisons », o gard’ les goss’ es riches…
                ----
Mais es prochain’ vacanc’, y faut les veir r’venis :
V’là qu’o s’détorqu’ la goul’ pour prêchi comm’ en ville
Prêt’ à s’casser la goul’ sus d’hauts talons vernis,
Sein moucheux dans un sac façon piau d’crocodile,
Autour du co un r’nâd en fourrur’ ed’ lapin ;
Attifée d’falbalas, en marchant o s’croupionne
Comm’ font à la grand vill’ les cell’ qui font l’tapin.
Partie pas bein malin’, o’ r’vient s’créyant championne !
Dergnièr’ment j’avons ri : eun’ rev’nue au pays
Voulant les épater, érait dit à nos filles :
« Ma maladie d’chaqu’ moués, j’en suis quant’ mêm’ guérie
D’deux coups d’cuiller à pot d’un dégourdi d’la ville !


La noche

Par cheux nous et seurtout d’mein jeune temps, faut r’connaît’ qu’el mariage c’était d’qué d’important dans la vie : no n’se conjoinctait point pou s’déparier quéques ans après comme souvent anieut… et même si no s’trouvait plutôt mal rencontrés, no supportait notr’ mâ aveuc pus ou moins « d’philosophie » comme dit mein n’veu, d’patienche, comme mein biau-frère à qui qu’sa veuve, eun’ vraie MARIE SURELLE, disait l’autr’ jou.

- Dimanche, no d’vrait fêter nos dix ans d’mariage, inviter ta famille do mes geins et rapprêter un p’tiot r’pas à la bonne flanquette ; no pourrait tord’ el cou à eun’ dinde…

Et sein pauvr’ homme qu’essaie terjous d’prendr’ la vie du bon côté d’li rétorqui :

- Et pourquié à eun’ pauv’ volaille bein innocente, no f’rai mieux d’tord’ el cou à tein foutu cousin qui nous a présentés.

Mais pou biaucoup d’nouviaux mariés, l’meilleux d’la noche, c’est co la nieut. Qui qu’nos invente point comme gaudrioles pus ou moins rigolatouères sus c’té fameuse nieut d’noche, comme c’t’ell’ là :

Un nouveau marié qui s’juque, extasié, en disant à s’n épouse :

- J’parie qu’comm’ mei, tu r’connais qu’cette nieut est un grand jou… et qu’el permier amour c’est d’qué d’incomparabe.

- Ça, j’pense bi comme tei, mais étant greffée d’quatr’ moués, j’ons quant’ même été bi contente de t’trouver.


La péqu’ es moules !

Nous ichin, nos est pas bi loin d’la mé et l’dimanche quand y fait biau et qu’no peut s’bailli un miot d’bon temps, no prend la quérette et tout’ la famille nos v’là partis à la pèque ; suivant la saison, la marée, no ramène crabes, coques, moules ou co d’s équilles.

En rarivant au village, nos est co fier comme l’gâs Taban d’montrer es geins tout c’qu’ nos a péqué et nos eu baille eun’ bonne bassin’rée es amis.

L’autr’ jou l’Alcide en rarivant dit au grand René sein veisin.

- J’ons rapporté deux grandes pouques de moules, mais à force de m’baisser, j’en sis tout moulu.

Et l’René qui va souvent veir la femme à l’Alcide quand c’ti-là n’est point cheux li, rétorquit à not’ pêqueux.

- Co hureux qu’ tu seis pas allé péquer des coques.


La pompe à bras

Avant la dergnière guerre et dans eun’ pitiot’ commeune lanreit, d’pis queques années, Maît’ Théodule qu’était capitaine des pompiers, réclamait eun’ pomp’ à bras neuve, la celle d’à c’t’heu commençait à s’essoufler, avait des fuites et pissait l’iau par tous les bouts ; les pompiers avaient beau pomper, pomper… C’était quant’même d’l’iau d’moins pour éteind’l’feu.

Mais c’était quant’ même biaucoup d’ergent… l’Conseil municipa fit v’ni des catalogues, i’ marchandit, s’réunit pour discuter, enfin fallit s’décider et nos ag’ta eun’ belle pompe toute neuve, peinte en rouge, aux cuives bein fourbis et pourvue d’quèques tuyaux à déboyauter…

L’jou d’la présentation et d’la permière exercice, un dimanche au sorti d’la messe, d’vant tout l’Conseil et les villageoés rassemblés, nos pompiers, apreux eun’ bonne suée, furent applaudis et l’maire, tout fier de s’n achat, payit eun’ tournée. Putôt radin qu’il’tait, ça surprit un peu tout l’monde, mais il est vrai qu’nos étions à troués moués des votations municipas.

Mais c’est alos qu’no put apprécier ses qualités d’administrateux bi économe et qui méritait bein d’êtr’ el’ maire d’la commeune.

Après aveir félicité l’capitaine et ses pompiers, i’ leux dit :

- Vous avez à c’t’heu eun’ belle pompe toute neuve, mais à c’prix-là n’faudra vous en servi qu’pour éteindre les vrais feux et, pour n’point l’abimer, vous emmen’rez la vieulle quant’ nos vous appell’ra pour eun’ fauss’ alerte !


L’assurance-vie

Un assureux du coin a r’çu la visite d’un brave paisan d’eun’ commeune lauréit qui voulait décesser son assurance-vie sus deux têtes, la sienne et celle d’sa bourgouèse.

L’assureux eut biaux vanter sa marchandise, yut rein à faire.

- Mais enfin, pourquoi ? Ça vous prend tout d’un coup comme eun’ gross’ envie d’gâter d’l’iau !

- Bein, j’vas vous dire l’pourqué d’la chose : vous vous rapp’lez bein qu’mein biau-frère qu’est client cheux vous itout, a eu sa quart’vie complèt’ment breulée l’année dergnière et qu’vous v’nez d’li en faire r’construire eun’ de pareille.

Alôs je m’dis en d’dans d’mei : si mein cadiau d’noche à deux pattes v’nait à prendre mâ et à sauter l’pas, vous seriez bien capabe d’m’en bailli eun deuxième et d’pareille itout, et p’têt’ co en même temps aveuc eun belle-mère en prime pour vot’ publicité !

Ah Non ! Baisé eun’fouès, c’est déjà d’trop !


La récompense

En Normandie, vrai qu’nos a bein quéques p’tiots défauts mais qu’ des tout péquiots et j’sommes co parmi les plus qualiteux.

Tiens, l’ergent ! Nos y tient et j’serions itout un brin avaricieux mais de c’ti-là qu’nos a gagné mais non point de c’ti-là des aut’bonnes geins ; là-d’sus j’sommes tous bi honnestes.

Un jou, mein p’tiot n’veu trouvit amont un ch’min un gros port’monnaie plein ras-bord d’gros billets et d’jaunets et l’montrit à sein père aussitôt qu’il arrivit à la maison. Mein biau-frère n’eut qu’à r’gader c’té bourse pour adviner qu’o n’pouvait apparteni qu’au Père Alcide l’marchand d’vaques d’à côté, qui l’érait éguérée et il enveya sein gamin li r’porter espérant p’têt’ en d’dans d’li qui li baill’rait un p’tiot vin pou mettre dans l’épergne-maille du péquiot… et interjectit c’ti-là dès sein r’tour :

- L’Père Alcide a-t-i été bein content et t’as-t’i bailli eun’ recompense ?

- Penses-tu, c’vieux rapiat n’m’a même pas dit : « Veux-tu baiser mein c… !!

- C’érait pourtant bein été la moindre des choses !!


La tireuse d’cartes

Par cheux nous, biaucoup d’anciens creyent co au malfait comme es extralucites.

Mei, j’ni creis point… c’qu’empêche qu’eun’foués j’ons dû aller cheux eun’veyante pou m’erlire eun’ordonnance, l’phromacien n’y arrivait point et m’n docteux n’avait pus souv’nance.

Enfin, j’connais eun’veisine qui, ya quèques années, érait été cheux eun’ tireus’ed’cartes d’la ville, aveuc sa fille qui commençait à prendre d’l’âge, était restée sus l’pot et qu’les pieds commençaient à li jauni… afin d’saver si o finirait par trouver couverque pou sa soupière.

La bonne femme en r’sorti bi aise et pas mal soulagée du côté d’la bourse, car la cartomanchienne y avait adviné qu’sa fille allait rencontrer avant deux, troués moués, un biau jeune homme, bi fait d’sa personne, riche itout, qui la m’n’rait d’vant l’maire et l’curé… et qu’avant peu ol’érait d’s effants, tous pus biaux l’s uns que l’s autes.

Dergnier’ment, j’m’ertrouvis do la mère, à un enterr’ment d’un cousin réciproqué et j’lis d’mandis si tout s’était bi passé comme l’avait promins l’extralucide.

- Oui, enfin, à peu près, sauf pour c’qu’est du maire et du curé… et ol’a déjà troués péquiots et est co greffée.


La vieullèche

Aveuc tous l’s ans qui nous tumbent sus la heune, no s’ertrouve bi malaisi.

A nous l’s hommes, toutes les maladies et l’s erjus : la goule qui s’chiffonne, l’s os qui craquent d’partout, l’bas du dos qui s’raidit et l’co qui s’torticolise, les raideurs qui s’déplacent et vous baillent des boit’ries, la falle et la boyaud’rie qui breuillent, r’tiennent ou clichent, les pomons qui chiffent et viondent do l’respiro écoué ; attention l’hivé aveuc les chauds-freids aveuc défluxion et co l’s hémoroïtes, à nous toutes les d’meurances : paralésies et rhumatisses et les env’limures pour un rein…

C’est nous l’s hommes, les pus racromachis par l’usure, raboudinés aveuc les aulières bouchies qu’nos eu devient jodus, l’s us chassieux qui béluettent et la vue qui baisse… mais c’est les bonnes femmes qui s’plaignent et groussent, comme dit Mélie.

- Si n’y avait co qu’ça qui baisse !


L’baptêm’ ed’ l’air

Ya déjà bein d’s années d’ça qu’eun’ jatille commeune d’notr’ canton avait organisé un métinge d’aréos pour sa fête patronale. Et quel succès ! Yen avait-y d’s avions, des curieux et des amateux pou l’baptêm’ ed’ l’air où qu’ça faisait la queue.

V’là qu’un gâs du chef-yeu, bein brav’ et qu’érait pas fait d’mâ à eun’ mouque, ag’ta un billet li donnant l’dreit d’monter faire un tour dans l’p’tiot aréoplane et ses troués copains, qu’étaient v’nus à la fêt’ aveuc li, voulurent li fair’ eun’ farce pas créyabe : i’s donnèrent la pièce à l’aviateux en li d’mandant d’bein locher et bourlinguer leux pauvre camarade… et ça manquit point.

Et que j’te monte en flèche, vrille, descend en piqué, loupinge, vire sus l’aile… heureux qu’il’ tait bein amarré !

Les gâs n’taient pus fiers et s’demandaient dans quel état i’s allaient r’trouver leux aviateux d’occasion.

Quant c’t’i-là descendit d’la machine, it’nait juste d’bout, la goule tout’ anémiée, aveuc les fesses qui li claquaient des dents et s’les t’nant à deux mains… et eun’ odeur… pis qu’des livarots qu’je r’trouverions sus la tabe d’la cieusine au r’tour des grand’vacances.

Et v’là qu’not’ pauvre gâs, après êtr’ resté la goule sous l’nez sans rein dire pendant quéques minutes, s’mit à rire comme un déraqué, à s’esclafer comm’ el’ pus joyeux pensionnaire du Bon Sauveur, qu’c’était tout juste si ses copains comprirent c’qui leux disait :

- Ah ça !... C’est pas créyabe… avant c’baptêm’ ed’ l’air… j’n’aurions point cru… que j’pouvions hourder mes braies l’trou d’mein pauvre cul en lair ! Ah qué cliche !!!


La visite

Un vieux gâs du coin, souffreteux et malaisi, avait terjous grand peux d’mouri et prenait biaucoup d’méd’chines. Il avait l’moral bi d’cendu à force d’entend’ à la télé et veir sus sein journa qu’des prêches sus tous l’s erjus possibes : d’polluchion, d’cancer et d’toutes sortes de maladies pus mauvaises et souffrantes l’s unes que l’s aut’. Aussi i s’n’ allit veir sein docteux pou s’faire ausculter d’tâtu et d’visu. C’ti-là l’fit s’défluber, anonner des trente-troués, li tapit dans l’dos, tâtit sa bedaine, li r’luqua dans la goule et li d’maudit :

- Pou c’quest d’la mangeaille, ça va ?

- Oh, pas d’trop, ça pignoche.

- Et eun’ p’tiot’ goutte d’temps en temps dans l’picotin ?

- Nenni, je n’beis jamais d’gniole, ni n’pétune point.

- Mais, eun’ visite aux p’tiotes femmes ?

- Ah bein non, pou qu’o’m’baillent quéqu’maladie.

- Bein dans vot’ cas et vu vot’ régime, j’me d’mande c’que ça peut vous fout’ d’vivre co longtemps.


L’baveux

Dans not’ Pays d’Auge, les femmes sont terjous bi coquettes, joliment attifées et toilettées… aveuc taille d’robes à fleus, d’vantet bi blanc, d’bavolette à rubans et falbalas ; o’ s’aiment bein qu’no veye dépasser leux biau jupon à dentelle. Même si nos est pas trop ergentu, tous l’s attifiaux sont bi rapsôdés, rempièch’tés, reparpointés… mais terjours rappropris.

Nos jeunes friquenelles dev’nues maîtresses  d’maison, sont terjours en train d’batouser et, chaque saison, o puchent là l’sive et toutes les armoirées y passent.

N’faudrait pas qu’leux hommes descendent au chef-yeu do leux sabiots d’boués remplis d’mortier, leux braies vâtrées, leux blaudes hourdées…

Ça m’avise d’mein grand pé, un bein brav’homme que je r’veis aveuc ses grands favoris blancs, sa bouche édentée, sa grande castiette d’souée bleue.

Li, quand il’ tait à tabe, à mangi, i’ lapait, supait tout vit’ment en s’tortillant d’la goule aveuc d’grands gestes tout en lichant, discutaillant, riochant… en s’enveyant d’la sauce d’fricot sus sa belle blaude à dentelle du dimmanche. En beuvant, i’ bavait co sus sein moucheux d’cou et, oubleyant sa serviette, i’ s’torchait la goule aveuc l’bas d’sa blaude.

C’que veyant, la grand-mé vipait apreus-li : « R’gârdez-mei c’grand salopin, do ses attifiaux, hourdés, vâtrés… Qué vatrouillis !! ».

Un jou qu’il tait à un r’pas d’commugnion, il eut biau s’attentionner, dans l’feu d’la conversation, yeut co d’la foutue sauce d’ragoût à s’egailli où c’qui n’fallait point mais, avant qu’la grand-mé n’s’en aperçoive, i’ s’avait rappropri do d’la brœ d’cœu sus sein moucheux d’pouquette et, à la fin du r’pas, fier d’li, i’ dit à s’n épouse

- Tu veis, anieut, j’ons bavé proprement !


L’bouchon

Par cheux nous comme j’creis partout, es réugnions, fins d’erpas, ertrouvailles entre bon amis ou joyeux drilles…, nos aime bein conter des gaudrioles, d’s histouères… bi souvent les mêmes qui d’juives deviennent belges, qui perdent l’accent d’Marseille pou c’ti’là des gâs du Nord ou d’cheux nous ; no les r’trouve un peu partout, d’temps à aut’, aveuc d’p’tiot’ différences… O fait l’tour des assemblées pour la « glorieus’té » d’leux inventeux bi souvent inconnus.

Mais mei, j’en connais bein un d’ces inventeux, et vous itout : l’gâs Alphonse d’Honfleu, un sacré rigoleux, qu’en a-t-y fait et écrit d’blaques et d’fameuses, comme c’té-là qu’j’ons lu ya quèques années et que j’me rapprèche à moiquié.

Dans un gros bourg de j’sais pus où, dont les geins s’anuyaient putôt, un hôtelier qu’allouait des chambres es nouviaux mariés avait aclampi eun’ p’tiot’ ficelle sous l’lit ; O passait à travers un trou du plancher pou v’ni sout’ni un bouchon dans la salle d’billard où tous les sam’dis seirs, les gâs du pays v’naient s’réuni pou jouer… et r’luquer.

Un seir, arrivit un coupe d’nouviaux conjointés mais li d’muchit l’poteau rose comme no dit, détaquit la ficelle du lit et la rattaquit au bout d’la grand’aigulle des s’condes d’sein gros réveil-matin qu’il apposit sus l’plancher… et no comptait 30 bi leut’ment et l’bouchon d’cendait, pis co 30 i’r’montait, pis co 30 pou r’descende… et comme ça toute la nieut, sans s’arrêter… et qu’nos villageoés aguettirent à en avei tous l’ torticolis pou l’reste d’leux vie.

Mais i’ furent co pus éberluquiés quant, à 8h. du matin, i’s virent l’marié v’ni qu’cri un platiau aveuc moqu’ed café et crouessants… alòs que l’bouchon dansait terjous bi doucett’ment.


L’bourdin

Cheux nous, les paidaugiers, j’avons biaucoup d’respect pour nos geins, j’aimons et j’vénérons bi nos vieux.

