LEMAÎTRE, Charles Ernest (1854-1928) : Bonnes gens de Normandie, (ca1941).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (11.XII.2003)
Relecture : Anne Guézou.
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque (BM Lisieux : Norm 36) avec des bois gravés de H. Levavasseur.
icône sons [18.01.2012] On écoutera avec plaisir, lus et enregistrés par Monsieur Claude Chaumont dans les années 70-80, la plupart des contes de ce recueil et beaucoup d'autres qui n'y figurent pas. Ces enregistrements mis en ligne avec l'aimable autorisation de leur auteur ne sont pas du domaine public et ne peuvent être redistribués sans son accord préalable. Monsieur Michel Le Bas par sa connaissance des réseaux locuteurs normands et ses compétences informatiques a rendu possible la mise à disposition de ces trésors sonores.
[N.B. : le lecteur Mp3 utilisé est disponible gratuitement sur Website-modern].
[14.12.2012] Monsieur Michel Le Bas a renumérisé et nettoyé à partir d'une meilleure source audio tous les textes de Lemaitre lu par Claude  Chaumont.



Bonnes gens de Normandie
par
Charles Lemaître

~~~~

 
DEUX BOUENNES AFFAIRES

image agrandie (251 ko)

Comment, vo v'la à pied, la maîtress' Valérie,
Vos allez vendr' vos oeufs, montez donc d'avec mei ;
J'allons causer d' vot' vieau qu'est bon por la bouch'rie,
I dait r'êt' déjà gras, vo l'i donnez tant d' lait ;
Allons montez bi vit' je n' somm's pas en avance,
Mais à caus' du paquet, j' vas r'culer un brin l' banc.
- J'veux bi moussieu Cornet, merci d' vot' complaisance,
L' marchi n'ouvr' qu'à huit heur's et j'allons y'être avant ;
Mais quant à man p'tit vieau, j'en veux quarant' pistoles.
- Mei qui comptais l' pouayi l's environs d' chent écus ;
- Trouais chents francs d' man bon vieau, faut pas qu' vo comptiez d'ssus,
C'est pas preus à c' prix là, qu'i mont' dans vot' carriole.
- Allons n' vo fachez pas, pus que j' pouvons causer,
J'ai core une aut' question plus grave à vo poser ;
J' sieux veuf depus deux ans, ma bouch'rie est prospère,
Mais je n' peux pas rester tout seu dans ma maison ;
J'ai envie d' me r'marier, tout l' mond' dit qu' j'ai raison ;
Et j' trouv' que votre aînée f'rait eun' gentil' bouchère.
- Eh bi, v'n'ous en dinmanch' nos en caus'ra un miot,
P't'êt' bi qu'avec la fill' vo pourriez aver l' vieau !

 
MAM'ZLLE CLEMENCE

image agrandie (190 ko)

Connaiss'ous c'te dam' là ? hé ! c'est mam'zelle Clémence,
Qu'a été quarante ans, cuisinière au château ;
Comme oll' 'tait fatiguie d'êt' devant san fourneau,
O s'est r'tirée cheux ell' por fini s'n existence
N'empêch' qu'o va co fair' quiqu' fais, à l'occasion,
Un bieau dainner d' mariage ou d' permièr' commeunion ;
Tell' que vo la vaiyez, olle est su san pied d' guerre,
D'avec san bieau bonnet tuyauté à gorgères ;
D'main c'est san grand coup d' feu : l' fils du mair' mait' Mauger,
Epous' mam'zell' Bourgeot, fill' du gros herbager,
Et c'est mam'zelle Clémenc' qui leux fait la cuisine,
O va fair' sa command' cheux l' gros boucher Martine,
Qu'était san fournisseux, quand oll' 'tait au château ;
En parfait' cuisinièr', connaissant lés conv'nances,
Jamais o ne r'gardait lés pouaids dans lés balances,
Et cha l'i avait valu souvent plus d'un cadeau.
Mais dam' qui qu' vo voulez, faut-i pei qu' tout l' mond' vive ?
Quand nos est dans eun' plach' faut la rendr' productive.
......................................................................................

Mais comme mam'zell' Clémence est d'un esprit prudent,
Saiyez sûr que c' qu'olle a, l'i est v'nu bi discrèt'ment !

 
LE PETIT VALET

image agrandie (269 ko)

Cheux nous ne fait d's éfants, j' sieus l'aîné d'eun' douzaine,
Aussin dès qu' j'ai z'eu fait ma permièr' commeunion,
Més parents m'ont bi vite env'yé en condition,
P'tit-valet dans eun' ferm' de not' contrée Bocaine.
