ARTU, Eugène (1881-1943) :  Eun bouon coumissionnaire ; Thomas Legrichu.
Numérisation du texte : O. Bogros pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (25.V.2013)
[Ce texte n'ayant pas fait l'objet d'une seconde lecture contient immanquablement des fautes non corrigées].
Adresse : Médiathèque intercommunale André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@lintercom.fr, [Olivier Bogros] obogros@lintercom.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire d'une coll. part. de Les Patoisants bas-normands : Morceaux choisis (Première série) de  Jean-Louis Vaneille publié à Saint-Lô  par les Editions de Scripta en 1952.
 
Eun bouon coumissionnaire
&
Thomas Legrichu

par

Eugène Artu

~*~

EUN BOUON COUMISSIONNAIRE

Coumm' bi vos l'pensez, les décès et les inhumations, c' n'est pé d'qué qui prêtre a riochouner. Portant, y a des coups où no n'en vait d'droles. Qui que vos pensez d'un croque-mort qui va onnonchi la mort d'un mort à la mouéson mortuaire ?...

Ch'est d'qué qu'a arrivé quequ'temps avant la guerre dans eune commeune de là l'long, hâlant sur Daye.

Eun vendredi l'père Gonzague s'trouvit brutalement suffoqué par eune crise... cordiale (j'veux dire cardiale) et fournit d'l'u quasiment subito presto.

La fouèmme enviit son p'tit valet tchu l'grand Nicodème, qu'était journali de s'n état et qui counnaissait la commeune coumm l'fond d'sa pouquette. Ch'était por qu'il allisse par les mouésons pour annonchi l'décès du bonhomme et l'enterrement qu'aurait lieu l'madi en suivant, rapport que l'lundi ch'est l'marchi d'Carente, et l'mécrédi l'sien d'Isigny.

Nicodème allit donc par toutes les mouésons, prenant eune bouchie d'draite et d'gauche, causant avuque l'z uns et l'z autres du défunt qu'était conseilli municipa, qu'avait fait rempirer l'quemin d'la Vchue et rmettre coumm'y faut les cailloux du lavoue por que les lessivires pussent batouser.

Si Nicodème n'avait fait qued'prendre eune bouchie, s'aurait ben été, mais malheureusement, y trinquit par les mouésons, prenant eune chopaine là, por se rafraîchi, un café ichin por se r'donner des gambes. Tant et si bi qu'il eut des distractions et que dans eune ferme y s'trompit d'porte, ouvrit celle du buret, créyant qu'chétait celle de la lavrie et laissit écaper eune coche piaine (sauf vot' respect). Fallut qu'les gens d'la ferme laissassent tout d'en par où, por couri après l'eu vêtue et la ramner à s'n'étable.

Si y n'y avait eu qu'cha, cha érait été qu'demi ma ; mais à forche de baire, l'us bi quienquaient et y n'y véyait pas d'excès clai. I s'trouvit tout d'un coup d'vant eune mouéson fourmée et véyait à la porte deux clanques au leu d'eune. Bi entendu, il voulu clanchi celle, qui n'existait pas. No li ouvrit de l'intérieur et il entrit fir coumm' Artaban.

« Boujou tout l'monde. Excusez et n'vos dérangez pé. J'vis vous faire, part du décès du père Gonzague, eun bouon bouhomme de moins dans la commeune de s'enterrement por mardi. »

F' t eu, qui dit eune femme qui taillait à même eun guichon d'pain, j'savons bi cha.

— Faôt traire que la nouvelle marche pus vit' que mé, faôt bi que j'coinmenche par eun bout, por fini par l'aotre.

— Parbleu, qu'r'print la femme, vos pouviez passer vot' quemin sans entrer ilo.

— Et porqui donc, qu'dit Nicodème, en s'ardréchant, ch'est t'y que vos seriez galeuse ou pesteuse ?...

— Mais man pour garchon, guettez donc un mio, y ou qu'vos êtes. Ch'est ichin qu'habite le père Gonzague et j'sis sa fille Julie. Vous r'mettous à c't heu.

— Non de zo, de non de zo, qu'écriit Nicodème en s'grattant la tête. De çu coups, y n'en faôt pus. Ch'est éga, si j'ai oublii eune mouéson, no n'pourra pé dire que ch'est celle du principa intéressi.