L’s enterr’ments sont terjous d’grands évén’ments dans les familles, c’est-y point eun’ bonne’occasion d’aveir belle de s’ertrouver tous les parents, cousins, les ceusses d’la main gauche ou qui n’se connaissaient point, les biaux-frères pus ou moins brouillés…

Just’un boujou, un p’tiot embrach-mei à l’arrivée, es r’trouvailles à l’église d’vant l’ corbillâd et l’s amis, mais no s’rattrape au grand r’pas d’ famille sous la quertrie pac’ que trop nombreux pour couler tout l’monde dans la grand’salle. No s’régale du traditionnel bœu gros sel. L’gros beire aidant nos oublie vite l’défuncté, l’ambianche s’échauffe vite, l’ton monte, les langues jaspinent dû, no blague et rigole bein. Comme dit mein biau-frère à chaque fouès pour amuser l’assistanche : « Faut mieux aller es enterrements qu’aux mariages : no veit mett’ dans trou ».

Enfin, c’est eun’ bonne bâfrée qu’la maîtresse d’maison aime bein préparer d’avance quand ça s’peut… dame en faut des terrinées d’pâté, des bourdins, d’la fouace, d’la teurgoule, des bourd’lots…

Un d’mes vieux veisins était d’meuré au lit d’pis plusieurs moués et approchait doucett’ment d’la fin… mais il entendait co l’s allées et v’nues dans la cieusaine d’où li arrivaient l’bonnes odeurs d’pommes cuites, et i’ dit à sein p’tiot fils :

- I’ m’sembe qu’ ça sent bon l’bourdin, dis à ta grand-mè d’men r’haller un p’tiot morciau.

E l’gamin r’vient apreus pou li rétorqui :

- Non, no n’peut l’entamer, grand-mé a dit qu’ c’était pour après t’n enterr’ment.


L’carnet es sous

Comme j’vous l’ai déjà anticipé, aveuc l’progrès, n’faut pus abouter c’ qu’no agète aveuc des ergents, nos a un p’tiot carnet sus qui no met not’seigne et no n’deit pus rein ; c’est-y point pratique pour ag’ter tout c’qué vo vouderiez ?

Les jeunes aiment bein ça, no les veit sorti leux carnet pour payi l’essenc’dé leux quérette et pourqué point leux paquet d’cigarettes et bitôt un timbe d’la poste pour envoyer leux p’tiot’écrivass’ries.

Ça fait bein, ça vous pose !

C’qui m’fit riocher, c’est c’ti-là qu’sa banque li dit qu’sein compte l’tait dessaqué, pus rein… et qui leux interjectit :

- Bein, c’est vrai, mais pas besoin d’me tracher d’s apos, j’vas vous signer un chèque de c’qui vous manque, comme ça, nos s’ra quittes.


L’cadiau !

Y fut un temps dans ma junesse où qu’nos allait pas eu vacanches ou même à la ville veisine sans enveyer à ses geins eun’ carte postale, qu’à l’époque c’était co eun nouviauté.

Dans chaque famille, nos avait plusieurs gros albums pleins d’cartes, des en noir et des en couleurs où qu’nos veyait des fiées d’bébés à califourquette sus eun’canne, des biaux messieurs à moustache, d’jatilles dames bein en chai et bi corcettées, présentant d’biaux avantages, des cuirassiers et des pioupious, des paysages d’la ville : la gare, l’café et des clients, la caserne… ou des vaches dans un pré.

No pensait es amis et en pus, nos était bi content d’les faire bisquer… eux qu’étaient restés à la maison.

Anieut, la mode des cartes en s’rait un peu passée, mais nos ag’trait putôt des p’tiots souv’nis pou les parents et l’s amis : boutelle d’liqueur d’la montagne, bonbons du pays, sent-bon à la violette d’Toulouse…

L’aut’ jou, j’arrivis cheux mein biau-frère comme l’facteux v’nait d’passer et d’li bailli un p’tiot colis… et l’homme d’ma sœur de m’dire tout hureux :

- Tu veis, ça m’fait quant’ même bi plaisi d’veye qu’en passant à Vire, mein veisin à pensé à mei, et m’en a envoyé eun’ spécialité.


L’çon d’coupe

J’me rapprêche qu’y a quéques années déjà, la Mélie voulait s’lancer dans la couture et suivait les l’çons d’coupe d’Simone Deshayes à la télé, pou m’ fair’un cann’çon pour aller à la mé, un « bermuda » qu’nos appelle ça.

L’jou d’ l’émission v’nu, ol’ avait préparé s’n étoffe d’un biau vert aveuc d’ grandes feurs rouges, sein cisiau, d’s épingues, sa craie et sein mètr’ à ruban… et mei en slip, j’ faisions l’ mann’quin.

Et v’là qu’ ça commence : pliez en deux, m’surez 50 cm par là pis 45 d’ l’autr’côté, coupez en travers, pliez dans l’aut’sens, coupez eun’ fente dans l’mitan du myeu…

Mélie avait bein du mâ à suivre… et j’te m’sure… et j’te donn’ un coup d’ craie… et j’te coupe…

Mais quant’ ça été fini… oh qué malheur !

C’est pas co c’ t’année qu’ j’allons aller à la mé, à moins de prom’ner l’cul nu… j’ai rein pu enfiler.

Comme j’somm’ économes, pou n’rein perd’, j’ons donné la « couture » à la grand-mère qui pourra p’têt’ l’utiliser comme soutien gorge… et enco… pac’ qu’ol’ a pas grand d’qué à mett’ d’dans…

… et Mélie n’veut pu entend’ parler d’couture !


L’coup du poulet

J’vas t’en d’viser eun’ bein d’cheux nous et qué j’trouve bonne… mais sans t’l’acertainer.

Pendant l’occupation, eun’ nieut, l’pé d’mein bruman s’n allit à Lisieux en vélo, sans lumière pou n’point s’faire vère. Pou qui faire ? J’n’en sais trop rein, mais ça s’rait bein pou livrer quéques lit’ ed’ goutte !

Quand v’la-t’y pas qu’vers troués heures du matin, i’ s’fit happer par eun’ patrouille d’Boches qui l’em’nèrent à leux gendarm’rie.

Comme i’ n’a point voulu leux dire c’qui foutait dans les rues à c’t’heure-là, i’s l’éraient gardé troués jous et sans mâquer ; li qu’est un grand bâfreux a dû souffri… troués jous sans rein dans la falle.

Veyant qu’il ’tait prêt à tourner de l’œul, pour li faire peux, l’fair’ avouer ou s’amuser en s’foutant d’li, v’là qu’nos Boches li donnent un biau poulet rôti en li disant qu’i’s li f’raient c’que li f’ra au poulet. Qui qu’vous ériez-fait ?

Mais c’est qu’not’ normand est un gâs futé.

Apreus aveir réfléchi quéqu’temps, le v’là qui fourre sein deigt dans l’croupion du poulet, l’enfonce, l’tourn’ et l’ertourne, pis l’sort et l’suce… pis r’commence, et p’tit à p’tit i’ s’régale en agrandissant l’trou pour finir par tout mâquer.

Nos Boches l’taient restés putôt « choses », pis i’s s’raient mis à rigoler et éraient foutu l’gâs à la porte aveuc un grand coup d’pied dans c’qui li sert pour s’assire.

I’ n’pouvait qu’yavei qu’un gâs d’cheux nous pou trouver c’t’idée… ou pour inventer c’t’histouère !


L’dicton

Connaiss’-’ous l’dicton :

« A Trun, en pays trunoués,
Les femm’ pour la premièr’ foués
Accouch’tout’ au bout d’sept moués » ?
Un jou, un effant d’mandit à sa mé c’qué ça voulait dire et c’té-là était co bein embarrassée et li parlait d’miraque, quand l’pé rétorquit :

- Mais non, tais tes diries, c’n est point un miraque… C’est parel comme quand t’es à la chasse, qu’tu vises un oisiau et qui t’tombe es pieds avant qu’t’ais appuyé sus ls gâchette d’tein fusil.

Et la mère d’dire :

- Qué qu’t’es co en train d’bêtiser, comme si ça pouvait êtr’ la même chose, n’ya point d’ersamblanche.

- Mais si parbleu, les deux foués c’est qu’quéqu’un a tiré un coup avant tei !


L’curieux

Aut’foués, nos braves curés d’campagne n’taient point bi argentus et avaient souvent la soutan’ éliminée es coudes et les brod’quins éculés, usés d’marcher, d’pilauder amont les ch’mins ribotus…

Et nos p’tiot’ commeunes n’taient pas riches itout, aussi sans qu’yait d’malvoulances, la cure avait souvent bésoin d’êt’ rabiscotée : un carriau à remplacer, l’iau qui dégoutte par l’touét percé, un coup d’pinciau à peinturer par-ci, par-là… et l’vieux custot r’troussait ses manches, r’levait sa soutane, s’crachait dans les mains et prenait s’n outil et sa patience.

Un jou, un brave curé d’là-long était en train de r’faiter sa cage es lapins et cloutait, éboutait, r’cloutait…

Un péquiot du village, en r’tenue à la cure pour n’avei point bi su sein catéchisse, le r’gâdait trimer en ahannant…

- Bein, tu peux t’n aller, y s’fait tard, tu m’l’ercitras jeudi do la l’çon d’anieut.

- Mais m’sieu l’curé, j’sis point pressé et j’préfère co vous n’gâder travailler.

- Mais m’n effant, tes geins vont t’espérer et pis ya rein d’biau à veir.

- Oh si m’sieu, j’voudrais bi savei c’que dit un curé quand i’ pousse d’s ébrais apreus s’êt foutu un coup d’martiau sus les deigts.


Les foins

A la saison d’la f’naison, partout dans nos campagnes, no monte les mulons : les jeunes gâs enfourchent les bottes de foin pou l’s enveyer dinguer sus l’mulon où qu’les filles les tassent.

Pour tous ces jeunes, c’est la jouée… no riait, no s’faisait tumber, les filles s’laissaient glisser d’là-haut à gratte-cul, la cotte bitôt pa d’sus tête, c’qui attichait dû nos jeunes bott’leux car comme no dit par ichin « lait’rie ouverte rend chat friand ».

La patronne qui passit par là-long fut escandalisée d’veir ça et pensit qu’la vertu des filles est un trésor pus fragile qu’no pense et qu’faut pleiger.

Aussi, o donna des ordres pour amulonner l’lend’main, afin d’mieux réparti l’ouvrage :

- D’main, c’est les filles qui jett’ront les fourchées d’foin sus l’mulon et c’est vous, les gâs, qui montront d’sus.


L’enterr’ment

C’t hivé, Maîtr’ Louis, un bi brav’homme d’mes veisins, s’n allit à la grand ville pour affaire, aveuc la Locadie se bourgeouèse et ses deux gnias : l’Alberte et l’Lucien.

S’prom’nant d’vanon amont les rues, i’s virent passer un enterr’ment bi triste, d’dergnière classe, l’corbillâd sans pantures, décorures ni fleus et suivi d’un méchant p’tiot gamin qui gimait tout seu, s’torchant l’us aveuc sein moucheux.

Mes veisins en’taient tout affligis d’veie c’té pauvre péquiot pleurer là, tout seu et sans famille et, comme j’vous l’disais qu’c’étaient d’braves geins, pleins d’compassion, i’s n’écoutirent qu’leux bon cœu et s’mirent aveuc l’effant pou partager sa grand peine et m’ner sein parent au chim’tière.

Sus leux passage, les bonnes femmes s’signaient et leux hommes enl’vaient leux capet. L’Louis et les siens, dans leux grand’piquié et vu les circonstances en arrivaient bitôt à s’creire d’la famille, prenant des goules bi affligies, prêts itout à sorti leux moucheux.

Et no défilit bi longtemps amont les rues d’la ville, nos en sortit même et, apreus ét’passé d’vant un chim’tière, Louis d’mandit au péquiot :

- Qui c’est y qu’nos enterre, tein pé ou ta mé ?

- Bein, ni l’un ni l’aut’.

- Alors qui c’est, qu’ça t’chagrine tant ?

- Mais personne… c’est mein pé qu’est chef croqu’mô qui mène l’corbillâd à réparer et, si mei j’lerme, c’est pa’c qu’i n’veut point que j’mont’ à côté de li.


Le m’lon

J’creis qu’pou choisi eun’ ménagère
T’es comm’ c’ti-là qu’agèt’ un m’lon,
Qui l’tourn’, qui l’palp’, li sent l’derrière
Et qu’quand i’ l’goût, s’trouv’ bein couillon.


Les geins gonflés

Ya eu à c’qui paraît, l’ère d’la pierre taillée et celle du bronze, mei, j’creis qu’anieut j’sommes à l’ère du cayoutchou.

Tiens, si t’as mâ à la boyaud’rie, l’toubib t’greffe un bout d’tuyau d’arrosage, si c’est l’cœu qu’a des ratées i’coup’ eun rondelle dans eun’ vieulle chambre à air et t’en fait eun’soupape neuve et si t’as eun’grande faiblesse aveuc perte d’tension i t’voronofise un bout de pneu d’moto et te v’là bon pou les « mille et eun’nuittées ».

Et les femmes ! nos a biau dire « qu’pus la peitrine est plate, pus qu’nos est près du cœu », è veulent toutes eun’bell’avancée… et grâce au cayoutchou, ya des garnitures d’toutes tailles : modèle gilet d’sauv’tage, chaisière 1900 ou œufs sus l’plat… et d’toutes formes : poire, bol, creux d’la main… nos en fait même qui r’lèvent du nez, mais faut les mettre dans l’bon sens, sinon ça f’rait putôt mauvais effet !

Tous ces machins-là s’gonfent à la bouche mais pas d’trop : tu veis qu’yen ait un d’trop gonflé et qu’i’s’sauve comme un ballon d’baudruche quand l’péquiot lâche la ficelle.

Je m’sis laissé dire qu’Prénatal vend des d’vantets gonflabes itout, i’s appelent ça « p’tits pieds » et i’paraît qu’ça sert souvent à fair’avancer les d’mandes en mariage.

Après l’côté façade, ya l’côté cour et c’est c’t’invention là qui m’fait l’pus rire : l’arrière-train gonflabe itout pour les bonnes femmes à fesses tristes aveuc mano d’pression et p’tit pompe à main… à moins qu’o préfèrent s’faire gonfler par l’garagiste du coin.

Mais aveuc  ça, faut faire attention où qu’no va s’assire, i’n’faudrait point qu’yait un clou sus la chaise, ça crév’rait la vessie d’cayoutchou qui s’aplatirait en faisant un p’tit brit comme un soupir d’vierge énamourée… et après rev’ni à la maison en traversant l’bourg et en ram’nant leux fluxion d’un air penché aveuc c’te vessie crevée qui leux ball’rait sus les cuivres… flic-floc… ça f’rait jaser !

L’autr’jou, j’allis chercher ma belle-mé qu’était en r’tard ; j’te creis, ol’tait occupée à s’coller eun’ rustine au croupiou et fallait qu’el attende qu’la colle sèche avant d’se r’gonfler la joue.

J’vas vous raconter pour fini eun’ drôle d’histouère qu’est arrivée à la mère Bellemiche eun’bein brave femme, gros module et bein en chair ;  quand o’s’promène, no dirait qu’ol’a l’balcon à Lisieux et la croupe à Bernay… tu veis l’tableau et rein qu’du vrai.

Un jou qu’ol’tait à étendre sein linge dans l’courtil où eun’bande d’péquiot jouaient à la guerre et yen a un qui d’vait creire qu’les « hémisphères » d’la bonn’femme étaient d’la frime et, armé d’sein arc, li enveye des flèches dans l’fessu.

Tu rigoles, mais n’ya pas d’qué ; no n’plaint point les geins malades à c’t’endreit-la et pourtant, quant’nos à un furonque mal placé…

En tout cas not’mère Bellemiche, touchée dans la cible et dans s’n amour propre, érait tourné d’l’œul. Quant’ol’et r’venue à elle, l’gnias a eu dreit à eun’bonne dég’lée.

Enfin, pour r’veni à nos garnitures, no n’peut arrêter l’progrès… et qui qu’no verra co !


Les hauts talons

J’sais point si c’est m’ grand âg’, mais l’aut’ jou j’me surprins
Faisant mes commichions, à suiv’ eun’ jeun’ poulette
Qui trottinait d’vant mei, s’ tortillant d’ l’arrièr’ train.
Ses Cauchur’ sur l’ trottouèr’ faisaient comm’ des claquettes
Aveuc ses hauts talons.

O s’ dréchait la mâtin’, l’ caraco bi rempli
Et les reins bi cambrés, dans la jup’ haut fendue.
Mei, j’ lis guetti l’ fessu, j’en avions comm’ l’ tournis
D’vée c’té chai s’ trémousser sous l’étoff’ bi tendue
   Aveuc ses hauts talons.

C’est qu’o marchait co vit’ et mei, l’ vieux, j’créyais bein
Qu’ je n’ pourrions point la suiv’ amont les rues d’ la ville ;
Elugée o moindrit et prit un air badin
Pou ergâder l’s étals ; c’est qu’ ol’ tait co fragile
Do ses sacrés talons.

N’se créyant pus guettie, v’là qu’o s’déraidissait,
S’ dandinant pus l’ fourquet, n’tendant pus sa ch’misette,
Marchait en bourottant… La v’la qu’ambléchinait,
Aveuc c’té drôl’ ed’ mod’, avait mâ es gambettes
Do ses foutus talons.

O rencontrit sa mèr’, l’ mêm’ portrait tout crachi
Mais chaussée d’espadrill’, les jérets en enfleume ;
Déhanchie d’ rheumatiss’ pour avei trop marchi
Dans des bottin’ pointues qui, suivant les couteume,
Avaient d’ trop hauts talons.