J'ai z'eu por tout bagage, en partant d' cheux més gens,
Man fouet, man baluchon et pas grand chos' dedans ;
Quant à ma position, o n'est pas magnifique,
J' sieus l' valet du patron et dés autr's domestiques ;
Du grand-valet bruta et presque à tout propos,
Je r'çais à la tcherrue dés mott's de terr' dans l' dos.
Enfin j' sieus co victim' d'un usage arbitraire,
C'est mei, pendant l' dainner, qui va trachi à baire ;
Faut qu' j'attrap' ma goulée en couorant comme j' peux,
Et quand l's autr's quitt'nt la tabl', faut que j' parte avec eux.
...........................................................................................

Mais d'avec la maîtress', j'ai quiqu'fais d' bouenn's aubaines,
O m' donn' terjous quiqu' chos' quand j' fais sés commissions,
D'avec cha, lés vieull's hard's usées par ses garçons,
Et quand j' ramass' lés oeufs, j'ai un sou par douzaine.
................................................................................

V' la man lit d'écurie, eun' paillass' de vaut-pas,
Mais j'y dors comme un rouai, à la chaleur dès ch'vas !

 
LA SERVANTE

image agrandie (229 ko)

La servant' dans eun' ferme a bi d' l'ouvrage à faire,
Faut l' matin au p'tit jou qu'o s' lève por aller traire
Et comm' lés vach's sont loin, tout à l'autr' bout du clos,
Por rapporter san lait, o s' met l' carcan su l' dos ;
C'est d' quei qu'est bi commod' por porter deux timbales.
A preus cha, faut qu'olle aille, un grand sieau à chaq' bras,
Por souaigni lés cochons et ab'erver lés viâx ;
Suivant l' goût d' cés bêt's là, faut des sieautées spéciales.
Enfin, c'est la servant' qu'a tous lés soins du lait,
Qui l' porte à la lait'rie et l' passe à l'écrèmeuse,
C'est core ell' qui fait l' beurre et qu'en est orgueilleuse ;
Por la têt' du marchi, faut que l' beurr' sait parfait ;
............................................................................

V'la celle à maître Amand, un gros fermi d' Sept-Vents,
Eun' fumell' bi dodue et qu'a tous lés talents.
Portant j' sais bi qu' no dit- : (Y'a dés langu's si méchantes,)
Qu'o n' s'rait p'têt' pas l'enn'mie d' baichons réconfortantes ;
Paraîtrait core itou, j' vo dis cha en secret,
Qu'o fait souvent causette avec l' grand-valet.
.......................................................................

Laissons dir' cés gens là, c'est dés langu's de vipère
Qu' ainm'raient certain'ment mieux dir' du ma d'eux qu' de s' taire ;
Mais Mélanie Bairot, la bouenn' servant' que v'la,
Dans lés plein's années d' pomm's, s' fich' pas mal de tout cha !

 
LE GRAND VALET

image agrandie (207 ko)

D'eun' ferme l' grand-valet, c'est la ch'ville ouvrière,
Et c'est d' li qu'en dépend la réussite entière ;
Dam' faut dans sés fonctions, qu'i s' donn' bi du tracas
Qu'i fach' tous les charrouais d' fourrag's ou d' tonniâx d' baire,
Por rentrer lés moissons, c'est core à li de l' faire,
Enfin, c'est li partout qui s'occup' de sés ch'vas.
..........................................................................

Guettez mei dont c't'i là, qu'est sec comme un coup d' trique,
D'avec sa goul' tannée, quasi couleur de brique,
V'la bitôt quarante ans, là qu'il est grand-valet,
Et c'est un gas malin, question du labourage,
Apreux cha bi'n adrait por cond'ire un att'lage,
En faisant lés quatr' fouets d'avec san gros teurquet,
..................................................................................

Il est fier de sés ch'vas, faudrait pas qu' no méprise
Sa j'ment d' limon Rosette ou san vieux ch'va Taupin,
I hauch'rait lés épaul's et rirait d' vot bêtise,
En disant carrément qu'vo n'y connaissez rin.
......................................................................

C'est pas un ambitieux, i n' se plaît qu' dans sa ferme,
Sés bieaux appartements c'est l'écurie que v'la,
Il y'a passé sa vie, c'est là qu'i la perdra,
L' jour que la destinée en aira marqui l' terme.

