ÉNAULT, François (1869-1918) :  Le vuus môroun (1899)
Saisie du texte : M. Le Bas pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (20.II.2015)
Relecture et correction : Rémi Pézeril
Adresse : Médiathèque intercommunale André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@lintercom.fr, [Olivier Bogros] obogros@lintercom.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Fichier sonTexte établi sur un exemplaire des Propos de Jean Frinot (coll. part.) dans l'édition donnée à Coutances en 1948 par P. Bellée. Parution initale dans le Bouais Jan de janvier 1899. Merci à Michel Le Bas pour la saisie du texte et à Rémi Pézeril pour la version 2015 et sa lecture.

Le vuus môroun
 (La vieille salamandre)

par
François Enault

~*~


Une salle de justice de paix. Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère) est assignée par Mélanie Pitou (qui semble résignée). Le juge de paix, qui n'est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.

Le juge de paix : - Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!... Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !... De quoi vous plaignez-vous ?...
       
 Mélanin (dolente) : - Je m’pllains, Moussieu l’ juge dé paix, qué Catherène m'a crucifiaée d'injures et d’sottises dé d’pis qu'ol a perdeu sen procès d'avé nous !...
        
Le juge de paix (intéressé) : - Alors ce serait de la vengeance ?...

Catherène (indignée) : - N’ l'écoutaez pé, Moussieu l’juge dé paix, n’ l' écoutaez pé ! Ch'est eune criyature qui vous embuure des menteries à démountaer l'ingamo des syins qui n’la counaissent pé !...
       
Le juge de paix (dérouté) : - Hein ? quoi ?... Qu'est-ce qu'elle démonte ?... l'ingamo ?...

Catherène (enhardie) : - Veire, Moussieu l’juge dé paix, les discouers d’ c'té balaindyire-là f’raient batte des caillous et s’capuchi les murâles !... Ch'est le diablle en persoune qui lyi a coppaé le filet et les vipères ount mens d’ pouéson qu'o n’a d’ salive !.. Et si ch'est triste pour nous d'avei eune parèle veisène, vos d’vaez bi le coumprende !...
        
Le juge de paix (avec conviction) : - Je ne comprends rien du tout !... Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
        
Mélanin (résignée) : - Moussieu l’juge dé paix, jé m’pllains tout bounement que Catherène m'ait traitaée coume o m'a traitaée l'âote jou qu’ j'abreuvais mes vaques !... Et coume o m’ traite touos les jouors !... O passera janmais à côtaé de mei sains m’lâqui eune injeure !...
        
Catherène (protestant) : - J'i étaé bi élevaée, ma file, et l's injeures m’ coûotent trop à la goule pour qué j’ t'en dise !...
         
Le juge de paix (perdu) : - Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !...
        
Catherène (fière, s’adresse au public) : - Je veis bi n’achteure coume cha va touornaer !... Si no n’peut pé s'esplliqui, ch'était bi n’inutile d’ m’faire venin !...
        
Le juge de paix (autoritaire) : - Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?
        
Mélanin (réconfortée) : - Oui, Moussieu l’juge dé paix, presque touos les jouors. O n’ peut pé prêchi d’mei sains m’ mette pus bas qu’terre, et pus neire que l’tchu d’la marmite !... O ramasse touot c’qu'o peut trouvaer pour mé l’jétaer pa la tête.
        
Le juge de paix (perdu) : - Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?...
        
Catherène (avec énergie) : - Janmais, janmais, janmais, du graind janmais, jé n’y ai fait chenna, mei !...
        
Mélanin (rectifiant) : - Non, Moussieu le juge, o’n’m'a janmais jetaé à la taête qué d's injures…
        
Le juge de paix (décontenancé) : - Quelles injures ?
        
Mélanin (qui s'intimide) : -  Dé bi vilannes, moussieu !
        