Les jeunes fous

A m’avis les homm’, j’ sérions putôt bêtes,
Mai mei j’ creis qu’ les pir’, c’est co no jeun’ prêtes.

Quant nos s’ertrouv’ veuf, mêm’ l’ pus biau cornard
Cherch’ vit’ eun’ bougress’ pour s’ garni l’ plumard.
No creit pauvr’ andouill’, c’té-là s’ra la bonne
Alos qu’o s’ dépêch’ d’allonger nos cornes.
Mais d’ nous les pauvr’s homm’, j’ creis qu’ les pus couillons
C’est nos jeun’ curés et pourtant j’ creyons
D’ pis près d’ deux mill’ ans qu’ nos femm’ à confesse
Leux dis’ leux péchés, leux histouèr’ ed’ fesses,
I’s éraient compris. Eh bein non, créy’-ous !!
V’là qui veul’ s’ marier, à creir’ qui sont fous.
J’ sais bein qu’ les églis’ ont les port’ bi hautes
Mais j’entends déjà tout’ les vieull’ bigottes :
Aucun ne s’ra plaint s’il est mal loti
Car mieux qu’ nous n’ l’étions, eux l’t’aient avertis.


Les Manifs

Anieut, personne s’ trouve beinaisi, tout l’ monde barguigne : les commerçants à cause d’s impôts, les paisans comme mei pou garder leux pouvoir d’achat et les fonctionnaires itout, l’s ouvériers à cause d’ l’heur’ en moins, les patrons contr’ leux charges… partout ça va mâ et tous les jous ça maniffe, défile amont les rues, délégationne cheux l’ Préfet, otagie les patrons, not’ minisse des Petété…

Ya quéques moués, mein n’ veu c’ti-là qu’a r’prins ma ferme d’ la Galtousière s’n allit manifester à Caen co tous ses copains paisans syndiqués. Tous ont défilé en jupant : « François des Sous » et en brandouillant d’ grands écritias : « Edith pas d’ salade ni d’ cresson in’tout ».

Faut qu’ vos avise qu’il avait emm’né sa bourguouèse et sein jeune gâs qui profitaient du voyage à la Grand ville pour qu’cri des commichions.

V’ là donc qu’ notr’ procession d’ braves paisans rencontrit un autr’ défilé d’ bonnes femmes du M.L.F. et i’ fut bi surpris d’ vère dans l’ tas sein cadiau d’ noche à deux pattes qui portait eun’ pancarte : « Pus d’esclave au lit ! Les hommes à la cuisine !! ».

- Eh bein, qui s’ dit en d’dans d’li, ça promet… La Julie, j’ creis que j’ vas t’ caôser du pays, c’ seir !

Mais c’ n’était pas fini et en face d’la Préfecture, i’ s’ trouvit co aveuc un autr’ défilé « d’antialcooliques » qui s’ disent, et i’ restit tout ébaubi en avisant sein gas d’ douze ans en tête, portant un bel écritias :

« C’est pac’que mein père est un soulâs
Qu’mei, j’ai c’té tête d’idiot ».


Les p’tiots cadiaux

Par cheux nous et d’ pis terjous, nos aime bein « marquer » les fêt’ es geins, l’s anniversaires, Noël et l’ permier d’ l’an. Chacun a sein cadiau et même cheux les geins pas trop aisés no marque l’jou : no tue eun’ vieulle poule, la mé fait un bourdin des bourd’lots, eun’ grande terrinée d’ teurgoule… et l’ pé sort eun’ boutelle d’ vieulle pou gniolér l’ café… et l’ fêté a dreit a un cadiau, d’ l’utile : des attifiaux, des sabiots d’ boués pou les effants, mais pou l’ pé ou la mé, no leux d’mande dans l’ creux de l’orelle c’ qui leux f’rait plaisi ; c’ qui n’empêche point l’ grand jou d’ faire l’ surprins d’ vant toute la famille.

Quéqu’ temps avant l’anniversaire d’ maît’ Alphonse, sa bourgeouèse li d’ mandit c’ qui li f’rait l’ pus d’ plaisi.

- Bein, un lit’ d’iau d’ cologne, c’ n’est pas d’ grand’ coutance.

- D’ l’iau d’ cologne ? Tel qui n’ té rase que l’ dimanche…
Ça s’rait-y qu’ tu deviens coureux ?

- Mais tei, t’a bein ag’té du papis d’ souée qui sent la violette pour aller à la bijude d’ sus la mâlière… j’ creis du sent-bon, c’est co pus utile pou s’ torcher la goule.


Les p’tits noms

Av’ ’ous r’marqué la nouvelle mode des p’tits noms ?

Ya co quéques années, la loué nous obligeait d’éluiter dans l’calendrier où qu’ no démuchait : Placide, Timoléon, Exupère, Perpétue, Philomène, Timotée, Zacharie… et nos avait co du choué dans les romans à l’iau d’ rose : Nathalie, Gladys, Edith, Delphine… et co avant : Emilie, Virginie… alôs qu’ dans l’ soi-disant grand monde, no s’ baptémait Gontrand de Chauzemol, Romuald de Trouduc, Gaëtan de Baizemont.

Mais un jou d’anieut, nos a et sans riochiner des : Haillchad,  Allison, Aymerich, Vanessa, Mitchaël, Navin, Devy, Cédric, Hannah, Cynthia, Elif, Jethson, Herwan, Serwan et j’en oublie des meilleux.

Parait qu’ c’est Berton en Ecossais… bitôt, ils iront trachi leux noms cheux les chinoués !

Je m’ dis en d’dans d’ mei, qu’ quand i’ n’ séront pus qui inventer, i’ r’viendront aux anciens noms : Pulchérie, Agathe, Sosthène, Donatien, Proserpine, Avedastine… et même Jules. C’était-y point joli ça ?


Les « 14 juillet » d’aut’foués

Leux « 14 juillet » d’anieut, ça n’ vaut point ceux d’ dans l’temps où qu’ no savait s’ diverti, j’ m’en rappelle co !

La veille, no faisait parti l’ canon, un vrai qui pétait sec, jusqu’au jou où il a pété dans la goule du garde champêtre.

No savait s’ diverti !

L’ matin yavait eun’ manœuvre des pompiers en grande tenue et d’vant toute la population. Fallait entende l’ capitaine braire ses command’ments : « Pomp’ à cul… Déboyautez les gros tuyaux… ». Et l’ braillait si fôt qu’i’ s’en est fait pêter un d’tuyau dans la tête et qu’il est tombé raide môt au mitan d’ la démonstration.

No savait s’ diverti !

La nieut, no faisait parti un biau feu d’artifice aveuc des feux d’ bingaux d’ toutes les couleurs, des machins qui pétaient en l’air, des fusées… Yeu avait mêm’ eun’ qu’ était r’tombée sus l’ toit d’ chaume d’ la quertie au maire et qu’avait foutu l’ feu. J’me rapprèche point si c’était la pompe à bras qu’était détraquée du matin ou les pompiers qu’étaient hourdés sâs pour néyer leux chagrin… Mais toute la ferme a brûlé.

No savait s’diverti !

Et apreus, yavait l’ bal dans la prairie, les musiciens étaient juqués sus eun’ quérette et en avant pour la polka. Mais i’s tapaient si fôt du pied pou marquer la m’ sure qu’ la carriole est partie à cul et v’là nos souffleux chus, cul par d’ sus tête et l’ pus drôle c’est qui tombirent sus l’gâs Alphonse et la fill’ à Sosthène… j’ons jamais su c’ qui faisaient là tous deux dans l’neir et sous l’estrade des musiciens.

L’ chef d’ musique a eu eun’ patte cassée, l’ Dédé manquit d’avaler sa p’tit’ flûte et la fille à Sosthène attrapit eun’ bell’ enflure qui li dura au moins neuf mois.

Dans c’temps là, no savait s’ diverti…

Maint’nant i’s n’ savent pus !!!


Les s’mis

Connaiss’-’ous l’Ugène ? Ça c’est un fin jardignier, l’ meilleux qu’ j’ons connu. Faut l’ veir bêcher… et qu’ j’ertourne la terre et que j’ l’émotte et j’ ratisse et j’ sème… et tout et tout. C’est un drôl’ ed connaisseux et qui suit l’s époques… et l’ cours et l’ décours… aussi faut conv’ni qu’il a un biau jardin et d’ belles légumes.

Mais l’ pauvre gâs, ya un s’mis qu’il a loupé, c’est sein péquiot qu’est laid comme un poui, il est vrai qu’ l’Ugène et sa bourgeouèse sont bein mal lotis à c’ sujet-là : li a la goule toute déteurquée et elle aveuc sa tête qu’ no dirait d’eun’ pair’ ed fesses anémiées… aussi leux gnias en a pris un sacré coup… mais comme dit not’ curé « il est difficile d’ sorti d’la farine blanche d’un sac d’ charbon d’ boués ».

Non seul’ment il est laid mais co à moiquié’ bancal, mal v’ nu et maigre… rein qu’à veir ses pauvres jambes dans ses chaussures qu’ no dirait d’ manches à balais dans un siau d’iau.

J’ creis bein qu’ l’Ugène qu’est si fôt pour ses s’mis d’ légumes… pour sein gas, il a dû s’ tromper au calendrier et faire sein s’mis en décours.


L’Estatue

Souvent dans nos villes, nos a un « Grand homme » à honorer, qu’a donné sein nom à la grand rue.

No n’ se rapprêche point trop c’ qu’il a fait pour aveir l’ dreit a êtr’ estatufié au mitan d’ la place ou d’vant la mairie. C’était-y un inventeux, un écrivassier, un fôt en savantise, l’ pus souvent un politicailleux, comme cheux nous un minisse no n’ sait pus d’ qué ?

Et faut l’ veir debout, en redingote, un live sous l’ bras, le r’ gârd dreit d’ vant li et l’ deigt allongé vers l’ carr’four et sus l’ quel viennent s’ perchi les moigniaux ainsi qu’ sus s’ n’ espèce d’ calotte, c’ qui fait qu’il a la goule toute dégoulinante d’ cliche d’oisias.

Il est entouré d’ eun’ belle grille où, l’ jou d’ la fouère, nos braves paisans amarent l’ licou d’ leux bourriques.

Comme disait l’un d’eux.

- R’ luque not’ minisse qui leux cause, ça n’ le change guère d’ clientèle.


Les Veuves

Tiens, l’aut’jou, v’là qu’ ma nièce qu’éra dans les dix ans es prunes, m’ dit.

- Toton, pourqui qu’ les bonnes femmes qui viennent de m’ner leux mari défuncté au Chim’tière mettent sus leux adresse : Madame Veuve Machin ? Ça s’rait-y point pou qu’ les bonhommes sachent qu’ o’ n’ sont pus r’ tintes, qu’ ya eun’ place à prendre ?

Ça m’rappl’lit c’ qui disait l’ Père La Fontaine :

L’ premier jou o’ sont en neir
L’ deuxième, o’ commencent à s’ poudrer l’ musiau
Et l’ trouèsième, o’ r’partent à la pêche au goujon…

Et la péquiote continue à m’ dire :

- Les bonhommes qu’ont perdu leux cadeau d’ noce, eux n’ mettent jamais « Monsieur Veuf Chose ». C’est-y qu’eux i’ n’ tiennent point à r’mette ça et qu’eun’ foués leux a suffi ?

Hein, crey’-ous qu’ c’était point bein pensé ?

Aussi, qu’ no n’ vienne pas m’ dire qu’ nos effants d’ la campagne sont moins dégouginés qu’ ceux d’ la ville !


Leux p’tiot’ bourses

Connaiss’- ’ous la mode d’anieut pour les biaux messieux ? Pus rein dans les pouquettes, no met les p’tiot’ affaires dans eun’ « bourse », eun’ espèc’ d’sacoche qu’ no porte à la main comme les bonn’ femmes. Aveuc ça, nos est fier comm’ el gâs TABAN, nos a l’air d’quéqu’un, d’eun’ espèce d’P.D.G.

Mei, l’vieux paisan, j’me veis m’ badg’nauder amont l’bourg aveuc ma bours’ au bout des deigts, j’érais bein l’air d’ça itout, mais sans G.

No m’a dit qu’un biau m’sieu s’trouvant dans eun’ grand’ assemblée voulut tracher d’qué dans sein fourr’-tout, en sortit un moucheux en dentelles, d’qué pou s’graisser et s’ravaler l’musiau, des pilules… l’ s’était trompé d’sac et avait pris c’ti-là à sa MÉLIE, à li –

Comme no met toutes les babioles d’dans, quant’ no l’aguère, l’oublie, s’le fait voler, t’as pus rein…

Mei, j’ons mein porte-monnaie et mein coutiau dans eun’ pouquette d’mes braies, mein moucheux dans l’aut’, mon oignon pour veir l’heure dans ma ceinture. Pou perdre mes affaires, faudrait que j’perd’ mes bragues aveuc et j’creis que j’ m’en apercevrais vite… rein qu’à cause des courants d’air.


L’ gard’ champête

Aut’foués dans nos p’tiot’ commeunes, si l’ personnage l’ pus conséquent était M’sieur l’maire, v’ nait vit’ apreus l’ gard’ champête qu’était comme qui dirait sein vicaire.

No l’ veyait aguetti les braconniers, tramer amont les ch’mins pou surveiller les champs, courser apreus les voleux, faire l’s avis aveuc sein gros tambour, faire parti l’ canon l’ seir d’ l’Assemblée, défiler l’ permier l’ jou du quartorze juillet où, en bon républicain, i’ finissait souvent la fête chargé à cul.

Oui fallait l’ veie aveuc sa belle moustache, ses gros sabiots et ses houssiaux, sa blaud’ et sein grand sabe et seurtout bi fier sous sein biau bicorne neir.

Quant’ même bi dévoués et rendant d’ service, i’ n’étaient pas terjous bein instructionnés et seignaient souvent d’eun’ Crouéx, mais dans not’ commeune l’ nôtr’ savait co lire et écrire un peu.

Un jou, i’ fit un procès à un braco : « nou », gard champête, rendons conte que…

- Dis donc, qu’ li dit l’affutier, pourqué qu’ tu mets « nou » alos qu’ t’es tout seu ?

- Pardié, j’ mettons « nou » pour faire honneur à l’Administration que j’erprésentons… mais j’ te fais r’marquer qu’étant tout seu, j’ l’ons écrit au singuyer.


Lique-le

Nos jeunes d’la campagne, à vive aveuc l’s aumailles, sont bein vite et pus délurés, débrouillâds qu’ceux d’la ville qui veulent s’donner des airs d’dégouginés… et nos gâs ont vite fait de s’frotter es filles.

Comme le p’tiot valet qu’avait un faible pour la jeune servante qu’i’ rencontrait bi souvent, comme par hasard, amont le ch’min qu’o’suivait chaque jou pou cacher ses vaques au pâtis.

I’s s’arrêtaient tous deux, pou s’bailler l’plaisi d’s’aborder et d’parler ensembe.

Ol’ tait aussi malicieuse qu’li n’tait quant’même point co trop hardi, vu s’jeun’âge.

- Tiens, qui li disait tout enamouré, r’gâde ta vaque qui lique sein viau, ol’en met un coup… et j’voudrais bein êtr’à sa plache, parce que j’t’aime bien.

- N’bêtise point… enfin si ça peut vraiment t’faire plaisi’ n’te mésaise point… et lique mein viau.

Et i’s riaient bi tous les deux… Mais comment qu’ça finissait ?


L’inducation sexuelle

Faut veie tous ces jeunes, fôts en goule, qui voudraient bitôt nous fair’ accreire qu’c’est eux qu’ont inventé l’fil à couper l’beurre, tous ces grands goulas qui nous traitent d’croulants… et pourtant qu’i’s sont-y bêtes !!!

La preuve, c’est qu’maint’nant faut tout leux expliquer, et à l’école leux faire d’l’inducation sexuelle… et l’pistil, et l’étamine, et la p’tiot’bête, et la grosse bête…

Nous, dans l’temps, nos a point eu bésoin d’nous explicationner, d’nous faire de p’tiots dessins… pour aller droit au but, faire d’la bonn’ouvrage… s’pas Mélie ?

J’veux co bein excuser à moiquié ces pauvres parisiens qu’on jamais m’né la vaqu’au toriau… mais au moins qu’i’s n’fassent point tant d’esbrouffe.

Quand i’s viendront nous d’mander nos filles en mariage, faudra leux donner bein attrouss’lées et aveuc l’mode d’emploi… comme pou les lessives d’à c’t’heu… et ça fait co les malins !!!


L’idole

L’aut’jou j’rencontris mein n’veu d’Lisieux, un pauvr’gâs qu’est chômeux, qu’i’ n’sait rein faire d’ses dix deigts mais qui voudrait bein gagner d’s ergents. Aussi, j’li dis :

- T’as qu’à t’mettr’ artisse

- Mais Toton, j’sais point chanter !

- Mais l’s aut’in’tout et t’airas point d’mâ à brai’aussi bein qu’eux

- Mais, j’n’ons point d’voix !

- N’t’en fais point, l’s aut’in’tout et t’airas des micros tant qu’tu voudras… sans ça tu n’les entendrais goutte.

- Mais Toton, m’faudrait eun’guitare et j’sais point en jouer

- L’s aut’in’tout, tu gratouilles d’sus n’importe d’qué et terjous la même chose, d’autant pus qu’no n’t’entend point aveuc l’bastringue qu’font les musiciens à côté d’tei… mais faut qu’tu dégoises en inglais.

