ÉNAULT, François (1869-1918) :  La graisse à baté (1899)
Saisie du texte : M. Le Bas pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (20.II.2015)
Version avec orthographe actualisée : Rémi Pézeril
Adresse : Médiathèque intercommunale André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@lintercom.fr, [Olivier Bogros] obogros@lintercom.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Fichier sonTexte établi sur un exemplaire des Propos de Jean Frinot (coll. part.) dans l'édition donnée à Coutances en 1948 par P. Bellée. Parution initale dans le Bouais-jan de janvier 1899. Merci à Michel Le Bas pour la saisie du texte et à Rémi Pézeril pour la version 2015 et sa lecture.

La graisse à baté

par
François Enault

~*~


Version 1948

Version 2015 - Orthographe actualisée
Je n’le dis pas à tout l’monde, mais j’crais bi que j’vais hériter bin’acoup. Vère, m’n’oncle Loustalot, de Crianches, se meurt du rfré qu’il a attrapé y a trente-chinq ans dans l’port de Grinville.

Sa maladie a traîné, traîné, mais viyous-bi, faut pas mains qui vine un bouon coup, ch’est-y pas vrai ? Le merchin l’a condamné hier au sé !

Il n’a pas attrapé san ma coume tout l’monde, m’n oncle Loustalot, et ch’est bi d’sa faôte s’il est dans de si mauvais draps au jour d’angni.

Faut vos dire qu’il a tréjous été un p’tit brin gniot, et tréjous prêt à écouter les mauvais conseilleux. Ch’est pourqui, un jou qu’y iétait resté deux douzaines de melons au marchi de Bréha, y les r’chergit sus s’n’âne (car y n’était pas assez riche por avé un’ méringote) et y décidit en li-même de pousser jusqu’à Grinville pou les venre !

Qui qui n’fut pé de c’t’avis-là, ch’est l’âne qu’était d’jà venun à pi de Crianches en deux jours, et qui n’avait ri goûté de la journée.

Oucin, le pouor ministre fit toute la route à petits pas, en secouant les orelles et en allant bûtter du nez dans toutes les barrires qu’il veyait à drète et à gaôche de la grind route.

Si m’n’oncle n’avait pas z’eu san bâton d’meslier bi sué dans la qu’minée et vernin sous I’fumi d’brebis, janmais y n’seraient débarquis à Grinville.

Quand il arrivit su l’port aveu s’n’âne, il le laissit butter un miot pour guetti des matelots qui gaudronnaient yeux baté. Et, coume ill’tait cuyeux d’excès, il voulut savé c’qu’y faisaient.


- Qué qu’vos faites, mocha ? qui yeux dit.

- J’calfatons not’ baté pour qu’y marche mus sûs la mé !

- Ah ! mocha, cha l’fait mus marchi de l’trouilli d’tous bords aveu c’te sal’té qui bout dans vot’marmite ?

- Si no n’y en mettait pas, dit yun des calfats, l’baté n’voudrait jamais démarrer du quai !

- Eh bi, qu’répounit m’n’oncle, si vot’ merchinne n’coûte pé trop chi, vous seriez bi n’aimable d’en barbouilli m’n’âne qui devît feignant. J’iécorche la croupe à coups de bâton pour le faire s’mouver, et ch’est à peine si bouge !

- Tis, mon bouonhomme, j’vas yen donner un’cuilli-à potée pour ri, et cha li fera pus d’effet qu’un vométique de pipe-à-péca de dix sous qu’t’acheterais tchu l’apothicaire !

M’n’oncle, coume de juste, profitit bi vite de l’occasion ; mais quand l’âne sentit la piaque de goudron bouillant li coller és fesses, y partit à raide pid de galop, la coue en trompette par les rues de Grinville, en cahotant et triboulant ses melons de tribord et de bâbord.


Mais dème, Loustalot fut bi gêné de l’vais parti d’çu train !

- Comment que j’vas l’rattraper ? qu’y s’écriit :

Pis y s’ravisit et y dit aux calfats, qui riaient à en écaler yeux braies :

- Mocha, garçons, au lieu de rire de man malheux, vous devriez avé pitié de mé et me graissi le bas du dos aveu de la graisse à baté pour me donner l’pas d’âne ; j’rattrap’rais mon bourri !

V’la qui s’met en position !

Le calfat attrapit sa cuilli à pot et v’lan, mais mon pour bouonhomme d’oncle s’était tourné du côté de la mé au lieu de mett’ son nez du côté d’la ville. Cha fait que quand y partit coumme s’n’âne, subito presto, y saôtit dans l’bassin, où qu’il attrapit son ar’fred !