 
LA MAITRESSE

image agrandie (216 ko)

Où dont qu'o va comm' cha ? la maîtresse Adélie,
Pardier vo vaiyez bi l' panni qu'olle a au bras,
O s'en va vendr' san beurre au marchi d' Cach'-lés-Viâx ;
No l'i amèn' sa carriole, olle a hât' d'êt' partie.
Maîtr' Jul's de bon matin, y'est parti vendr' deux boeufs,
Mais l' marchi est plus tard por el' beurre et lés oeufs.
O va p'têt' co y'emm'ner eun' couple ou deux d' volailles,
Comm' cell's qui sont aupreus, là en train d' picorer ;
Y'a parmi, dés jeun's côqs qu'i faut vit' démarrer,
Car cès bêt's là, sans pondr' dépensent d' la mangeaille.
.......................................................................................

La maîtresse Adélie est terjous en action,
Por dirigi s'n ouvrage, olle est infatigable ;
D' la cuisine au grenier, du grenier à l'étable,
Bref, olle a l'oeil à tout por bi t'nir sa maison.
Mais, malgré san courag' comme o n' peut pas tout faire,
Olle a eun' jeun' servant' qu'est forte comme un ch'va,
Et n'a qu'un seul souci do c'te bouenn' gross' fill' là,
C'est d'empêchi maît' Jul's d'aller l'i aindi à traire !

 
MAÎTRE AGÉNOR

image agrandie (168 ko)

J'sais bi qu' no dit partout, qu' maître Agénor Quesnot
C'est un malin fermier, qu'a bi su fair' sa p'lote
Et qu' agneu c'est un gas qu'a du foin dans sés bottes
Tout cha, c'est dés ment'ries, n'en cair'yez pas un mot
Je n' vas pas dir' por ha, que j' sieus dans la misère
A ma ferme no trait vingt chinq bouonn's vach's à lait
Et portant, j' sieus bi loin d'êtr' chanceux comm' no crait
J'ai perdu su man beurr' trent' francs la s'main' dernière
Y en a z'eu à huit francs, j' l'ai vendu chinq sous d' moins
Et m'n ach teux voulait co m' tirer deux sous par livre
Bi'n heureus'ment por mei qu' j'avais dés bons témoins
Et qu'au prix qu' j'avions fait, fallut bi qu'i s'en livre
Et man blé qu' j'ai vendu chent trent' francs, au printemps
Sav'ous bi qu' depûs cha, il a monté d' vingt francs.
J'ai co z'eu plus d' malheur, à la Saint Côme à Vire
J'avais mins su l' champ d'fouaire un gentil p'tit ant'nais
Et j' fus happé au mot por l' prix qu' j'en d'mandais
L' marchi était bi fait, pas moyen de m' dédire
Faut dire que j'ai tout d' même gagni gentiment d'ssus
Mais comme un maladrait, j'ai été bi trop vite
L' gueux d'ach'teux m'a co dit : et c'est d' quei qui m' dépite
Qu'i l'airait bi pouayi chinquant' pistol's de plus.
........................................................................

Portant, malgré ma guign' por traiter eune affaire,
J'crais que j' viens d' réussir do man propériaitaire.
C'est un jeune homm' qui fait sauter sés picaillons ;
La forteune à c' jeu là, c'est d' quei qui part bi vite,
Qu' cha sait mei ou un autr', faut qu' quiqu'un en profite ;
Je l'i ai d'mandé de m' faire dés grand's réparations,
Li qu'est terjous à court et qu'attend apreus l' terme,
J' savais raid' bi qu' j'allais l' mettr' dans tous sés états,
Aussi por qu'i r'tourn' faire à Paris sés ébats,
Dans d' gentil's conditions j' viens de l'i ach'ter sa ferme.
......................................................................................

Là d'ssus, comm' j'ai pas d' chance à tout c' que j'enterprends
N'y a co pas d' papi d' fait, l' gas pourrait bi s' dédire,
J' m'en vas vite avec li cheux l' notaire, maît' Mabire,
Eun' fais l'acte signé, je n' crains pas l's accidents.
Malgré qu'o m' coût' bi gros, ma ferm' « la Prévôtière »,
Quasi deux chent mill' francs, c'est pas dans l' pas d'un ch'va,
J'sieus terjous pas volé, j' sais bi qu'o vaut mûx qu' cha,
Et j' vas tout d' sieut', comptant, pouayi la somme entière !