- Mais j’connais point l’inglais !

- L’s aut’in’tout. T’appends l’truc par cœur et t’as point besoin d’comprend’, ceux qui sont d’vant tei n’y comprennent rein non plus mais i’s font semblant… ça fait chic et i’s creyent intelligents. Et en même temps qu’tu brailles faut qu’tu sautes, comme si t’avais la dans’ d’Saint Guy, qu’tu t’roules par terre…

- Alos qui qu’faut qu’je fasse ?

- T’laisser pousser les ch’veux comme les filles, enfiler les attifiaux les pus ridicules et vas-y, fais l’couillon, n’aie pas peux ceux qui t’écoutent l’sont co pus qu’tei. Tu s’ras vit’ eun’idole comme i’s disent… et tu gagn’ras biaucoup d’ergent.


L’licou

Pour nous fair’marcher dreit, nos femm’ qui sont malines
Sav’ bein comment nous m’ner. Pou les jeun’ c’est pa l’bout…
Du nez évidemment, pis ce s’ra la cuisine,
Les p’tits plats, les gâtiaux qui serviront d’licou
Pus tard c’est par les corn’ qu’é mèn’ront leux p’tits vieux
Comm’ el’ valet d’la ferm’ conduit sa pai’ed’bœufs.


L’lit’ed’ goutte

Mein grand’pè qu’ j’ai peu connu, en vrai normand, n’aimait que l’café bi gniolé aussi avait-i’ terjous sein p’tiot cruchon d’bonne goutte dont i’ s’approvisionnait cheux un bon ami paisan d’par là-long.

Eun’foués qu’i’ s’trouvit à sec, apreus l’travail et par eun’nieut sans leun’, par grande freidure, bein encapuchonné, la cann’à la main, l’lit’ à rempli muché dans la ceinture d’ses braies d’peux d’rencontrer les gâs d’la Régie, i’ partit pou deux ou troués lieux, cheux sein pourvoyeux où il arrivit vers minieut.

No fit l’plein d’la boutelle, no but un café bi arrosé et eun’ sacrée rincette pou s’donner d’la vaillantise et en route pou l’ertour !

Au bout d’un bon moment, v’là qu’la vessie l’travaille, i s’soulagit l’long d’la haie et le r’v’la r’parti… quand eun’bonn’ heure après, i’ s’ertrouvit d’vant la ferme d’sein ravitailleux… dans la nieut et après sa p’tiot’ piss’rie, il était r’parti dans l’mauvais sens.

No réveill’el’copain, no r’met la topette à chauffer, no beit eun’ bonne brouillée et no r’part dans la bonne direction c’coup-là.

C’est-i’ la freid ou les moques d’café, l’envie d’gâter d’l’iau le r’prit mais d’peux co d’s’ertromper, i’s’ertint jusqu’à cheux li et s’soulagit l’long d’sa palissade. Mais v’là-t-i point qu’au moment où i’s’baissit pour happer la clef d’sa maison muchée sous un pot d’fleu, l’sacré lit’ed’goutte, glisse, passe par la brayette point r’bouttonnée pour si peu de ch’min et s’fracasse sur la pierre du seu.

J’me rappelle qu’mein grand’pé avait un biau répertouère d’jurons, mais c’coup-là, i’dut le r’passer au complet et plusieurs foués… et faut conv’ni qu’y avait d’qué : marcher toute eun’nuit, par eun’si grande freidure, dépenser d’ l’ergent pou rein… et être co obligé d’beire du café d’bonn’sœu !


L’Orn’inférieure

L’aut’esmaine, j’ons lu dans un journal qu’en mil sept cent et j’sais pus combein, quand i’s ont dénommé les départ’ments, i’s voulaient qu’el nôtre s’appelle « l’Orn’-inférieure »… Tu veis ça… L’Orn’inférieure !  C’n’est point pensabe… et d’qué nos érait l’air ?

L’Orne, ça j’veux bein d’autant pus qu’ c’est co cheux nous qu’ol’est la pus jolie not’ p’tiot’ rivière… alôs, ça s’rait dans l’Orn’-Inférieure ?

Et pourquoi inférieure ? pou not’terre ou pou nos produits ? A moins qu’ça seit pour les geins ? Qui nos a d’inférieur ? D’mande es bonnes femmes.

Orn’-inférieure ! Et alôs comment qu’ no s’appell’rait ? No n’s’rait pus des « Calvadosiens » mais des Ornais Inférieurs… j’creis bein que de c’coup-là no n’se laiss’rait point insulter !

Et not’bonne goutte, not’vieulle gniole ! Dis-mei comment qu’tu l’appell’rais. Allons, dis-le mei comment qu’tu l’appell’rais not’vieux calvados ?

Dans l’journa, i’s disaient itout qu’cétait un allemand dev’nu normand par sein mariage et député et généra, un nommé Wimppfen… Qu’c’était li qu’avait pas voulu l’Orn’-Inférieure et qu’avait trouvé l’nom d’Calvados.

Mei, j’dis qu’no d’vrait li él’ver eun’ estatue et qu’ chaqu’ bourg du Pays d’Auge devrait donner sein nom à eun d’ses rues… car grâce à li, j’l’avons échappé belle.

Orne-Inférieure ! Tu t’rends compte !!


L’panaris

Par cheux nous, l’jou d’la commugnion du gamin ou des mariages ya tout c’ qui faut pour la grande bâfrée… Yen a-t-y des piats d’chaircuit’rie, d’chai, des gâtiaux, d’la teurgoule et d’tout et d’tout…, et comme pou s’ensaucer la falle : d’carafes d’gros beire, d’pintons d’calva, d’boutell’ d’vin…

Ça, no peut dire que rein n’manque !

Ni l’personnel in’tout : la cieusinière et s’n aide et pou l’service faut biaucoup d’monde, nos embauche les dégourdies du coin et, si nos en manque, quéques dégouginés comm’ el gâs LOUIS qui yest maint’nant habitué et s’débrouille rud’ment bi pou présenter les piats, servi do les carafes…

L’année dergnière, i’ servit à la commugnion du fis à Maîtr’ UGÈNE, l’maire d’notr’ commeune, mais au r’pas du seir l’patron aguetti l’LOUIS qui li présentait la soupe, enfin l’potage comme no dit dans l’grand monde, un pouce muchi dans l’jus bi chaud.

- Dis donc l’serveux, creis-tu qu’tu pourrais point m’ertirer tein pouce qui trempe dans la soupe ?

- P’têt bein, mais j’ons un panaris et l’docteur m’a r’commandé des bains chauds.

- Mais je n’veux point entend’ parler d’tein panaris au deigt, ni l’veir dans la soupière.

- Oui, mais l’chaud est bon pour mein panaris et d’le tremper ça m’abonis l’mâ.

- Ah mais… tein panaris… j’te repète que je n’veux pus veir ça… Tu m’casses l’s oreilles aveuc tein panaris… tein panaris, tu peux te l’foute au cul…

- C’est bein c’que j’ai fait c’tantôt… comme li faut d’la chaleu pou l’mûri.


L’rancuneux

L’aut’ jou, j’rencontris l’ISIDORE, l’gâs à l’AVÉDASTINE… Mais si tu l’connais bein, i’ s’était conjointe aveuc eun’ grosse rouquine, que c’jou-là, il érait mieux fait de s’casser eun’ patte !

Mei, connaissant ses erjus, j’érais bein voulu l’éviter… mais trop tard, i’ m’avait vu itout et m’faisait signe.

J’savais qu’sa bonne femme, eun’ vraie « MARIE-JUQU’-TEI LA » l’avait quitté yavait bein troués s’maines, pour parti aveux l’RAYMOND, sein aincien grand valet.

Comm’ j’men doutais, il’ tait encoléré, tout hère, i’ tempêtait, poussait d’s ébrais :

- C’RAYMOND, d’mes deux, c’grand badiagoule,
Si je l’veis, j’li casse la goule !

Comme’ i’ f’sait des vers sans l’savei, j’eus envie d’riochiner mais j’gardis mein sérieux et j’essayis de l’raisonner, d’arrêter ses criements, mais rein à faire, i’ vipait co pus fôt :

- C’saligaud, j’li pardonn’rai jamais c’été salop’rie !

J’lis dis co :

- Mein pauv’ gâs, t’as p’têt point perdu grand d’qué ?

- Mais, qui m’réciproque, t’es point au courant, je n’li en veux point d’me l’aveir prinse, mais anieut c’fumellier m’la renveyée à la maison… et ça je n’li pardonn’rai jamais !


L’pardon

Quand il a péché, pou’ s’faire’ pardonner,
L’homm’ r’connaît sa faut’, jur’ d’pus r’commencer
Et deit s’mettr’ à g’nou. Quant à la péch’resse
O’ s’pardonn’elle’-mêm’, pas bésoin d’confesse.
    Oui, l’homm’ a toujours tort
    Et ell’, jamais d’ermord !


L’sacrement

Eun’ bonne femme d’meurée d’pis quéques moués pour eun’ défluxion s’trouvit réell’ment bas et s’sentit bi faibe et prêt’ à passer l’pas.

L’long d’sa vie, o’ n’sétait point montrée bi dévotionneuse, pus portée sus la beichon et seurtout, o’ n’érait point mâ rôti l’manch’ à balai…

Mais au dergnier moment, no n’sait point, faut co mieux s’raccorder aveuc l’BON DIEU et, par sa veisine, o’ fit d’mander l’curé qui vint d’suite pendant qu’ol’ avait co sa connaissance.

I’ l’entendit en confession et vu sa vie et l’ertârd, ça d’mandit du temps et not’ brave curé dut en entende d’vertes et d’pas mûres ; apreus eun’ p’tiot’ pénitenche, i’ li administra les Saintes Huiles et li faisant des crouéx sus l’front, les yus, la goule.

Eun’ foués qui fut parti, o’ d’mandit à sa veisine c’que ça voulait dire :

- C’est pour purifier les parties d’tein corps par où qu’t’as pêché.

-  Bein, rappelle-le vite, j’creis qu’i n’ n’a oubellié.


L’progrès

Dans l’temps, no s’peignait aveuc les deigts, anieut faut des p’tiots ratiaux ; no s’mouchait aveuc les deigts itout et no s’torchait la goule aveuc l’coin d’not’ blaude alôs qu’maint’nant no fait ça dans un moucheux d’pouquette… c’est l’progrès, mei j’veux bein !

Nos allait au marché en veiture à ch’va, mais à c’t’heu nos y va en quérett’ à pétrole, comme ça nos va pus souvent et pus vit’ au fossé ou à l’hôpitâ… ça s’rait co l’progrès !

C’est l’progrès partout… même pou les vaques, nos a qu’à app’ler l’inséminateux qu’arriv’ aveuc sa s’ringue et ses p’tiots flacons… et mein biau-frère m’dit qu’les docteux s’mettent à s’ringuer les bonnes femmes itout.

Mei, c’progrès-la m’ dit rein et j’préfère co faire les piqures mei-même, et MÉLIE est de m’n avis… é dit qu’o préfère ma s’ringue et mes p’tit’ fioles et qu’o n’veut point d’leux progrès.

Pour eun’ foués, no pense pareil c’qu’arrive point bi souvent, à moins qu’o dise ça qu’pour m’fair’ plaisi.


L’s annonces matrimogniales

L’autr’ jou, j’tombais dans mein journa sus l’s annonces matrimogniales qu’nos appelle ça… des bonnes geins qui voudraient s’conjointer, des timides, des qui trachent l’aventure, qu’lapermière foués n’leux a pas suffi, qu’ça démange co, qu’espèrent démucher eun’ bonne peire pou s’conjointer…

Ya d’qué s’esbaudire à lire ça, les veir vanter leux marchandise : tous élégants, jolis, sérieux, intelligents, distingués, sensibles, affectueux… i’ deivent avei mâ es ch’villes ! Tous sont éprouvés, ont souffert, subi d’s épreuves malhureuses, ont bésoin de r’faire leux vie…

C’ n’est pas créyabe qu’tous ces p’tiots écritias attrape-niguedouilles viennent d’geins qu’aiment les véyages, yavait même un bonhomme qui s’disait « célibataire » co hureux, et l’autr’ « viril », avis es d’mangées.

Le r’cord, c’est les ceusses qui mettent « B.S.T.R. » ; mein n’veu, c’ti-là qu’est dégouginé, m’dit qu’ça veut dire « Bien Sous Tous Rapports », comme ça c’est vit’ et bein dit !

Mei, j’m’étonne qu’toutes les solliciteuses, ces bonnes femmes qui s’démuchent toutes les qualités, ne s’vantent pas d’la principale pour attirer l’s épouseux : « ORPHELINE DE MÈRE ».


L’s écolomies

Un gros propriétaire du coin était bi réputationné comm’ avaricieux et tirait sus tout : no baillait trop d’vivature es aumailles et es poulailles, i’ jupait apreus la maîtresse d’maison qui n’écolomisait point assez sus la nourriture des geins : trop d’fricot, la chai n’a point bésoin d’être si ensaucée d’beurre, n’ya pas assez d’iau sus la beichon, l’picotin gniolé que l’dimanche et co, o’ s’ag’tait trop souvent d’nouviaux affubas, d’cottes…

O s’mangeait l’sang d’ouïr toutes ces crieries d’autant pus qu’pour elle « faut c’qui faut ».

Un jou qui criait co pus fôt apreus s’n épouse, sus c’qu’il app’lait « ses grands coûtages », o li dit en s’colérant :

- Si tu veux faire réell’ment d’bonn’ écolomies, occupe-té pus d’mei et j’pourrons nous passer du grand valet.


L’secret

Par cheux nous, l’amiquié c’est sacré !

J’ons comm’ exempe, celle d’deux veisins qui sont copains d’terjous, surtout d’pis l’un est dev’nu veuf homme d’pis qu’sa femme est défunctée. C’ti-là s’adonne souvent cheux sein ami et pour li, ya terjous un potin d’café à caoffer sus le d’vant d’la ch’minée et la maîtresse d’maison yest es p’tits soins… qu’les mauvaises langues disent qu’i’ li pass’rait p’têt bein près du cœu, seurtout qu’ol érait co bein rôti point mâ l’balai dans sa junesse et qu’li n’erbouque point sus la gaudriole, un brin coureux d’jupons…

Un jou, l’mari, s’plaisait à leux dire en parlant des erjus des cornards :

- Quant’ no l’sait c’est p’têt’ pas grand d’qué et quant’ no l’sait point c’n’est rein. Mei, j’n’ai point à aveir d’doutances, mais si la Julie m’en faisait veir d’jaunes, j’voudrais point l’savei.

Et l’veisin d’li interjecti :

- T’as bi raison, c’est pourqué ta femm’ et moi, j’n’en avons parlé à personne et n’t’avons rein dit.


L’s héritages

Par cheux nous, l’ergent, la terre, l’s aumailles… c’est d’qué et no b’sogne dû pour les gagni… Evidemment quand ça vous échoit en héritage, c’est terjous l’bienv’nu !

Eun’ fill’ à marier bi attrousselée c’est bein mais si ol’ a en plus d’s espéranches pour pus tard… no compte itout sus les échoites à v’ni. Nos est terjous es p’tiots soins pou l’onque ou la tata qu’ont d’qué qui pourrait vous r’veni un jou.

Dergnièr’ment et apreus eun’ longue d’meurance, l’toton d’mein veisin sautit l’pas et quéques jours apreus, j’rencontris l’hériquier.

- D’qué qu’il es mô ?

- J’n’en sais trop rein, mais il érait bi souffri.

- L’pauvre homme, c’est bi attristant. As-t’i’ eu sa connaissance jusqu’au bout ?

- Bein, j’vous dirai ça s’seir, j’m’en vas just’ment cheux l’notaire ouvri sein testament.


L’suppositouère

L’aut’ jou’ mein jeun’ biau-frèr’ qui toussait comm’ un quien,
S’sentant monter la fieuvr’, s’rendit cheux l’pharmacien
Qu’cri des suppositouèr’ et du sirop à beire.
Quand v’la qu’ què’ temps apreus, i’ r’vit l’apothicaire
Qui s’informit d’sein rheume. Ça va-t-y mieux LUCAS ?
« P’têt’ bein qu’oui, p’têt’ bein qu’non » qu’li répond l’sacré gâ.
« Tous ces suppositouères env’loppés dans l’plastique
Et co dans du carton, c’est du’ et pas pratique.
J’préférais ceux d’dans l’temps, nos érait dit du beurre,
Mais aveuc deux d’an’hui, j’ons l’croupion en douleur ».


Med’chine

Comme no dit souveint « La med’chine fait biaucoup d’progrès tous l’s ans ».

I’s nous fabriquent à c’t’heu d’s espèces d’machines qui t’ergâdent tous l’dedans, qu’ t’as pu rein à leux mucher ; yen érait co eun’ nouvelle qui t’aguette dans la heune comme si no t’la coupait en tranches d’saucisson.

I’s t’enfoncent des tuyaux pour aller t’veir dans cœu, ou la falle et les chérurgiens t’coupent dans la boyaud’rie, t’ chaircut’ dans la courée ou la rate, t’remplace l’cœu, les rognons, t’scient l’s os, t’rognent dans la chai…

Nos inventionne des r’mèdes qui t’rémissionnent toutes les maladies et co mieux, des vaccins qu’no n’s’ra pus jamais emmaladés, qu’ ça seit même pour un chaud-freid ou un rheume.