THOMAS LEGRICHU

J'vas vous conter agneu commuent que Désiré Ozouf s'd'épétrit d'eune affaire de pêque qui, n't'ait brin catholi. Bi qui feut « gragnais » n'fut t'y pé happé d'adigot d'aller pêqui à la caochie d'Tribehou. Aussi eun sé qu'i faisait gnit naire et pé d'leune, i partit avec ses engins. Il tait bâti coumm' eun hosti. Eune vieule blaude de cachous d'bêtes, eune tchulotte perchie tout coumm' celle d'un trachoux d'colimachons et eune casquette bounne à pendre por faire poue es ouézias, pis au co un méchant cache-nez, qu'était un vrai cache-minsère.

Cha allit raid bi pendant quiqu' temps. Il avait happé un brochet, pis des belles angueulles, de vrai pimperné, mais li itou feut happé par les gendarmes. Dieu merci por li, ils taient d'un côté d'la caochie et li d'l'autre et d'aveucque la gnit naire coumme l'fou d'un querbouni, no n'pouvait pe li distingui l'musé. D'ailleurs en çu temps là, i n'y avait pé d'lampisterie d'pouquette électrique. Les gendarmes n'avaient qu'un mauvais p'tit bout d'candelle qu'i's avaient bi d'la peine à aleumer en craquant eune allumette au derrire de leu tchulotte.

— J'vos y prends, hein man gars ! que dit l'brigadi.

Thomas Ozou s'mint à gimer en simulaire, ce qui li changeait la voué :

— Messieurs, je n'sis qu'un pour malhéreux qui  dait d' l'argent à san bouchi. J'espérais bi l'poéyi en allant vendre au merchi d'Carente un couple de poulets. Mais les pitous m'les ont mougis ainsi qu'eune belle bourre qui couvait. J'nai ratrouvé, que des pieumes. Oh ! Messieurs ayez piti d'mé...

Et i gimait co pus fort.

— Ch'est bon que r'dit l'brigadier. Vous vous expliquerez. En attendant donnez mè vot nom.

— Oh ! Messieurs c'est i bi la peine ?

— Vot' nom, cors un coup.

— Eh bi, j'm'appelle Thomas Legrichu et j'habite là l'long dans eune pourra tite mouéson.

Y s'appelait Thomas Legrichu coumm'vos et mé et la pourre tite mouéson était dans eune, fameuse breume.

Quiqu' jours après, l'maire de Tribehou archeut eun papi d'Justice invitant l'nommé Thomas Legrichu à s'présenter devant l'Tribunal. Y feut étonné coumm, de juste. Il appelit san garde-champêtre : « Té qui tournis par tous les coins et racoins d'la commeune, connais-tu Thomas Legrichu ? »

— Thomas Legrichu... Mais ma fé de Du, je n'connais pé d'oisé de ce nom-là à perqui par ilo et pourtant j'connais tout man monde !...

No renvyit donc à l'administration san papi avec eune mention comme qui dirait « inconnu es bataillon ».

Mais à quiqu' temps d'la, v'là les gendarmes qui dévalirent tchu man faux Thomas qu'était en train d'jardini dans san courtil. A leur veue, i n'tait pé fir coumm' Artaban et avait coumm' qui dirait l'air d'avé deux airs.

— Que désirent ces Messieurs, qui leu dit poliment ?

— J'vous apportons vot' convocation pour votre période de territorial... trois ou quatre jours, ce n'est pas bien grâve.

Thomas respirit

— Très bien, Messieurs, j'obéirai, car, tué j'sis un bon et loyal français. Si j'osais, j'proposerais bi à ces Messieurs de s'rafraichi, vu qu'vos m'paraissez coumme mé avé un mio kâs.

— Si vous voulez que reprint le brigadier, mais sus l'pouce, car j'avons d'autres convocations à porter.

Thomas Legrichu allit donc hâler un pot d'bère et nos l'prit déd'bout.

— Ça donne du travail à ses Messieurs qui dit coumm'cha, mais heureusement qu'en temps ordinaire vous n'avez pas trop de misère. Tout est tranquille par ilo.

— Pas tant qu'ça, que répondit l'brigadier. Y'a des braconnis pas mal et ya quéqu' temps, nous en avons pris un qui nous a donné un faux nom, mais si jamais je le retrouve, je lui mettrai la main au collet, comme ça !

Et y posit sa mœain su l'épaule du Thomas Legrichu, qui en chavirit la mitan d'sa, moque de bère.

— Hélas ! Mousieu l'brigadier, si vos saviez vous m'avez fait quasiment poue.


retour
table des auteurs et des anonymes