Vère, et un ar’fred qui le jetit à l’hôpital de Grinville, où qu’il en s’rait mort bi seur, si la merchine des calfats qu’il avait prinse avant san bain n’avait enco z’eu san effet après. Dème, y faut bi qu’cha sai quéru pour faire marchi les batés ! mais ded’pis çu jou-là, m’n’oncle n’a jamais reveu sa belle heure. C’que ch’est que d’nous tout d’même !
Je n’le dis pas à tout l’monde, mais j’creis bi que j’vais hériter byin à-coup. Veire, m’n ounclle Loustalot, de Criyainches, se meurt du r’freid qu’il a attrapé y a trente-chinq ans dains l’port de Grainville.

Sa maladie a traîné, traîné, mais viyous-bi, fâot pas mens qu’i vyine un bouon coup, ch’est-y pas vrai ? Le merchin l’a condamné hier oû sei !

Il a pas attrapé sen ma coume tout l’monde, m’n oncle Loustalot, et ch’est bi d’sa faôte s’il est dains de si mâovais draps oû jour d’annyi.

Fâot vos dire qu’il a tréjous été un p’tit brin nio, et tréjous prêt à écouter les mâovais counseilleus. Ch’est pourqui, eun jou qu’i  yétait resté déeus douzannes dé melons oû marchi de Bréha, i les r’chergit sus s’n âne (car il était pas assez riche por avei eune méringote) et i décidit en li-même de pousser jusqu’à Grainville pou les venre !

Qui qui n’fut pé de c’t avis-là, ch’est l’âne qu’était d’jà venun à pid de Criyainches en déeus jours, et qui n’avait ri goûté de la journée.

Oûssin, le pouore ministre fit toute la route à petits pas, en sécouaint les orèles et en allaint butter du naez dains toutes les barrires qu’i veyait à dreite et à gâoche de la graind route.

Si m’n ounclle avait pas-z-eu sen bâton d’meslier bi sué dains la qu’minée et vernin sous l’fumi d’brébis, janmais i n’seraient débarquis à Grainville.

Quaind il arrivit sus l’port aveu s’n  âne, i le laissit butter eun miot pour guetti des matelots qui gâodrounaient ieus baté. Et, coume il ’tait tchuyeus d’excès, i voulut savei c’qu’i faisaient.

- Qué qu’vo faites, mocha ? qui ieus dit.

- J’calfatouns note baté pour qu’i marche mus sus la mé !

- Ah ! mocha, cha l’fait muus marchi dé l’trouilli d’tous bords aveu c’té sal’té qui bout dains vote marmite ?

- Si no n’y en mettait pas, dit yeun des calfats, l’baté voudrait janmais démarrer du quai !

- Eh bi, qu’répounit m’n oncle, si vote merchène coûote pé trop chi, vous seriez byin aimablle d’en barbouilli m’n âne qui devyît feignant. J’iécorche la croupe à coups de bâton pour le faire s’mouver, et ch’est à penne s’i bouge !

- Tyins, men bouonhoume, j’vas yen douner eune quilli-à potée pour ri, et cha li fera pus d’effet qu’eun vométique de pipe-à-péca de dyis sous qu’t’achéterais tchu l’apothiquaire !

M’n ounclle, coume dé juste, profitit bi vite dé l’occasion ; mais quaind l’âne sentit la pllaque de goudron bouillaint li coller és fesses, i partit à reide pid de galop, la coue en troumpette pa les rues de Grainville, en cahotaint et triboulaint ses melons de tribord et de bâbord.

Mais dème, Loustalot fut bi gêné de l’veî parti d’çu train !

- Coument qué j’vas l’rattraper ? qu’i s’écriyit :

Pis i s’ravisit et i dit aux calfats, qui riaient à en écaler ieus braies :

- Mocha, garçons, oû lu de rire de men malheus, vous devriez avei pityi de mei et me graissi le bas du dos aveu de la graisse à baté pour me donner l’pas d’âne ; j’rattrap’rais men bourri !

V’là qui s’met en position !

Le calfat attrapit sa quilli à pot et v’lan, mais men poure bouonhoume d’oncle s’était tourné du côté de la mé au lieu de mette sen nez du côté d’la ville. Cha fait que quaind i partit coume s’n âne, subito presto, i saôtit dains l’bassin, yoù qu’il attrapit son arfreid !

Veire, et un arfreid qui lé jetit à l’hôpita de Grainville, iyoù qu’il en s’rait mort bi seur, si la merchène és calfats qu’il avait prinse avant sen ban n’avait enco-z-eu sen effet après. Dème, i fâot bi qu’cha seit quéru pour faire marchi les batés ! mais dé d’pis çu jou-là, m’n ouncle a janmais reveu sa belle heure. C’que ch’est qué d’nous tout d’même !

François ÉNAULT
Bouais-Jan, janvier 1899


retour
table des auteurs et des anonymes