Faut quant’même dire qu’si ya des geins qui sont pour, yen a d’aut qui s’raient contre… comme ma belle-sœur qu’sa mé qu’avait terjous peux d’mouri, s’était fait piquer contre la grippe… C’qui n’la point empêché d’trépasser deux jous apreus, écrasée par eun’ veiture.


Ma p’tiot’ chapelle

Ça f’ra bitôt mill’ ans qu’blottie dans les vallons,
Ol’ est là c’té chapell’ au myeu d’la verdure.
Ol’ en a vu biaucoup d’bons moin’ et d’moinillons
Pour tant user ses bancs aveuc leux rob’ ed’ bure,
Des sandal’, des pieds nus pou marquer sus l’pavé
Dedpis l’portal d’entrée, le ch’min qui mèn’ es stalles.
Tous les jous, dès matin’ et entre deux « AVE »,
Prieur et moin’ peinaient leux journée monacale,
Soit bouviers ou maçons, au boués ou au gardin.
Et leux vie doucett’ment malgré leux bonn’ prières
S’étirait misérab’ d’leux vœu jusqu’à la fin
Où c’qui pouvaient alôs s’erposer sous la pierre.
Ol’ en a vu des guerr’ : d’Cent ans et d’erligion,
Des tueries, des misèr’, tout l’prieuré en ruines ;
Pis o’ resta sans vie l’jou d’la Révolution.
Tout sein mond’ dispersé, pus d’mess, d’cloch’ ni d’matines,
Et bitôt o fut seul’, autour pus d’bâtiments.
No n’veyait qu’quèqu’ mamans qui v’naient à sa fontaine
Pou qu’cri d’l’iau réputée l’meilleux médicament
Contr’ les fieuv’ des effants… ou pou fair’ eun’ neuvaine,
Ou un vœu à g’nou d’vant not’ DAM’ du VAL BOUTRY,
Pou la vie du grand gâs an’ hieut dans les tranchées,
Pou guéri l’p’tiot dergnier, eun’ grand-mèr’ ou l’mari…
Et ol’ en vit itout pleurer des fiancées !!
Ya pas co bein longtemps, l’lend’main des commugnions,
Tous l’mond’ processionnait, les p’tiot’ fill’ en rob’ blanche
Suivies des commugniants portant d’gros lumignions.
Tout ça c’est co fini, maint’nant s’main’ et dinmanche
C’té chapell’ est bi seul’ ; nos entend qu’les oisiaux
Qui s’cours’ de branch’ en branch’ en chantant à tue-tête
Pou saluer un prom’neux qui mont’ par les cotiaux
Visiter not’ chapell’… et qui li font grand-fête.


Mei, j’parle françoués

C’est pas pour dénigri, mais j’ai quasiment honte
D’entend’ ces badiagoul’, ces esbrouffeux caôser ;
Par moments j’comprends rein à c’qué les geins racontent,
Et mei qui m’décarcass’ à bein parler l’françoués
            ----
Aut’foués, avé l’s amis, nos allait à l’aôberge
Rigoler, beir’ un pot ou fair’ eun’ collation.
Anieut i’s vont au SNAQU’ ou l’s créyent qui s’gobergent :
I’s y mâqu’ un SAND’VICH’ ou i’s d’mand’ eun’ ration :
            ----
Du potag’ pour Mossieu, PORIG’ ou MINESTRONE ?
Dans l’temps n’yavait qu’la soup’, eun’ bonn’ soup’ à l’onion,
Ou bein eun’ mitonnée qu’ nous faisait not’ patronne ;
Et pour la chai du bœu, du garenn’, du cochon.
            ----
Qui qu’bouff’ les villagoués ? ROSBIF, HAM’BURGAIRE.
Faut qu’je m’détorque la goul’ pour di’ tous ces noms-là.
I’s n’parl’ jamais d’civet ou d’potée, c’est vulgaire !
Eun’ falue, eun’ tergoule ? Qui qu’ c’est qu’ ces machins-là ?
            ----
C’n’est bon qu’pour nous « bouseux ». A eux leux faut des QUAIQUES
des TOHASTS, des POUDING’ aveuc raisin qu’on frit.
Mei, j’préfèr’ du fromag’ d’LIVAROT, d’PONT-L’EVÊQUE,
Du CAMEMBERT crémeux ou bi co un bon fruit.
            ----
Si trinqu’ chez leux veisins ça f’ra un COQUETELLE,
Si fait chaôt i’s beiv’ SCOTCH ou bein OUISQUI à l’iau ;
C’est d’la vraie piss’ ed’ cat, d’la beichon pour pucelle.
Mei, quand j’ai vraiment seu, j’vas au cul du togniau,
            ----
Qu’ri eun bon coup d’pur jus ; j’en beis deux, troué bollées
Pis eun’ moqu’ ed’ café aveuc un coup d’calva.
Ça n’a pas d’nom chinoués, espagnols ou ingliais,
C’est tous produits d’cheux nous, c’est seurtout ça qui m’va.
            ----
Parell’ pou l’s attifiaux, ya pus d’braguet ni d’braies
Mais des BLOUES, des OUATJIN’ (qué qui s’fout’ des pauv’ gens ?
L’ paltot c’est un TRANCH’COT’, les culott’ à Mémée
Ça fait des BOXEUR CHOTT’, l’veston devient CABAN.
            ----
I’s appell’ ANORAQU’, l’capuchon, la piau d’bique ;
Si tu veux un ESLIP, tu coup’ tein vieux cann’çon.
J’en sis confusionné, mêm’ si ça fait comique,
Y paraît qu’ c’est la mod’ qu’tout’ les nipp’ chang’ ed’ nom.
            ----
Mais pour qui sacrebleu, qu’tous ces faiseux d’magnières
N’peutv’-t’y pas fair’ comm’ mei qui n’veux qu’parler françoués ?
Les culott’ à dentell’ comm’ cell’ ed’ ma bell’ mère
Ça fait des BERMUDAS, des PANTIS c’qui paraît.
            ----
Qui m’faisait mes tricots, mes chandails et mes chausses ?
C’était ma veuil’ grand-mèr’. Anieut c’est du tout fait
Et ça s’appelle TRAINING’ ou POUL’ : v’là co aut’ chose !
Les cauchur’ c’est parell’ : RANDEGAIR ou BASQUAIT.
            ----
Et mêm’ des ESNOBOTT’ n’faut pus parler d’galoches,
D’espadrill’, d’sabiots d’boués ou d’bottin’ à boutons.
Aveuc ces noms ingliais faut eun’ sacrée caboche.
Tiens, le p’tit coin, les… « chos’ », comm’ disait mein toton,
            ----
No dit qu’c’est des VÉCÉS, ya d’qué dev’ ni maboule.
Maint’nant paraît qu’nos n’caôs’, qu’no n’conversationn’ pus.
Ouais, nos fait du ESPICH’, nos INTERVIOUV’ la foule.
Mêm’ l’erpos du dinmanch’, créy’-ous qu’ya pas d’s abus ?
            ----
No dit qu’ c’est le VIQUEND’. No s’ défoul’ au MÉTINGE.
Quant à nos grands garchons qui commench’ à s’senti,
S’i’s veul’ s’frotter es fill’, faut aller au DANCINGE
Gigotter l’ROQUANROL’, l’CAST’CHOC et l’LAIT d’QUI.
            ----
Pour mâquer du garenn’, n’faut pus qu’cri sa pétouère,
Putôt son AMERLAISS’ ou sa OUHINCHESTER.
Tu peux fair’ du KARTING’ en t’n’ allant à la fouère.
(Des bérouett’ à pétrol’ qui filoch’ comm’ l’éclair)
            ----
No n’parl’ que d’JÉRIQUANT, ça remplac’ l’siau, la channe.
J’creis qu’anieut pou câoser, faut êt’ instructionné.
A moins qu’ces prétentieux, qui n’s’raient co bein qu’des ânes
N’sont pas capab’ d’parler en bon françoués comm’ mei.


Mein Pé !

Pendant c’té guerre, l’occupation, l’débarqu’ment… et co apreus, yérait en bi d’drôles d’choses, d’grands mélanges d’bonnes geins… et des esseulés, des forcées, des qui fêtirent grand’ment la victouère !

Un jou, quéques années apreus tout c’chambard’ment, l’péquiot à la VÉDASTINE rencontrit amont un ch’min conduisant au village eun’ espèce d’bonhomme drôl’ment attifé et comme i’ n’ n’avait co jamais vu, affublé d’eun’ grand’ jupe blanche, l’ d’ sus d’la tête sans ch’veux, rasé, et qui marchait les pieds comme nus… qui li d’mandit le ch’min du probytère. L’gamin surpris li dit :

- M’sieu, vous n’avez qu’à m’suive.

Et l’homme amusé d’li réponde

- On n’me dit pas « M’sieu » mais « Mon Père ».

- Alôs, ça tumbe bein, j’vas vous conduire d’suite cheux ma mé qui va êt’ bi contente, o vous trache d’pis l’débarquement.


Mein vieux presseux

Des sag’ éraient voulu t’ mett’ au mitan d’la ville ;
Fleuri, sus eun’ p’tiot’ plach’, t’érais plu es passants..
Fair’ plaisi à tertous, ça c’est d’qué difficile
Aussi d’s aut’ ont dit Non, fallut donc changi d’plan.
        Bein vrai mein vieux presseux !
            ----
Tei, ça n’t’ pas vesqué qu’ no n’mett’ dans la banlieue
Sus un haôt piédestal ; creis-mei bein qu’ tas grand air
Aveuc dans t’n aug’ en pierr’, eun’ bordur’ d’fleurett’ bleues,
Sus l’pourtour du gazon… et les rosiers, du yère…
        Qu’ tu s’ras biau mein presseux !
            ----
Dans nos nouviaux quartiers, j’creis qu’ t’es bein pou ta r’traite
Qu’ pour sû qu’ t’as bi gagnie. Ça fait des pilaisons
Un presseux dans sa vie. Et c’est des mill’ quérettes
D’nos pomm’ que t’as broyies pou fair’ d’la bonn’ beichon.
        Pas vrai mein vieux presseux !
            ----
T’en as connu des ch’vas pou tirer ta gross’ meule ;
Pus d’un avait l’tournis, mais tei, bi doucett’ment,
Tu pilais, t’écrasais… Nos érait dit qu’tei seule
Travaillait pou nous fair’ un cid’ bi gouleyant.
        Sacré coquin d’presseux !
            ----
Maint’nant tu n’tournas pus, juché sus tein estrade,
Fleuri, bein bichonné, parmi d’bell’ p’tiot’ maisons.
No n’tei r’connaîtras pus, et nos vieux en prom’nade
Diront en te r’luquant : « J’créyons qu’jamais j’ n’avons
        Co vu d’si biau presseux !


Mô pour de mine

Donc, ya quéques années d’ça, Maît’ ARSÈNE, maire d’sa commune était comm’ i’ s’deit un brav’ homme, bi dévoué et rendant d’services qui, l’pus souvent, fait li-même l’secrétaire d’mairie.

Un jou, qui s’prom’nait sus la place du village, i’ vit v’nir à li un péquiot qu’i’ connaissait bein, l’fis à PAUL, qui li dit tout d’go :

- M’sieu l’maire, ma mé m’envoie vous dire que l’pé est mô, i’ vient d’défuncter et o m’a dit d’prév’ni l’docteux pou qui vienne constater d’visu ».

Notr’ brave maire savait bein qu’sein ami PAUL qu’était un d’ses conseillis était patraque d’pis quéqu’ temps, qu’no l’disait infracturé ; mais apprendr’ sa fin tout d’go ça vous saisit quant’ même et i’ rentrit au café pou prêchi la nouvell’ es geins et pou s’ermonter d’un coup d’vieulle.

Pis comm’ i’ l’tait ordonnancé et qu’i’ n’aime point aveir du travail en r’târd, i’ s’rendit à la mairie à côté pour écrire l’acte de décès de c’pauvre PAUL, avant de s’rendre à la maison mortuaire présenter ses civilités à la veuve et es effants.

Comm’ il arrivait à la ferme, l’docteur en r’sortait et li dit :

- C’ pauvre PAUL l’a écappé belle, i’ vient d’nous fair’ eun’ syncope qu’sa femme l’créyait bi passé, enfin le v’là r’mis co un coup !

Not’ édile pâlit et s’dit en d’dans d’li « Mei qui vient de l’couchi sur l’gros live, va m’fallei rectifier ça d’sieute ».

R’tourné à la mairie, il écrivit en marge d’l’acte « Môrt par erreur ». Mais v’là-ty pas qu’troués moués après l’PAUL eu sa troèsième infractus, c’té-là qui n’pardonne point à c’qu’ no dit, et avalit sein bull’tin d’naiss’té pour de bon.

Qué qu’pouvait faite maîtr’ ARSENE ?... I’r’tournit à la mairie, r’prit sa pus belle pleume, rayit sa permière inscription marginale et tirant la langue, écrivit en d’sous, en lettres bi appliquées « REMÔRT ».


N’pleure point mon p’tit !

Ya bein troués ans qu’trépassit l’grand LÉON, l’gâs à la mère BELMICHE d’la CRESSONNIÈRE… l’aîné d’ses gâs, c’ti-là qu’avait un bec de lièvre… mais si tu l’connais bein, un grand badiagoule qui s’était conjointé aveuc eun’ fill’ à la grosse MARIE, sa jeune, la rouquine…

Ah ! Tu t’ l’ermets !!

Eh bein comme j’te l’disais donc, l’grand LÉON passit l’pas à l’hôpitâ d’LISIEUX et fallut l’ram’ner cheux li dans l’fourgon des Pompes Funèbres. A côté du chauffeux en castiette yavait l’maîtr’ d’quérémonies, un grand sec genre buveur d’iau, qui n’deit rigoler qu’quand i’ s’brûle, et si raide qu’no dirait qui s’est servi d’sein parapuie comme suppositouère.

Pendant l’veyage, c’té pauv’ veuve qu’était assise derrière l’chauffeux, à côté du cerqueu de s’n homme, t’nait sein p’tiot dergnier sus les g’noux et l’péquiot pleurnichait par momeints, p’têt d’entende sa mère r’nifler itout ou d’la veir déguisée aveuc un grand chapiau à voile neir.

Not’ maîtr’ d’quérémonie s’ertournit pou caresser l’gamin et l’erconsoler « Alons n’pleure point ! » c’qui fit s’n effet sus l’coup… mais quèques lieux pus loin, l’effant se r’mit à pigner et not’ homme, sans s’ertourner de r’commencer à l’consoler « N’pleure point mon p’tit ! »

Veyant que c’coup-là ça n’faisait point d’effet, i’ s’artournit… pou s’aviser qu’au lieu d’caresser la tête du gnias, il t’ait en train d’p’lotter un g’nou d’la mère en li disant terjous : « N’pleure point mon p’tit, n’pleure point !! »

Si vous aviez vu la goule du « grand sec » qu’était resté l’nez sous bec, a n’pus souffler mot, et qui s’carrait en s’renfrognant, à creire qu’ c’était pus un, mais deux parapluies qu’il érait avalés.


No coupe !

C’est’y d’pis qu’la MARTHE a fait fermer certaines maisons alôs qu’ ol’ taient déjà « closes » qu’ no veit dans les journiaux tant d’histouères point bi jolies : des salopards qui s’jettent sus des gamines pour les sali ou même quéqu’ foués sus des grand-mères pou l’s outrager pou l’dergnier coup ?

L’autr’ jou, en lisant l’journa, des bons gâs discutaient en disant : « à ces salauds et avant d’bein les punis, no dévrait leux couper les deux… « amygdales » ! »

Et un jeune, grand trousseux d’jupons, d’rétorqui « Non ! N’leux en couper qu’ eun’ seule, mais couper les deux à ceux qui n’s’ en servent point et laissent souffri les filles esseulées et enamourées ! »

Il érait p’têt bein raison !!


No pavoise !

L’jou d’la fête au chef-yeu, un gros propriétaire du canton était v’nu passer la journée au bourg, cheux ses effants… et avait mis sein biau capet à mongi d’la chai et sein costeume d’noche quil’brid’ un miot et pour eun’ foués qu’il avait mis ses biaux attifiaux, i’ s’fit veir à la messe, au défilé derrière l’s effants d’Marie, à la manœuvre d’ la pomp’ à bras…

J’sais point s’il avait déceinturé ses braies pour êt’ à s’n aise, à moins qu’çà seit ses boutons d’brague qu’avaient pété, à moins co qu’il avait oubellié s’erboutonner apreus aveir gâté d’l’iau, terjous qu’no veyait sein « linge à beurre » qui sortait d’sa brague et un péquiot dit à sein p’tiot copain :

- R’luque l’grand père pou la fête, il a mis sein drapiau à la f’nête.

Mais l’épouse du pavoisé l’entendit et rétorquit.

- Par cheux li, les geins d’âge laissent terjous la porte ouverte quant’ya un môt à la maison !


No sait compter

Y parait qu’quéqu’foués dans les bouticles du chef-yeu, no veit d’biaux écritias happ’-niqu’ douilles comme c’ti-là :

Sucette : 2 F.   
 le paquet de 10 : 20 F.

et no ag’trait co l’paquet pour avei l’prix d’gros.

Ou bein no veit annonchi les frits par troués lives, bein qu’nos en ai point l’dreit, et c’est à tei d’compter… et point d’gouranche si tu n’veux point t’faire flouer.

No m’dit même qu’ no érait aguetti cheux un marchand d’télés d’la ville :

au comptant : 5.000 F.
à crédit : 5.000 F. comptant
+ 4 mensualités de 250 F.

c’coup’ là c’est l’meilleux, mais c’est-y bein vrai ?