Le juge de paix (pressant) : - Eh bien précisez-les !  …
        
Catherène (goguenarde) : - O n’s’en souvît pé ! …
        
Mélanin (décontenancée) : - Jé n’ m’en souvîs pé !... Veurs-tu qué j’té dise la sine qué tu m’répètes quaind tu m’rencountes ?
        
Le juge de paix (en colère) : - Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !...
        
Mélanin (confuse) : - Eh bi moussieu l’juge de paix, dedpis qu’ j'i gangni men procès counte li, c'té fème-là n’peut pé m’guetti ni passaer à côtaé d’mei sains m’dire : "Sacré vuus môroun !..."
        
Le juge de paix (ahuri) : - "Sacré vieux mauron", c'est une injure, ça ?...
        
Catherène (vivement) : - Ch'est eun mot que no dit coume chenna, moussieu l’juge de paix !... sains peinser à ma ... Vuus môroun...
        
Le juge de paix (noyé) : - J'entends bien !... Mais, qu'est-ce que c'est qu'un mauron ?
        
Mélanin : - Ch'est eun môroun, Moussieu le juge !
        
Le juge de paix (cherchant) : - Mauron ?...
        
Catherène (anxieuse) : - Oui, Moussieu, eun môroun…
        
Le juge de paix (content) : - J'y suis ! !... Du mauron, ce n'est pas une injure, ça !...
        
Mélanin (acerbe) : - Ch'est eune vilanne injeure pouor eune fème de m'n âge, moussieu l’juge !
        
Le juge de paix (conciliant) : - Mais, non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c'est une plante, une plante utile même, mais ce n'est pas une injure.
        
Mélanin (têtue) : - Pardounaez-mei, moussieu l’juge de paix, eun vuus môroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! …   Les poules n’oseraient pé y touqui…
        
Le juge de paix (noyé) : - Mais, alors, ce n'est pas du mauron ?...
        
Mélanin (embarrassée) : - Non, Moussieu le juge, cha n'est pas du mouron, ch'est eun môroun.

Le juge de paix (tout à fait perdu) : - Mauron qui n'est pas du mauron, mais c'est un mauron !... Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu'est-ce qu'un mauron ?...
        
Mélanin (décontenancée) : - Ch'est d’quei, moussieu l’juge de paix, ch'est d’quei qu’ no-z-appelle eun môroun !
       
Le juge de paix (patient) : - Est-ce un animal ?
        
Mélanin et Catherène (avec conviction) : - Non, moussieu l’juge de paix.
        
Le juge de pax (ahuri) : - Comment, ce n'est pas une bête ?...
        
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : - Mais si, moussieu, ch'est eune baête.
        
Le juge de paix (furieux) : - Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n'est pas un animal, mais que c'est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !...
        
Mélanin (pleurnichant) : - J’vos jure, moussieu, qu’c'té féme-là m’a traitaée dé vuus môroun et qu'eun môroun, ch'est eune vilanne baête à couortes pattes...
        
Le juge de paix (s'amusant) : - … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
        
Mélanin (persuasive) : - Eune vilanne baête neire, taquie de jenne !
        
Le juge de paix (moqueur) : - Pourtant, vous n'êtes ni négresse, ni jaune !
        
Catherène (qui se moque) : - Cha ya eune petite taête qui n’a pé d'orèles, des deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
        
Le juge de paix (submergé) : - Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
        
Mélanin (naïvement) : - Ch'est eun môroun, moussieu l’juge de paix !
        
Le greffier (joyeusement) : - ... dénommé Salamandre dans le dictionnaire de l'Académie !...
        
Le juge de paix (goguenard) : - Ah bien, enfin, la justice est éclairée... Je condamne la femme Loustalot à un franc d'amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !...

Catherène (stupéfaite) : - Mei ! mei ! J’n'ai janmais dit chenna !

Mélanin (mécontente) : - De l'amende !... Mais j’n’ai pé d’doumages-intérêts ?...

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : - N’ya pus d’justice ! Sacré vuus môroun d’juge de paix, va !...

François ÉNAULT
Bouais-Jan, janvier 1899.

retour
table des auteurs et des anonymes