 
MOUSSIEU L'MAIRE

image agrandie (184 ko)

Sav' ous bi qu' eune commeun' qui possède un bon maire,
Sans craint' de vo mentir, c'est un trésor qu'olle a,
Et tel que vo l' vaiyez, l' gros moustachu que v'la,
C'est comm' mair' de cheux nous un précieux fonctionnaire.
Por bi'n administrer, comptez qu' c'est un malin,
Mais personne n' connaît s'n opinion politique,
I n' crie ni viv' l'Emp'reur ni viv' la République.
Et no n' sait pas s'il est impie ou calotin.
.............................................................

Au milieu d' san consel, por fair' voter quiqu' chose,
Il est d' l'avis dés autr's et mêm'... du sien itou,
Et sans en aver l'air c'est de c'ti là surtout ;
L' rusé gas, tout douc'ment sait bi gagni sa cause.
Il est deux fouais Normand, car c'est un mair' Bocain ;
Por lés drouaits d' sa commeune, habile en procédure,
Il a terjous gain d' cause à la Sous-Préfecture,
Eiou qu'i pass' por êtr' fervent républicain.
................................................................

N'y a co pas bi longtemps, cheux nous n' y'avait pas d' gare,
Mais not' mair' s'est enfin dém'né si adrait'ment,
Qu' j'avons eun' halte avec un quai d'embarquement,
Aussi la terr' s'y loue chinquant' francs d' plus l'hectare.
.....................................................................................

Quand i fait un mariag', cha l' rajeunit d' vingt ans ;
L' ventr' ceint d' sa belle écharp' qu'est d' la Louai l'accessouaire,
I lit ès jeun's conjoints san Cod' conjugatouaire
Et embrach' la mariée... quiqu' fais un brin longtemps !

 
LA VIEULLE ET SA VACHE

image agrandie (221 ko)

Y' a dés vieull's femm's restées coeurues, malgré l' grand âge,
V'la la paur' mèr' Naunon, qu'approch' de quatervingts,
Et qui va co garder sa vache amont lés ch'mins,
N'ayant pas lés moyens de l'i ach'ter du fourrage.
...........................................................................

O vont tout's deux comm' cha, la vieulle en boitaillant,
Tandis qu' la vache attrap' sa goulée en marchant.
...............................................................................

Quiqu'fais la bêt' se r'tourne et paraît vouler lire
Dans lés yeux d'la bouenn' femme, à qui qu'o peut penser ;
Dans cés bouenn's gross's têt's là, no peut'i jamais dire.
Que n'y a pas quiqu's idées qui vienn'nt s'y condenser.
.....................................................................................

Mais v'la qu' Naunon soupire et murmur' comm' dés plaintes,
Olle a dans san vieux coeur tant d'espèc's de souv'nirs,
Dés chagrins, dés douleurs, dés jouaies et dés plaisirs,
Et c'est tout cha qui s' lit dans sés prunell's déteintes.

 
LES P'TITES NORMANDES D'AGNEU

image agrandie (184 ko)

Dans not' modeste album de bonn's gens d' Normandie,
J' n' avons mins jusque là qu' d'anciens costeum's normands,
Faut portant qu'y figur'nt lés modernes vêt'mens,
Comme ont cés deux p'tiot's là qu'ont la goul' si r'bondie.
Avec dés joues comm' cha, la bonnett' de Bayeux,
De qui qu'o font mépris leux irait portant mieux ;
Por mei, j' lés trouv' bi drôl's dans l' costeume d' la ville,
J' sais bi qu'aupreus dés gas cha leux donn' du succès
Et pus dame apreus tout, faut qu' no suive l' progrès,
Et malgré c' que j'en dis, j' lés trouv' tout d' mêm' gentiles.
Et'ous pei de m'n avis qu'i faut qu' no sait d' san temps,
Au diable lés grincheux qui n' sont jamais contents.
A c't'heu la Bayeusaine et sa jolie bonnette,
C'est dev'nu comm' no dit : la Normand' d'opérette ;
Malgré cha cés p'tiot's là sous leux nouveau harnais,
Sont tout aussi normand's que lés normand's d'aut'fais.
....................................................................................

La Mode et l'Ancien temps ont chacun leux apôtres,
Tandis qu' lés vieull's tienn'nt core à leux gracieux bonnet,
Lés jeun's arbor'nt fièr'ment leux moderne capet,
C'est la fin d'eune époque et l' commenc'ment d'eune autre !


 
image agrandie (195 ko)