Les villagoués créraient p’têt’bein nous flouer nous les paisans mais ça n’prend point et j’sommes aussi dégouginés qu’eux, c’n est point à nous qu’ i’s apprendront à compter.

C’est putôt leux bonn’ femmes qui s’font quéqu’foués gruger comme no m’prêche : dans un grand magasin d’attifiaux d’la ville, i’s éraient mis en vente des costeumes d’effant, partout les mêmes et à troués prix différents et i’s s’vantaient qu’ les villageouèses n’y veyaient qu’ goutte et étaient assez niaises d’ag’ter les pus coûtibes, les creyant donc meilleux.

P’têt’ bein leux femmes, mais certain’ment point Mélie, ni les nôtres.


Not’ bon calva

J’ons déjà chanté not’ pays normand
Et tous ses produits : nos fameux fromages,
Nos trip’, not’ bon beurr’, not’ cid’ gouleyant,
Nos vaque’ et nos boeufs qu’nos veit dans l’s herbages.
J’ons dit c’ qu’ no pensait des bons gâs aug’rons
Et d’leux femm’ itout, allant’ à l’ouvrage,
Des gnias d’par ichin tous de vrais lurons,
Et d’nos fill’ dodues qu’ont dans leux corsage
D’qué d’affriolant, promess’ ed’ bonheur
Pou c’ti-là pus tard qu’o prendrait pour homme.
J’ons chanté m’pays aveuc tout mon cœur
Mais anieut vey’-’ ous, j’louang’rons l’jus d’nos pommes.


Not’ bon calva

No dit qu’el’ BON DIEU dans sein paradis
Plantit un poumier pou parfair’ son œuvre
A ADAM et EV’, v’là qu’i’ défendit
D’en mâquer les fruits. Eun’ méchant’ couleuvre
Qui passait là-l’long leux tint ce langage :
« R’luquez dans c’bel arb’ ces fruits merveilleux
Qu’nos appell’ des pomm’, j’en ons fait usage,
J’peux acertainer qui n’ya rein d’meilleux ».
Et tout l’mond’ à c’t’heu sait qu’ i’disait vrai !!
Mis en tentation, l’s croquir’ la pomme
Trouvèr’ ça si bon qu’i’s ont tout bâfré
La queue et l’trognon. D’pis c’temps les bonshommes
Payèr’ c’té folie, mais continuèr’ tous
A planter l’pommier. Dans not’ NORMANDIE
Les paisans futés pil’ les pomm’ itout
En tir’ el’ gros beir’ ; pis dans la bouill’rie
Tels des magiciens, tir’ d’leux alambic
Eun’ beichon divin’ qu’nos appell’ « IAU-d’VIE »
D’s aut’ en tir’ ed’ tout, mais créy’-ous le hic :
L’jus d’raisin ou d’grains, malgré leux chimie
N’peut rivaliser aveuc not’ CALVA,
Terjous bein fruité grâce à s’n origine
Et son goût d’terroir. Mei, c’est ça qui m’va :
Pou gnioler l’café, ou du vieux en FINE.
Mais j’creis qu’ j’l’aim’ co mieux au myeu d’un r’pas ;
C’est not’ TROU NORMAND. Mêm’ n’en beir’ qu’eun’ larme ;
Et nos est d’avis qui gn’ia ici-bâs
Aucun aut’ beichon qui, notr’ gosier, charme
Autant qu’el CALVA, la rein’ des liqueurs
Qu’no tir’ ed’ nos pomm’ ainsi qu’el’ GROS BEIRE.
J’creis qu’not’ CALVADOS, j’connais rein d’meilleux
Et c’est pas mes vers qu’ ajout’ à sa glouère.


Ol’ a l’ballon

L’aut’ jou, les geins d’un gros bourg lanreit avaient accomodé eun’ partie d’fotballe entre leux filles et celles du chef-yeu.

Falleit les veir couri sus l’estade, s’trémousser, bein jatill’ en p’tiot’ culottes… et j’te cogne dans les tibias, et j’t’envoie un coup d’pétrine dans l’œul, et j’te mors dans l’gras du fessu… enfin presque ! Ol’ taient bi méritantes et s’v’laudraient pour qu’cri la balle malgré eun’ bonn’ harée.

Et yen avait-y des curieux pou les r’gâder et l’s encouragi… seurtout des jeunes gâs.

Yen avait un d’la ville qui s’créyait pus madré que l’s autes et bêtisait, i’ parlait d’gros fessu, d’gigu’ ed cô, aussi un vieux d’à côté d’li, créyant qu’i’ déganait sus sa fille le r’mint en plache. Un moment apreus, l’jeune, voulant probabel’ment s’rach’ter, cria : « Bravo ! Ol’ a l’ballon !! »

J’sais point c’qué l’père comprint, mais i’ foutit eun’ torniole au gâs en li disant : « Tâche d’respecter ma fille qu’est d’eun’ honnêt’té immatriculée, et en tout cas c’n’est point d’un « chose » comme tei qu’ol l’érait eu ».

J’sions p’têt’ bête, mais j’n’ons point compris.

En tout cas, mei j’aime bein r’luquer les fotballeuses et j’leux dis : « Bravo les péquiottes !! »


Ouvre l’œil

Si ta femm’ dit trop d’bien
D’ton ami, d’ton veisin
    Ouvr’ un œil.
Si ol’ en dit trop d’mal
Creis bein qu’ c’est point normal
    Ouvr’ les deux.


Pas si grave

Par ichin, no s’rait co bein un miot sentimenta. Nos aime bein les réugnions d’famille ou qu’no s’ertrouv’ aveuc grand plaisi n’s’étant pas r’vus d’pis la dergnière foués ; no s’embrache en veux-tu en v’là, s’donne des nouvelles d’tous nos geins et d’leux t’nants et aboutissants…

Dans l’plaisi des r’trouvailles et l’gros beire aidant, j’sommes bi souvent oublieux qu’no s’ertrouve à un r’pas d’enterr’ment, surpins d’raconter d’bonnes gaudrioles et d’faire s’esbaudir tout’ la maignie.

Comme nos est point biaucoup écrivachiés, nos est tout surprins d’apprende les nouvelles, pus ou moins fraîches :

- Hélas, déjà troués péquiots !

- C’té-la, j’l’érais point r’connue !

- Oh ! Qu’ c’est-y qu’ol’ a grandi, bitôt bonn’ à conjointer !

- Et tein pé, i’ n’est point là, comment qu’ça va-t-y ?

- Bein, il est môt, yéra troués ans à la Saint Miché.

- Point possible, j’savions point.

- Et si, il est défuncté tout d’un coup et n’érait point trop souffert.

- Ah bein tant mieux ! Et d’qui qu’il est môt si vite, p’têt’ d’un cancer ou du cœu… ces cochonn’ries d’maladies d’à c-t-heu ?

- Oh non ! J’me rappelle pus c’qu’avait dit l’docteux, mais c’n’était point si grave.


Pique-pique

Dergnièr’ment un gâs chasseux, grand badiagoule qui connaît tout et s’croit pus malin qu’tout l’monde, n’écoutit point nos r’montrances et terjous sans précautions passait les haies sein fusil chargé. En traversant eun’ clôture, i’ s’prit les « amygdales » dans les piquants du barbelé et s’débattit dû au point qu’sa pétouère en chut d’saisiss’ment, l’coup partit et i’ r’çut les plombs dans l’fessu et v’là co qu’sous la douleu i’ s’affalit l’cul dans l’roncier… li qui n’donnait jamais sein sang d’peux des piqures, c’ coup-là, i’ n’navait pus qu’sein compte !

Ah ! Si vous aviez vu ses pauvr’ fesses qui n’avaient pus figure humaine : toutes blettes, meurtries, comm’ eun’ pomme talée, saignantes, pleines d’épines… qu’sa bourgouèse n’les r’connaissit pus.

Fallait vei la goule du gâs, tout malaisé, adoulé, et ouï ses ébrais… fallut l’transporter cheux li, à plat vente dans eun’ couverture et faire v’ni l’docteux.

Et c’ti-là d’li dire : « J’vas vous faire eun’ piqure antitanique et eun’ aut’ dans les fesses pour vous soulagi ».

L’pauv’ s’en est évanouillé et p’têt’ que comme ça i’ n’a rein sentu !


Point trop d’iau

J’ons ouï narrer eun dégotte qui s’rait arrivée aut’ foués à un bon gâs du coin.

L’pauvr’ était apparié aveuc eun’ vraie mégière come yen a tant, eun’ chipie qu’la liquoire n’li arrêtait point pou glapi apreus s’n homme : o’ vipait quasiment sans arrêt, l’agonaisait d’sottises du matin au seir.

Eun’ foués, o s’encolérit à haller un bon coup d’sang et o’ tumbit raide comme morte au mitan d’sa cieusaine. Li poussa un grand soupir, putôt abêtit par l’silence bruta.

En attendant l’docteux, il installa sa mégière sus l’lit conjuga et mit eun’ assieuttée d’iau bénite aveuc un brin d’buis car déjà les veisins alertés pa l’silence, v’naient li serrer la main, sans trop saveir si i’s d’vaient gimer ou riocher du coup.

Mais v’la-t’y pas qu’el grand valet sous l’coup d’l’émotion, en faisant la crouéx sus la défunte li envéyit eun’ grand’ giclée d’iau sus la goule et, comme qui dirait, qu’ça la désensommeillit d’sein espèce d’coma… pour aussitôt r’viper apreux sein presque veuf :

- Ah Grand galapias !! T’érais été bein aise que j’seye défunctée pour de vrai !!!

Et la vie d’criaill’ries r’commença d’pus belle, au point qu’troués moués apreus, ça la r’prit au cœu, o’ poussa un ébrai, brucha, et prit sa m’sure sus l’plancheux d’la quert’rie.

C’coup-là, s’homme la r’juquit, bi précautionneux, r’mit l’assieutée d’iau bénite pus loin, eun’ bonne rangée d’chaises d’vant l’lit pou qu’no s’approche point d’trop et disait co es veisins v’nus pou l’aspergus :

- Seyez bein attentionneux et n’li ruchez point trop d’iau sus la goule ; tout s’rait à r’commencer !


Politesse

Anieut, no prêche biaucoup qu’dans nos écoles, no n’fait pus d’instruction chiviqu’ et qu’nos péquiots n’s’raient pus polis.

Ça m’rapprêche qu’ya bein d’s années, quand j’étions gnias, not’ brave mait’ d’école nous avait expliqué qu’quand j’entrions dans eun’ bouticle, fallait d’ s’défubler d’sa castiette et dire « Bijou M’sieux Dames » et i’ fit v’ni jusqu’à sein buriau le p’tiot ALCIDE, c’ti-là qu’nos a bénommé l’ROUQUIN et li dit :

- Supposition que j’seye la mère JODU l’épichière et qu’tu viennes cheux mei qu’cri des commichions, présente-tei !!!

L’Alcide enl’vit sein béret et d’saluer d’un grand « Bijou M’dame JODU ».

- Bein, qu’dit l’Maît’, et mei qui fais l’épichière, pou t’récompenser d’ta politesse, j’te baill’rai eun’ belle sucette !

Quèques jours apreus, l’ROUQUIN s’n allit qu’rci des commichions à l’épich’rie et, pensant en d’dans d’li à la sucette, s’torchit la goule sus la manche d’sein pal’tot, entre, enlève sein béret et d’crier : « Bijou, M’dame JODU ».

- Ah, qu’o dit, v’la quant’ mêm’ un effant bi poli !

Et o’ servit les commichions… mais point d’sucette.

En s’n’ allant l’ALCIDE d’marmonner :

- Eh bein, aveuc c’té vieulle garce, ça n’sert à rein d’ét’ poli !

Et comme ol’ entend dû

- Qui qu’tu dis ?

Et li d’crier :

- L’gnias poli vous dit qu’vot’ sucette vous pouvez vous la foute… où j’pense !!!


Portrait

No dit qu’eun’ femm’ jolie bein souvent n’est point fine,
Et qu’si ol’ a d’l’esprit qu’c’est terjous un laid’ron,
Mais qu’si intelligent’ en plus ol’ a bonn’ mine
Faut mieux n’pas la marier d’peux d’êtr’ garni du front.

Pou n’pas fair’ étriper, faut qu’j’ajout’ eun’ p’tit’ chose :
Qu’j’admets qu’dans ces troués cas ya quéqu’ foués d’s exceptions
Oh ! N’yen a point biaucoup ! Mais j’veux qu’chaqu’ bell suppose
Qu’ell’ seul’ est c’t’exception… et qu’mei, j’sis un couillon !


Position intéressante

Mei, j’sis trop vieux et pas assez dégouginé pour conduir’ eun’ auto, aussi j’prends terjous l’car pou m’berroiter au marché du chef-yeu, aveuc mein cabas et mein pagnier dans qui j’charrie deux troués douzaines d’œufs et eun’ poulaille bi dodue à vendre et pou rapporter mes commichions.

L’autr’ esmaine, l’car était bondé, c’est d’justesse si MELIE et mei j’ons pu nous assieuster.

V’là qu’à l’estation d’apreus, monte eun’ bein jatille péquiotte dans les vingt ans, qu’un bon gâs du coin était v’nu conduire au car et i’s s’quittèrent apreus eun’ bonne fricassé d’musiau.

Pus d’plache ! Ol’ tait d’bout près d’mei et, aveuc s’n air déluré o m’dit : « Excusez-mei brav’ homme, mais j’sieus dans eun’ position intéressante ».

J’sommes co éducationné et j’ons la comprenouère facile aussi connaissant mein d’voir, j’li laissi ma plache et j’sis resté d’bout ».

Mais j’avais doutance car ol’ avait la taille bi fine et m’ergâdait aveuc un p’tit air de foute de ma goule.

Aussi en d’cendant à destinachion, je d’mandis à la péquiote :

- Ya-t-y longtemps qu’vous êtes dans eun’ position intéressante, comme vous dites ?

- Non, i’ a qu’eun’ demi-heure, mais vous d’vez bein vous souv’ni qu’ça coupe les jambes –


Pouchinée

- Alôs, mon gâs Louis, paraît qu’tu viens m’demander la main d’ma fille ?

On n’est pas r’tinte et si ça li va, j’sommes d’accord. Et tu fais eun’ affaire car j’l’ons bein attrouss’lée et ol’ a co du bien à li r’veni pus tard.

Et tu sais c’est eun’ bonne fille, bi allant’ à s’n ouvrage, terjous arodivée, à ravôder d’dreite ou d’gauche, à rapsôder les chausses, à soigner les vias, récurer les castroles, à bi cieusiner… terjous propre comme’ un sou neuf et bi rendante d’services.

Et sérieuse ! Oh là comme nos en fait pus !!

Tiens, approche-tei, j’vas t’dire d’qué à l’orelle…

Et co pou l’plaisi, j’sieus sûr qu’é pourra t’en bailler d’autant pus qu’c’est point eun’ fille à péquiots… pac’ qué si ol’ vait dû n’navei… eh bein mon vieux… qué pouchinée qu’ça f’rait !!


Pou se r’chaimper

Nos paisans normands sont dégouginés d’naiss’té, invectifs, finarés et tous pus matois l’s uns que l’s aut’, et les parisiens malgré toutes leux prétentions, n’leux arrivent pas à la ch’ville… is’s s’creyent et s’parlent, veulent fair’ el’ paon mais en fait d’roue n’nous montrent qu’leux derrière… et nos gâs d’la campagne les écoutent en riochinant sachant bein qui vont co les rouler comme i’s voudront.

Dergnièr’ment, v’là qu’au carr’four ST PAUL, not’ veisin Maît’ ALPHONSE qui s’rendait à la ville dans sa quérette à pétrole aussi neuve qu’sein permis d’conduire, oubliyi d’ergâder d’dreit et gauche et rentrit dans la celle d’espèces d’parisiens qui li glapirent dru au cul.

- C’est-y pas malheureux de confier des voitures à des imbéciles dangereux qui ne savent même pas le code de la route, et j’parirais encore qu’il a bu !

Pendant qu’la parisienne s’n allit téléphoner es gendarmes d’la ferme veisine, notre paisan s’excusit et offrit même sein moucheux d’pouquett’ à l’autr’ chauffeux qui saignait du nez comm’ un viau, dev’nait pâle comme eun’ fourre de pie, prêt à s’évanouiller…

- N’tez, m’sieu l’parisien, j’ai dans la pouquette d’ma blouse eun fiole d’qué bon qui vous f’ra du bien et va vous r’chaimper… c’est d’la vieulle d’cheux mei et j’vous la garantis naturelle…

Et y li fit avaler quéqu’s bonnes goulées d’calva.

- Mei itout, j’vas en beire pou m’ermonter, après qu’les gendarmes m’éront fait souffler dans l’ballon !


Pou s’pairier

Anieut, pour apparier les nouviaux à marier, paraît qu’nos inventeux ont fait eun’ machine qu’nos appelle un « ordinateux » qui vous choisit l’conjoint suivant l’poids, l’caractère, la couleur du poil…

Avant, ya quèques années, nos avait des marieuses, des hardouines, qui faisaient bi l’affaire, n’cherchant point à conjointer l’malheureux aveuc l’argentue : nos mariait des vergies aveuc d’autres vergies, les gros troupiaux d’vaques avec d’autres, des bas d’laine aveuc des cauches déjà bi remplies…

Les gâs et les filles savaient bien s’assembler par approchant : l’échalas aveuc l’asperge, l’quéru et ossu aveuc eun’ fort’ en chai et bi fessue, l’foutriquet aveuc eun’ bas-du-cul…

Et c’était si bein vrai qu’mein p’tiot n’veu l’dégouginé, avait r’marqué qu’pou s’pairier no choisit terjous pour bein aller ensembe, la preuve qu’i’ m’dit : « Les cornards s’conjointent terjous aveuc des « Marie-juque-tei-là » ! »


Précautionneux

Dans l’temps d’ma junesse, nos érait co eu souvent l’envie d’déganner not’ garde-champête, qu’à l’époque n’tait pas terjous bi dégouginé, mais bi dévoué et à toutes mains, bi arrangeant et rendant d’services.

Pour un rein nos faisait appel à li l’jou ou d’nieut : qui qui sonnait l’Angelus ou l’tocsin, annonçait les môts dans les fermes, coursait les voleux, ramassait les soulâs, faisait péter l’canon l’jou d’la fête et parti l’feu d’artifisse, s’prom’nait par tous les temps amont les ch’mins pou surveiller les récoltes et l’s aumailles et qu’allait co cheux les geins annochi les mauvaises nouvelles quand M’sieu Maire, bi ennuyé s’défilait quéques foués d’la corvée ! Hein, qui c’est qui ?

Un jou, not’ maire li dit :

- Père ALCIDE, j’me sens tout d’un coup emmaladi, faudrait qu’ t’ailles à ma place et d’ma part dire à la D’SIRÉE que s’n homme vient d’aveir un accident au passag’ à niviau d’LISIEUX, l’train a bruché dans sa carriole, no l’a quérié à l’hôpita et faut li couper les deux jambes ; mais seurtout, dis-li bein adroit’ment, sans la brusquer, j’te fais confiance pour li annoncer en douceur !

Et v’là not’ gard’ champête à la ferme d’la D’SIRÉE pour li dire :

- La D’SIRÉE, t’n homme vient d’aveir un grav’ accident, c’est l’train qu’a brésillé sa carriole… il est môt… mais n’faut point d’évanouiller, j’te disais ça qu’ pou t’préparer à la bonne surprise… i’ n’s’ra qu’cul d’jatte.


Précautions

No prêche souvent sus les sacrées belles-mères.

Y paraît qu’yen érait quéques eun’ d’à peu près bonnes et, comme dit mein n’veu qu’a sein certificat, « c’est l’exception qui confirme la règle ».

Faut r’connaître itout qu’o’ f’raient mieux, bi souvent, de n’pas marier leux filles et d’les gâder par d’vers elles pour pouveir continuer à les c’mander… mais sans enquiquiner l’s autes, les brumans à qui o’ font quéques foués eun’ p’tiot’ gentillesse qu’o’ racontent à tertous, qui leux donne à leux avis tous les droits dans l’ménage… et qu’o’ font payi cher en am’nant la discorde. Aussi, j’creis qu’dans l’ensembe, yen a point biaucoup d’ergrettées par leux bruman.

Comme mein biau-frère qu’était bein servi aveuc sa belle-doche qui voulait tout régenter à la ferme, dans la maison, les péquiots… c’est même elle qu’ag’tait les meubles qui n’yavait pus qu’à payer. O’ critiquait tout c’qui v’nait point d’elle.

Pour essayi de t’ni la paix dans sein ménage et co… no peut dire qu’i’ n’ na supporté des vertes et des point mûres, d’autant pus qu’ sa bourgeoèse s’mettait bi souvent du côté d’sa mère.

Aussi créy’-’ous qu’i’ n’eut point envie d’mouiller sein moucheux d’pouquette quant’ sa belle-mère passit l’pas.

L’gâs des Pompes Funèbes vint l’veir à la ferme aveuc un air pleureux d’circonstance, li présentit ses condoléances et fit ses off’ d’service :

- Faut-i’ l’embaumer et après l’enterrer ou l’incinérer !

- Oh ! Qu’fit mein biau-frère pourtant près d’ses sous, je n’veux point prend’ de risques, faites les troués sans r’gâder à la dépense.


Promis

Un gros propriétaire d’par-là-long avait eun’ fill’ unique d’sein espèce, hureus’ment vu l’portrait.

Ol’ tait bigleuse, hottue, aveuc la goule d’traviole et déjà d’la moustache et aveuc ça terjous à roumionner comm’ eun’ catte enamourée.

Sein pé veyant qu’o’ n’trouvait point cauchure à sein pied qui commençait à li jauni, malgré qu’o’ sait bein attrousselée et aveuc d’belles espérances à v’ni, circonvint sein veisin, un vieux gâs affenteux d’filles, pas bi courageux, qu’avait mâqué et seurtout bu sein bien… et qu’la fille lorgnait itout à en perd’ l’dormi et l’mangé.

L’pé fit v’ni l’gâs pour eun’ commichion d’chien et am’na la conversation sus la chose en question :

- Qui qu’tu d’viens ? Faudrait t’faire eun’ fin, t’ag’ter eun’ conduite et t’conjointer. Tiens, i’ t’faudrait eun’ bonne fille comme la mieune, travailleuse, allant’ à s’n ouvrage… et bi attrousselée c’qui n’gâte rein.

- Bein oui, vous avez raison ; ça m’déplairait point si o’ veut d’mei.

- Mais oui, mein gâs, no va gencer l’affaire, mais faut m’promette qu’après tu vas t’ag’ter eun’ conduite.

- Ça vous pouvez compter sur mei, j’vous promets qu’eun’ foués marié, je n’f’rai pus d’aut’ bêtise ! –


Purgatoire

Par cheux nous, nos aime bi en raconter des gaudrioles dans l’s assemblées, les réugnions… just’ un miot, mais sans méchanc’tise sus nos braves curés, mais seurtout sus les belles-mères, les cornards, les pauvres mariés, comme c’té-là qu’j’ons ouïe bi des foués.

Un brave gâs du coin qui v’nait d’mouri montit au ciel et tout roupiou s’ertrouvit d’vant Saint-PIERRE, au porta du Paradis. Il avait bein quéques péchés qui li restaient sus la conscience… enfin pas grand d’qué.

Mais no n’sait jamais surtout que l’Saint-PIERRE avait putôt l’air renfrogni, élugi, forcément en c’temps d’grippe, i’ d’vait aveir biaucoup d’travail !

Yavait juste un gâs à passer d’vant not’ ami et l’saint li disait :

- Ah c’est vous l’Jacques ! J’veis dans mein grand live : pas mauvais gâs, marié eun’ foués, belle-mère cheux li ; vous avez donc fait vot’ purgatoire sus terre… entrez directement au Paradis.

- Et vous l’sieuvant, qui êtes-vous ?

- Mei, j’sis l’GEORGES, j’n’ons point pus d’péchés qu’li et j’ons été marié deux foués.

- R’culez, après eun’ foués, vous n’aviez point co compris… L’Paradis n’est point fait pou l’s imbéciles !


Que d’erjus !

Quand deux, troués bonnes commères s’ertrouv’ ensembe, c’est bi rare si o n’ conversationnent pas bitôt sus leux misères, leux maladies, celles d’leux gnias qu’ont eu l’Mal de Saint, l’chap’let, l’carreau, le rougeule, l’grand qu’avait eu un sang mêlé et un résypèle et sa sœu un chaud-freid pis une pénémonie aveuc défluxion, l’jumeau qu’à la cliche quant’ sein frère est bouché… et les rheumes aveuc tousse suivis d’échauffaison… toute la famille y est passée… et s’n homme aveuc ses rhumatisses, ses hémoroïtes, l’biau-frère qu’a eu les auripiaux, tourniole, paralésie…

Et faut l’s entende… o’ connaissent tout’ la pharmac’rie mieux qu’un vieul’ apothicaire : saignée, cataplasse, emplâte, vésicatouère… tout’ les med’chimes qui s’engoulent par l’haut ou l’bas… et peuvent vous renseigner sur tous les toucheux et r’bouteux loin à la ronde.

Mais faut terjous qu’ça seit la mère BELMICHE qui conclusionne, elle qu’a eu tous les erjus et soit-disant manqué d’mouri plusieurs foués.

- Mais d’toutes ces dépéritions, l’pus grave c’est co la typhéide, nos en meurt ou reste idiot, j’en sais d’qué pisqué j’l’ons eue étant gosse !


Rein qu’ des gâs

Ya quéques années, quant’ no d’veit choisi un p’tiot nom pour nos péquiots, no l’tait obligi par la loué d’choisi dans calendrier, des noms d’saints.

Maint’nant c’est comme no veut et no veit des SERWAN, ALLISON, HAILLICHAR, AYNERICH, NAVIN, LEDIC, CYNTHIA, ELIF, JETHSON… et j’en pass’ et des meilleurs. Pus d’ridicule et tu peux les bénommer comme tu veux.

Dans l’coin, un brave homme n’avait qu’des gâs alôs qu’il érait bein voulu eun’ fille pour ainder la mé… encore eun’ septième pignoche, d’qué s’décourager et, aveuc sa bourgeouèse, i’s d’cidirent que c’dergnier s’appell’rait FIN et d’monter l’moul’ au guernier.

Mais j’sais point si c’est à la suite d’un r’tour d’fouère ou d’la fête au village, v’là qu’la patronne attrapit co l’gros ventre.

Falleit l’entendre VIPER… mais c’quétait fait l’était bein… et i’s espèrèrent eun’ fille pou c’coup-là.

Malheu ! C’fut co un gâs qu’fallut bein déclarer en mairie… mais qué nom li donner après sein frère qu’nos avait bénommé FIN.

Et c’est comme ça qu’dans la commeune, nos érait un jatil p’tiot POST-SCRIPTUM.


R’mariage

Ya pas bi longtemps, un faisant-valeir du coin prit un chaud-freid, li qu’avait déjà l’fouée racorni resta d’meuré quéques s’maines, veyait bein qu’i’ s’n allait pas mieux et s’sentait partir.

Faut dire qu’avant, i’ l’vait souvent l’coude, mais r’genté par sa ménagière qu’avait l’croc dû et qu’était terjous derrière li à l’haricoter et aveuc sa belle-mère terjous à la maison, eun’ sacrée méchante femme c’qui n’arrangeait rein, il avait bi d’s excuses.

S’veyant fichu, i’ dit à sa femme qu’était en pleurnich’ries, mais un peu târd.

- Après mei, faudra t’ermarier car tu n’pourras pas rester seule, ya biaucoup d’travail à la ferme et y faut un homme.

- P’têt bein, mais aveuc qui ?

- J’ons pensé à THEO, nôt veisin qu’est vieux gâs et qu’ses terres bordaillent les nôtres ; il est co travailleux et pas maladreit.

- Comment l’THÉO ? Mais c’est tein pir’ enn’mi, vous étiez terjous en fâch’ries et en procès et tu disais qu’faudra qu’tu l’bais’ un jou’.

- C’est bein pour ça que j’voudrais tu t’erconjointes aveuc li, ta mère terjous à la maison.


R’pilatouère

M’selle LÉOCADIE, eun’ vieulle fille du bourg qui commence à avei les pieds jaunes comme biaucoup d’celles-là, a r’porté s’n amour maternel en souffrance d’s effants qu’o n’a pas eu, sus un p’tiot chien tout enrubanné et pal’tonné, mais qui, comm’ elle, commence à être cagneux, décati et racromachi… c’qui fait bein deul à sa « P’tit maîtresse » comme o’ s’dit.

L’autr’jou, o’ s’n allit cheux l’phromacien qu’cri « eun’ lotion pour son ZIZI qui perd ses poils vu s’n âge, d’qué d’doux et qui sente bon ».

No li baillit eun’ boutelle de c’qué d’mande en li explicationnant « aveuc cinq volumes d’iau pour éviter d’l’essaver ».

O’ payit et comm’ o’ sortait, l’apothicaire li dit dans l’creux d’l’orelle :

- Mais surtout pas d’bicyclette pendant un moués.


R’semblant

J’ouï souveint des MARIE-BON-BEC qui m’font bein riochiner quand o trouvent terjous des r’semblanch’ es péquiots. A peine sont-i’s nés qu’é leux veyent l’nez du pé, l’bas d’la goule d’la mé et l’haut d’l’arrière-grand mé.

O’ n’parlent jamais du facteux ou du veisin !!

J’creis qu’é sont comme mei, n’y veyent goutte et n’bacoittent qu’pou faire plaisi es geins.

L’aut’ jou, un voyageux marchand d’vin de s’n état s’présentit dans eun’ ferme lanreit, avisit d’vant la porte la patronne qui brandouillait un ber pour ensomeiller un qu’naillon qu’était couchi d’dans et, pou s’faire bein veir, not grand badiagoule d’dire au patron :

- Ah ! L’joli effant ! C’est rare d’en veir d’si bein cœuru, si fôt pou s’n’ âge, qu’il est-i biau ! No n’peut point dire qu’i’ n’a rein d’la patronne… mai i’ r’sembe surtout à sein pé : même front, même nez… et l’s us, c’est-y frappant : c’ti-là vous n’pouvez point le r’nier, c’est votr’ portrait tout craché !

Mais la patronne r’gâdait notr’ voyageux du coin, en faisant putôt la goule et li r’torquit :

- Ouais, c’est l’effant d’n’ot p’tiot’ servante !

A c’qui paraît, i’ n’a point vendu d’sin pinard dans c’té maison ; ça va p’têt li apprend’ à t’ni sa langue et taire sa goule, et à n’point trop agioter les geins pour essayi de s’faire bein veir et d’placher sa beichon.


Sacrées belles-mères

Par ichin, comme seûr’ment partout no raconte des histouères d’belles-mères.

Eh oui ! Et comme dit la chanson, yen érait d’bonnes, mais si peu… si peu…

Vrai qu’é’s ont bi souvent l’croc dû, la liquoire v’nimeuse et veulent terjous tout régenter : l’bruman, les qu’nailles…

O veulent bein conjointer leux filles mais tout en les gardant sous leux coupe.

Avant l’mariage, tout est biau, tout va bien, mais c’est après qu’ça s’gâte !

Deux frères langagiaient bi gentiment ensemble : l’pus jeune prêt à s’marier vantait co sa belle-mère et d’maindait à sein aîné qu’a d’l’expérienche en l’affaire :

- Comment faudra-t-y que j’l’appelle : belle-maman, maman, belle-mère ?

- N’te casse point la heune, t’éras point bésoin d’l’app’ler, o’ rappliqu’ra bein toute seule… et bein pus souvent qu’tu voudras !


Sans défauts

J’avons un bon veisin d’faisant-valeir, un brave homme qui va bitôt faire ses trent’-troués ans et est terjous vieux gâs, pourtant, il est bi allant à s’n ouvrage, a pas mal d’vergies au solei aveuc eun’fiée d’aumailles.

No l’veit souvent et no l’digonne sus sein « célibat », mais i’s’rait co difficile et n’voudrait qu’eun’femme bi qualiteuse. J’lis dis :

- Hât’tei si tu veux fini par t’conjointer, c’n’est tout d’même point les fill’à marier qui manquent dans l’coin… tiens c’té-là à Maîtr’Arsène, ol’est brave, d’eun’honnêt’té immatriculée, bi av’nante, dodue et à main et, c’qui n’gâte rien, bell’ment attrouss’lée par ses geins et aveuc co d’s espérances étant fill’unique.

Mais o’commenc’itout à prendr’ d’l’âge et n’attends point d’trop si tu veux qu’é t’fasse co bon usage… et les femmes, c’n est point comme la goutte, ça n’se rabonit point en prenant d’l’âge, ça s’rait p’têt putôt l’contraire.

Comm’il a bein fianche en mei, un jour i’m’dit :

- J’avons bein pensé à la fill’à Maîtr’Arsène dont tu m’as causé… et j’li en ai dit un mot à la Julie… mais rein à faire… O’pense comme mei, et cherche itout l’homme idéal, sans ohins… alôs… !


Séparation

Faut vraiment vive dans les ménages pour bi saveir c’qui s’y passe.

No fut quant’même surpris d’apprendre que Maîtr’Alcide et s’n épouse voulaient s’déconjointer.

Qui qu’érait raison ? Mei, j’n’sais rein : i’s’rait co un brin avaricieux et quant à elle, no dit qu’o s’rait bi dégagée du fourquet. Enfin paraît c’qu’c’est elle qui d’mand’à r’tourner cheux sa mère, co eun’vieulle de c’que j’pense qu’a dû rein faire pour gencer l’s affaires du ménage.

Faut saveir itout qu’les femmes n’ont jamais tort et qu’celle à l’Alcide raconte partout :

- J’me d’mande co comment qu’j’ai pu faire pour m’apparier aveuc l’Alcide qu’est réell’ment point malin et qu’tout l’monde s’fout d’li et l’traite « d’vieux cornard ». Si vous créyez qu’c’est plaisant pour eun’femme honnête comme mei d’ouïr ça tous les jous !


Si peu !

Maîtr’Pierre, propriétaire bi argentu d’la grand’ferme du P’tit Mesnil n’avait qu’eun’fille, donc bi unique, eun’ belle créyature bien en chai, fessue et nichonnée à souhait, qui flûtait la santé par tout les bouts… mais ol’ avait un peu jouassi et était en train d’bi faire sans l’consent’ment du maire ni du curé.

Ol’ érait anticipé et le r’nârd s’rait dans l’terrier, mais personne n’savait d’aveuc qui, probabel’ment d’un trousseux d’jupons déjà conjointé et qui n’pouvait pas rapsôder les dégâts.

Aussi sein pé, pensant à l’honneur d’la famille et à l’av’ni, prit sein grand valet, un gâs bi sérieux et veillatif, à part pou li proposer la fille et l’gnias à viendre, li faisant veir l’av’ni en rose : li donnant eun’femme bi attrousselée, la ferme d’à-côté aveuc tous l’s avéras et tout l’besoin pressant… et pus tard, la ferme du P’tit Mesnil… et tout et tout. Mais fallait faire vit’ment à cause des médisieux.

Mais l’gâs barguignait, targinait dû, qu’la Rose était déjà bi greffée… qu’ses gnias, i’ voudrait bi les faire li-même…

A la fin, Mait’Pierre, d’li dire pou l’décider :

- Ouais, i’ s’peut qu’é seit enceintée, mais si peu qu’ça vaut vraiment pas la peine d’en causer.


Souvenirs

J’ons eun’ bonne vieulle d’veisine, à moiquié d’meurée, qui n’quitte point sein fauteul mais qui lit co aveuc ses caliborguettes et dont l’pus grand plaisi est d’parcouri sein journa.

Dès l’matin ol’ espère et guette l’facteux, aussitôt o’ dévore sein quotidien : les nouvelles d’cheux nous, des commeunes lanreit, du Pays d’Auge, d’pus loin… pis r’commence d’la permièr’ à la dergnière ligne : les p’tiot’s annonces, les vendues, l’temps qui f’ra p’têt’, l’huroscope… tout y passe mais j’sis bein sûr qu’cinq minutes après, o’ s’rappelle dé rein. Enfin o’ s’occupe !

L’aut’jou, sein p’tiot fis la surprint alòs qu’ o’souriait en aguettant l’s annonces matrimogniales.

- Qué qu’ tu lis grand-mère ? C’n est pus d’ton âge ; ça va t’donner des idées…

- Mais dis donc, j’ons co bein l’dreit d’rêver et d’touiller mes quêques bons souv’nis d’aut’fouès.


Souviens-tei !

Ya quant’même des geins qu’ont d’bein drôles d’idées, comme mein cousin issu d’germain qui, jeune marié et en riant, s’était promis aveuc sa Justine, d’ramasser un haricot chaque fouès qu’i’ tromprait l’autr’ conjoint.

Et un jou, d’v’nus bi vieux et pus près du grand trou qu’du p’tit, li s’ravisit d’leux folle promesse… mais i’s furent bi surpris d’veir qu’ils l’avaient t’nue tous deux.

Mein cousin sortit trouès haricots d’sein portemonnaie et elle trouès itout d’eune grand’soupière.

- Bein tu veis, ma pauvre vieulle, j’sommes à égalité et n’y a rein à r’dire.

- Ouais, enfin pas tout à fait. As-tu souv’nance qu’ pendant l’occupation qu’no manquait d’itout… que j’t’avais régalé en t’en faisant deux, troués bonnes castrolées à la crème, comme tu les aimes si bein ?


Tabagie

Anieut, les jeunes gâs sembent pressés d’prend’ des années, aiment bein s’bailler des allures d’hommes, s’rasent tôt pou qu’ça r’pousse pus vite, s’mettent à pétuner la cigarette d’bonn’heure même si ça n’ les agoute brin pou s’donner des airs importants, d’mossieu…

C’est l’cas d’mein n’veu qu’ j’avions surpris à douz’ans, derrière eun barge, tirant es r’nâds la cigarett’ à la main, mais il arrivit à happer c’té mauvais’ habitude d’fumer et n’peut pus s’en passer, le v’là qui fume sitôt à table et alleume mêm’ eun’ cigarette l’seir en s’juquant.

I’ vient d’sorti du régiment et dergnièr’ment i’trouvit du travail à la ville et prit eun’ chambe cheux eun’veuve.

Je l’rencontris l’aut’esmaine et i’ m’dit êtr’ bi ennuyé pac’ qu’o n’veut point qu’i fum’au lit.

- Ol’ a raison d’avei peux qu’tu mett’ l’feu es draps.

- Mais c’ n’est point pour ça, mais ol’ est faib’ du gosier et la fumée li baille la tousse.


Un biau gâs

Qui qu’ peut yavei co d’meilleux pour un tout péquiot qu’sa mé… si c’n’est sa bonne grand-mé, qu’ça seit pou l’berdancer dans sein ber, s’en occuper, s’pâmer d’admiration… ?

Pour elle, sein p’tiot est l’pus biau, l’pus quéru, l’pus dégouginé et l’pus tôt dentu, pou s’teni, pou marcher.

J’en connaissons eun’ de mère-grand du coin qu’avait déjà el’vé pas mal d’effants, bi vieulle maint’nant, la vue basse et qui li béluette. Dergnièrement ol’ assistit co es couches d’eun’ de ses brus et la mère d’li d’mander aussitôt :

- Qui qu’ c’est, un gâs ou eun’ grarcette ?

Et la vieille d’mettre ses caliborgnettes sus sein nez, de s’pencher, de r’luquer d’près, d’essuyer ses bésicles à cause d’l’émotion, d’ s’erpencher et d’dire :

- Bein, si j’ons bonn’ souv’nance, ça s’rait co bein un biau gâs !


Un gros chagrin

Cheux nous y’a des pauvr’géins qui creyent dû au malfait,
Qui à longueur de jou trim’, s’us’ à la besogne,
Qui tir’ la queue du giab’ et dans’ devant l’buffet.
Mais yen a d’autr’itout qui geignass’ sans vergogne :
A eux tout’ les misér’, n’y a point pus malhureux,
Tout comm’ la mèr’ Belmich’, c’té-là qu’est ma veisine :
c’est s’n homme qui s’sent pas bein, sein gnias qu’o’creit fièvreux,
Eun’ vaqu’ qui s’rait aphteus’ ou ell’ qui prend l’med’cine.
Tout’ les s’main’ o fait v’ni l’véto ou bein l’med’cin.
L’ sam’di au chef-yeu, o’court les phramacies
Pour qu’cri suppositouèr’, Sirop Truc ou Machin,
Drogu’, lav’ment, cataplass’, d’qué pou l’épilepsie…
Jamais no n’peut savei si c’est pou soigner l’viau
Un d’ses troués gnias, le ch’va ou bein sein pauvr’bonhomme…
Faut vous dir’ qu’ma veisin’ qui jus’ des lacrymiaux
Pour un oui, pour un non, l’aut’jou cheux l’Père Duhomme,
Prêchait sus ses apos, ses ennuis, ses malheurs,
En s’torchant les deux us, en faisant des geign’ries :
« Et oui mon bon ami, comprénez ma douleur,
J’avons mangé d’s ergents en apothicair’ries
Fait tout c’que no pouvait, li payer tous les soins
Malheureus’ment pou rein… J’me sens tout’esseulée
La maison est bein vid’ et du courag’ j’n’ai point.
J’sis comm’ un « ân’ en pein’ » pour terjous endeuillée ;
D’vant c’té fatalité, no n’ peut qu’se révolter
Aussi créyez qu’à c’heu, je n’tiens pus à la vie ».
- J’vous veis en pleurs c’est y qu’ votr’homm’ est défuncté ?
- Nenni, c’est point l’Albert, c’est ma vaqu’ qu’est périe.


Un miot d’plaisi !

Anieut, faut viv’ aveuc l’progrès, comme dit terjous un d’mes bons amis, paisan comm’ mei, d’eun’ p’tiot commeune lanreit, aussi i’ s’intéress’ à l’amélioration (comm’ i’ dit) d’sein troupiau d’vaques toutes belles normandes, et i’ s’est abonné cheux un inséminateux d’ Lisieux pour avei « d’la s’mence de chouéx »… et i’ l’d’mandit ya quéque temps pour s’ringuer La Rougeaude pou qu’é li fass’ un biau viau. C’ti-là, l’inséminateux pas l’viau, s’am’nit bi vite pis s’rendit à l’étabe aveuc tout s’n attirail pou b’sogner c’té pauvre bête. Comme i’connaissait bein s’n affaire, La Rougeaude s’laissit faire sans broncher.

Faut que j’vous dise qu’la maîtresse d’la maison r’gardait ça pou la permière foués et qu’pour elle « c’t’ opération n’tait point naturelle, qu’ça n’li disait rein ! »

Après qu’ l’inséminateux fut r’parti, o dit à s’n homme :

- Dis l’Ugene, tei t’es pou l’progrès, mei j’veux bein mais j’préfère co l’ancienne façon d’faire… et comme deux précautions valent mieux qu’eun’, j’sis d’avis de m’ner la Rougeaude au toret d’tein biau-frère.

Et ol’ a ajouté, l’œil à moiquié enamouré :

- D’autant pus que c’té pauvre vaque s’est laissé faire sans harmonner… pou la récompenser, no peut bein li bailler un miot d’plaisi !


Vacanches

Deux filles nées natives d’ not’ p’tiot’ commeune qu’ avaient grandi ensembe, partagé leux joueries, été à l’école dans la même classe, fait leux commugnion terjous inséparabes… se sont trouvées décarpillées par la vie, toutes deux conjoinctées, mais eun’ restée par ichi et l’autr’ partie à la grand ville d’pis quéques années.

C’té là r’vient quéqu’ foués par cheux nous, passer quéques jous d’vacanches aveuc ses péquiots cheux un sien cousin et dergnièr’ment o’ rencontrit sa copine d’effanse.

- Quéqu’ tu d’viens ? Mei j’sis sus eun’ ferme, mariée aveuc l’fils à la mère Proserpine et j’ons deux gnias d’six et huit ans. Et tei ?

- Mei, j’ai deux effants itout, m’n homme travaille dans l’pétrole, dans les pays caôts et n’ervient cheux nous en congé, qu’un mouès par an.

- Eh bein ! qué vie ? Ça deit t’sembler long ?

- C’est eun’ habitude, mais tu sais, un mouès ça passe co vit’ment.


Vacances r’posantes

Ah qu’nos y pens’ à ces sacrées vacances r’posantes tout au long d’ces foutus et longs moués à b’sogner !

Aussi nos en faisons bein des projets aveuc Melie… Au dergnier momeint, o pare les valises aveuc les gnias, mei j’fais r’viser la querette cheux l’garagisse… et ça y est, no v’là partis sus les routes, bein encadrés pa l’s aut’ à n’rein veir alentour… et à nous l’s encombrements, les bouchons, les blocages es frontières pac’que j’allons en Espagne !!

J’sais bein que j’peux point souffri la chaleu, qu’Mélie houine terjous apreus sein bifteck frites, qu’ les gnias n’aiment point leux cuisaine, qu’ je n’comprends point leux patoués, qu’j’aime point tous leux étalages d’chai sus les plages… enfin quéqu’ voul’-ous, l’Espagne c’est la mode, faut bein faire comme tout l’monde, faire bisquer la famille et les veisins aveuc des cartes postales d’là-bas… et ça fait du bien de s’dépayser » comme dit Mélie ; enfin presque pac’ que là-bas ya tell’ment d’geins qu’nos en r’trouve du pays, même des veisins, et comme no r’çeit l’EVEIL, no peut co d’viser des nouvelles d’cheux nous.

Et pis nous faut r’veni aveuc les bouchons, les bousculades… et du mâ pour conduire aveuc des coups d’solei sus l’s épaules et j’rarrivons à la ferme bi énervés, courbattus, élugis, moulus, rendus et j’en avons bein pour troués s’maines à nous r’mettre.

Mais enfin, comme dit Mélie, un mouès d’erpos au solei ça r’quinque les travailleux !


Vant’ries !

C’est es collachions qui suivent les parties d’cache qu’nos ouï les pus belles ment’ries – Comme no dit : « Cacheux et Péqueux ça fait deux biaux menteux ! ».

C’est bi là, eun’ fouès qu’i’s ont un peu bu qu’nos entend les pus belles vant’ries, i’s en ont-i’s fait des dégâts, pris des fiées d’peisson, abattu d’oisias, occis d’yèves.

Un jou, no s’ertrouvit eun’ bande d’cacheux aveuc l’Alcide, un grand flabin, roi des piaffeux qui nous clapotait tous ses exploits… toutes les bonnes femmes li tombaient dans les bras. Ah ! c’qu’il en avait fait d’cornards à c’qu’i disait !!

S’n épouse l’entendit d’la cieusaine et o’groncha entre bas et haut.

- Il a bein d’la veine d’en aveir fait tant qu’ça, mei j’ons pourtant fait d’mein mieux et j’ n’ons réussi qu’à en fair’ qu’un, d’cornard !


Yen érait d’bonnes !

Ya biaucoup d’mauvais gâs qui n’aim’ point leux bell-mères,
Qui leux baill’ d’vilains noms : d’garcett’ ou bein d’chameau,
De chouett’ ou co d’harpie quand c’n’est point d’vieux trumeau
I’s envient l’pèr’ Adam car Ev’ n’avait point d’mère.
Seur’ment qu’yen a des bonn’ ! N’faut point en dir’ du mâ !

No dit qu’dans l’pays d’Aug’, yen a d’autoritaires
Qui veul’ tout commander, régenter cheux l’bruman ;
Qui mont’ la têt’ es femm’, « Ecout’ ta p’tit’ maman ! ».
Les gendr’, tous des bons gâs, n’peut’ que les laisser braire !
N’yérait pas biaucoup d’bonn’… n’faut point en dir’ du mâ !

J’veux creir’ qu’ dans tout l’pays, quéqu’s eun’ s’raient moins
mauvaises,
Pas trop briseus d’ménag’, ni trop monteus’ de coup,
Pas trop mèr’ abusiv’ qui veul’ t’ni par l’licou
Fill’, bruman et souvent co cheux eux vivr’ à s’naise.
No dit qu’yen a peu d’bonn’, mais j’n’en dis pas trop d’mâ !

Sus tout’ c’té putain d’terr, qu’o seyent neir’, blanch’, d’tout’ races,
Tout’ éraient d’gros défauts à c’que dis’ les pauvr’ gâs,
Et par leux méchanc’tés f’raient tout’ autant d’dégâts.
Aussi nos trach’ les bonn’… mais n’en démuch’ point d’traces
Y deit quant’ mêm’ n’ n’aveir, n’en disons point trop d’mâ !

Les gendr’américains et ceuss-là d’la Russie
N’n’éraient point d’bonn’ itout, et aveuc leux engins
Vont veir sus l’s autr’ planèt’ ; i’s trach’ mais terjous rein
Rein sur Vénus, Saturn’… Rest’ co d’autr’ galaxies,
Aussi nos espèr’co… J’veux point en dir’ du mâ !



PETIT LEXIQUE

~~o~~

                              

Abouter : financer, payer                   
Acertainer : affirmer, assurer                   
Adiver : égarer                           
Adviner : deviner                       
Agioter : bavarder                       
Angarier : gêner, embarrasser                   
Apparier : appareiller, mettre semblable ensemble       
Arjus-Erjus : tourments, ennuis                   
Arodiver : ennuyer, tourmenter
Aruner : arranger                               
Attrousseler : doter

B       

Bailler : donner                                   
Badiagoule : bavard, intarissable
Barguigner : marchander                   
Baudour : joie, réjouissance, festin               
Batouser : laver linge avec battoir               
Bordailler : voisin immédiat, en bordure
Braies, Braques : culotte, pantalon                       
Brœ d’cœu : salive
Bruman : gendre, nouveau marié               
                                       
C
                       
Caliborgnettes : lunettes                   
Co : encore
Conjointer : Marier
                        
D
                       
Décarpiller : séparer                               
Défluber : ôter vêtement, chapeau
Défuncter : mourir                       
Déganner : contrefaire, imiter                   
Dégouginé : dégourdi, déluré
Déhourder : nettoyer, enlever boue                       
Déjuquer : sortir du lit
Démucher : trouver, retirer de sa cachette           
Déréner : raconter       
Do, aveuc : avec                       
                                       
E

Ebaubi : ahuri
Eberluquié : ébloui, étonné, surpris
Eberluquiné : ébloui, étonné, surpris
Ebrais : cris perçants
Elinter : choisir
Elugir, endéver : ennuyer, tracasser
Enhanner : être essoufflé
Erlevée : après-midi

F

Flabin : hypocrite, menteur
Flouer : tromper, voler

G

Gencer : agencer, arranger
Gimer : pleurnicher
Grousser : marmoner, gronder

H

Haler : tirer, déplacer
Harmoner : s’agiter, gronder
Héré : hargneux, mécontent
Heune : tête
Hourder : salir, souiller

J

Juquer : jucher, dormir, passer la nuit

L

Lanreit, lendreit : là, à cet endroit
Locher : secouer

M

Maignie : famille, serviteurs, personnes qui
demeurent dans la maison
Marcher d’vanon : en va et vient
Mitan : milieu
Moulus : repus, brisés de fatigue
Mucher : cacher

O

Ohin : défaut
Oriner, ouïr : écouter

P

Pétuner : fumer du tabac
Pilauder : marcher sur
Pleiger : protéger, défendre
Pucher : puiser la lessive dans baquet avec pucheux

Q

Qu’cri : quérir, chercher
Qu’nailles : bambin

R

Racramochi : ratatiné
Ramouch’ler : remettre en tas
Randonner : ranger, préparer
Rappréchi (s’) : se rappeler
Rapsôder : raccommoder
R’bouquer : être rassasié
R’quinquer, r’chaimper : se rétablir, se remonter
Rétorquer : répondre
Riocher, riochiner : rire à moitié

S

Semoner : inviter

T

Targiner : hésiter
Touiller : remuer, tourner, souiller
Tracher : chercher

V

Viper : crier
Veillatif : vigilant


retour
table des auteurs et des anonymes